La voix de l'ombre - Livre II : Le destin du monde

Chapitre 24 : Les alliés du Temple du Repos du Ver

2929 mots, Catégorie: M

Dernière mise à jour 15/05/2024 18:53

Chapitre 24 : Les alliés du Temple du Repos du Ver.



Le Temple du Repos du Ver était littéralement assiégé. Des armées de corrupteurs sans-visage combattaient les défenseurs du repos du ver, appartenant à l'Alliance comme la Horde. Dans les airs planaient des dragons noirs messagers de destruction, attaquant sournoisement le Temple défendu par des champions du rêve d'émeraude, fiers dragons verts, des gardiens arcaniques du vol bleu, ainsi que des champions de la vie des vols rouge et bronze.

Tous combattaient férocement tandis que des tentacules de ruines étaient apparues des tréfonds de la terre, libérées par les seigneurs sans-visage Zon'ozz et Yor'sahj, alliés à Aile-de-Mort.


Arrivés au Temple, dans la Désolation des dragons, Keera et Tederastrasz entrèrent à la base du temple et questionnèrent le commandant de la défense du repos de ver Devrestrasz.

  • Où en sont les défenses ? demanda Tederastrasz.
  • Nous attendons encore quelques défenseurs du vol de bronze, ainsi que des combattants des races jeunes, fit le commandant tout en observant Keera. Ici, nous assurons le ravitaillement des troupes, ainsi que les soins et déployons les forces de part et d'autre du temple.
  • Je ne pensais pas découvrir un tel assaut, avoua le dragon rouge qui étudiait les environs du regard.
  • Que pouvons-nous faire ? demanda Keera. Où serons-nous le plus efficace ?

Le commandant la considéra, puis se tourna vers Tederastrasz.

  • Vous savez qui elle est, dit le dragon rouge. Comment pouvons-nous aider ?
  • Eh bien, pouvez-vous assurer la sécurité des canonnières de la Horde et de l'Alliance ? Elles attaquent conjointement les dragons près du sommet. Les Aspects de chaque vol ainsi que le chaman Thrall procèdent au rituel de renforcement de l’Âme des dragons.
  • Allons-y, fit Keera qui fixait Tederastrasz qui acquiesça.


Tous deux quittèrent le Temple en direction de l'extérieur.



Les assaillants étaient si nombreux. Dans les airs, peu de dragons pouvaient défendre le Temple, et encore moins les canonnières. Car, inévitablement, Aile-de-Mort tournait autour du sommet et détruisait les défenseurs qui s'en approchaient.

  • Je peux attaquer par le ciel, et défendre une des canonnières, affirma Tederastrasz. Mais l'autre vaisseau se trouve à l'opposé.
  • Non, d'autres dragons attaquent déjà dans les airs. Vous ne seriez qu'un parmi les autres, dit Keera qui analysait la situation. Il faut amener les dragons de la destruction au sol, là où les défenseurs sont plus nombreux, et où Aile-de-Mort ne frappe pas.


Tederastrasz la regarda s'avancer et lever les mains. D'énormes ronces vertes et brunes sortirent du sol et grandirent pour atteindre les dragons noirs et crépusculaires. Plusieurs d'entre eux ne virent pas le danger et se laissèrent attraper, puis tirer vers le sol où ils furent abattus sans délai.

Keera invoqua alors le vent qui redirigea la course de certains ennemis vers la bouche béante des créatures chaotiques invoquées par le Destructeur. Les dragons pris dans la bourrasque allèrent s'écraser contre les tentacules de ruines couvertes de longs pics acérés, les transperçant mortellement.


  • Pouvez-vous m'amener sur chacune des canonnières Tederastrasz ? Je pense pouvoir les sécuriser en étant dessus.
  • Montez, Keera, dit le dragon en s'affaissant au sol pour qu'elle puisse le chevaucher.

Il s'éleva vers la canonnière de l'Alliance, qui tirait à vue sur les dragons en approche. Il la survola pour laisser Keera sauter sur le pont.

L'un des soldats crut qu'ils étaient attaqués, et leva son arme. D'autres se tournèrent vers elle. Keera leva les mains, et dit :

  • Je vais essayer de former un bouclier, ne vous souciez pas de moi, fit Keera qui se positionna au centre du vaisseau.


Tous acquiescèrent, tandis que la princesse joint ses mains devant elle. Elle se concentra, puis les ouvrit à plat pour laisser une forme géométrique se former. La forme cubique d'un blanc translucide s'étira pour croître et devenir un immense bouclier qui engloba entièrement la canonnière. Aucun projectile ni aucune attaque ne pouvait percer la protection magique, et Keera fit signe à Tederastrasz de s'approcher. Elle sauta alors sur son dos et ils prirent la direction de la canonnière de la Horde.


La barrière de protection attira néanmoins l'attention sur eux.

  • Qui ? gronda Aile-de-Mort qui volait autour du Temple.

Soudain, le ciel s'assombrit, et un dragon bleu nuit gargantuesque apparut au sommet du Temple. Des énergies ténébreuses crépitaient autour de son corps informe, tandis qu'il attaqua le sommet où se tenait le rituel.


Keera frémit en ressentant l'essence du dragon du crépuscule, ultime création du Destructeur lancée sur les Aspects dans le but d'interrompre le rituel.

Fort heureusement, elle vit les combattants de l'Alliance et de la Horde arriver à dos de dragon jusqu'au sommet, assurant la défense des Aspects et de Thrall qui purent achever le rituel.

Pendant ce temps, Keera et Tederastrasz poursuivirent leur vol vers le vaisseau hordeux, mais furent percutés par l'une des attaques d'Ultraxion, la création d'Aile-de-Mort.

Dans sa chute, Tederastrasz parvint à se redresser, épargnant à Keera de devoir se jeter dans le vide pour éviter d'être écrasée contre une roche par le poids du dragon. Il atterrit sur une paroi du temple, et dût se protéger de l'explosion provoquée par la mort du dragon qui venait d'être défait.


Tederastrasz vola un peu plus loin, toujours chevauché par la princesse, et tous deux observèrent Aile-de-Mort recevoir un jet de lumière provenant de l’Âme des dragons apparemment opérationnelle et manipulée par Thrall. Le Destructeur reçut l'attaque de plein fouet et vacilla. La foule de combattants scanda et hurla à la victoire, tandis qu'Aile-de-mort, furieux, percuta la canonnière de la Horde qui fut détruite.

L'Aspect noir s'éloigna en direction du sud, blessé.


  • Il s'enfuit ! criaient les troupes. Suivons-le !
  • Où pensez-vous qu'il se rende ? questionna Keera, toujours sur le dos de Tederastrasz.
  • Vu la direction qu'il emprunte, se pourrait-il qu'il retourne au Tréfonds ? suggéra le dragon rouge.
  • L’Âme des dragons est réactivée, il faut le suivre ! s'écria la princesse tandis qu'ils virent les Aspects ainsi que Thrall monter à bord de la canonnière de l'Alliance, le Brûleciel.


C'est alors qu'une créature colossale fut invoquée par des sectateurs du crépuscule, à la base du Temple, certainement pour faciliter la fuite de leur seigneur. De plusieurs pieds de haut, le corps du monstre, car on ne pouvait le nommer autrement, semblait fait de nombreuses couches de peau superposées et provenant de créatures différentes. Le corps difforme comptait deux bras et deux pieds, et son visage présentait un œil unique qui retombait sur sa joue droite. L'aberration vivante attrapa un dragon au vol et le dévora, d'abord en lui arrachant la tête, puis les pattes. Il finit par engloutir le reste du corps.


Il allait donc falloir s'occuper de cette chose avant de rejoindre le reste des troupes.



Alors qu'une partie des troupes ennemies suivirent la canonnière alliée qui tentait d'arrêter Aile-de-Mort, la plupart des assaillants avaient pour mission d'empêcher les alliés de poursuivre le Destructeur. Keera décida de rester et d'aider les troupes restantes à nettoyer le Temple rapidement.

Elle réalisa cependant que la créature démesurée qui venait d'être invoquée créait une certaine panique au sein des troupes. Car l’épouvantable entité ne semblait répondre à aucune logique, et s'attaquait à tout ce qui pouvait lui servir de nourriture.


Keera prit donc les choses en main.

  • Soldats ! Regroupez-vous au pied du Temple et aidez les draconides du repos du ver à éliminer les agents du crépuscule ! ordonna-t-elle à une troupe d'humains qui paraissait perdue. Tederastrasz, pouvez-vous couvrir les troupes plus au sud qui essaient de détruire les tentacules ?
  • Je m'en occupe, acquiesça le dragon rouge.

À mesure qu'elle se déplaçait autour du Temple, la princesse lançait ses ordres et organisait le regroupement des bataillons qui s'étaient éparpillés. Elle participa à la destruction d'une partie des troupes ennemies, ce qui raviva l'enthousiasme des combattants déjà éprouvés par les combats qui s'éternisaient.


En progressant autour du Temple, Keera en fit le tour et se retrouva face à l'abomination pantagruélique. Elle prit le temps de l'observer afin d'adapter son offensive et de tomber la créature rapidement. Car, à l'allure où elle dévorait tout individu qui l'approchait, il ne resterait plus grand monde.

Plusieurs dragons survolèrent le monstre afin de garder une certaine distance, et lui envoyèrent des salves de sorts de feu. Mais la magie ne semblait pas l'atteindre plus que cela, car les parties de son corps brûlées se reformaient à mesure qu'il mangeait. Les attaques physiques semblaient être la solution.


C'est en tout cas ce que les quelques combattants les plus courageux qui le ruèrent durent se dire, car ils commencèrent à le taillader à coup de hache et de masse. Des guerriers de la Horde.

C'est alors que Keera la vit. Habitée par la hargne caractéristique des orcs rochenoires, une force décuplée par un esprit belliqueux, Tula harcelait la bête sans jamais fléchir. Ses deux haches martelaient la jambe dont la peau résistait, mais finirait par céder. Keera frotta inconsciemment le poignet autour duquel était toujours accroché le collier de chasse de Mannar. Prise d'un profond sentiment de nostalgie, la princesse observait la scène avec tendresse.


La guerrière orque remarqua alors Keera, et lui lança un regard empli d'affection et de défi, et leva l'une de ses haches en guise de salut. Elles ne s'étaient pas revues depuis la mort d'Orgrim. Et le sentiment de béatitude retrouvé teinté de mélancolie fut un tel bonheur que Keera ne put s'empêcher de sourire. Elle leva le poing et l'abattit sur sa poitrine.

Une ombre recouvrit alors la fière guerrière orque, et, en à peine un battement de cœur, le haut de son corps fut emporté par une gueule béante affamée. Croqué, le buste de Tula était allègrement mâchouillé, tandis que le bas du corps, c'est-à dire les jambes, resta debout encore quelques instants, puis s'effondra.


Dans un état second, Keera fixait la scène de ses yeux écarquillés. Elle sentit quelque chose se briser en elle. Elle avait déjà ressenti cela il y a des années. Elle s'en souvenait à présent. Des cris, des pleurs, du sang, un corps minuscule écrasé contre le mur puis jeté, et une douleur qui transperçait la poitrine. Un déchirement. Une petite mort.

Keera hurla de toute son âme, toussa, puis leva les yeux vers la créature, des yeux luisants.



Le cri retentit à des lieux. Un cri dont l'intensité fit s'écrouler une fortification proche du Temple. Elle explosa comme si des bombes gobelines avaient été déposées à ses pieds pour la faire sauter. Chaque créature alentour se figea un instant, essayant de savoir d'où provenait ce cri. Keera hurlait à la vengeance, à la mort.


Tederastrasz, qui s'était approché de l'abomination après avoir défendu les combattants au sud du Temple, vit la métamorphose de la princesse. Une sorte de rayonnement blanchâtre l'entourait, tandis qu'elle s'avançait lentement vers la monstruosité vivante, murmurant des sons inaudibles. Un sourire sadique s'était dessiné sur son visage déformé, et des larmes avaient coulé le long de ses joues.

Elle était méconnaissable.


La créature avait dû saisir le danger, car elle observait la princesse dans sa marche sinistre et avait cessé de manger durant quelques instants. Personne ne s'était risqué à arrêter la course de Keera, qui saisit sa lance et l'abattit sur l'un des pieds du monstre. L'entaille le fit hurler, comme si pour la première fois, il ressentait la douleur. Sa plainte avoisinait celle d'un enfant, et la bête frotta son pied et reçut un coup de lance dans le nez en s'abaissant.

La créature recula tandis que Keera plaça sa lance en biais pour achever de couper le nez difforme. Deux fentes apparurent à la place du nez qui tomba au sol. Le beuglement émis résonna, et plusieurs guerriers s'affaissèrent légèrement sous la puissance du cri. Le monstre se débattit, mais Keera s'accrocha à son oreille, puis bondit sur son torse qu'elle taillada joyeusement.


Personne n'osait intervenir, et Keera virevolta le long du corps informe pour atteindre ses chevilles et sectionner ses tendons. La bête tomba au sol sur le dos, geignant et hurlant de douleur. Ses gesticulations gênaient Keera qui dût couper l'une de ses mains qui essayait de l'attraper. La princesse sauta sur le ventre de la créature et courut vers son autre bras. Elle sauta à nouveau et cibla l'autre main de sa lance qu'elle planta en son centre. La seconde main était à présent immobilisée.


À peine essoufflée, Keera regagna le ventre du monstre, laissant derrière elle sa lance. Elle ne considéra même pas la foule qui s'était courageusement approchée, tout en respectant une certaine distance. C'est alors que la princesse souffla longuement, le visage levé vers le ciel, puis fixa la poitrine de la masse imposante et commença à la percer de ses mains. Elle griffa, puis enfonça petit à petit ses mains dans le thorax dont les couches de peau se superposaient en quantité anormale. Impatiente, elle utilisa sa force pour percer encore davantage et plus profondément, appréciant les cris d'agonie de la bête qui ne pouvait atteindre la princesse de son moignon ensanglanté.


Et elle le vit enfin. Il était là, battant la chamade, et d'un rose vif parfait : le cœur de la créature. Elle le tira sans hésitation hors de la poitrine, le hissa de toutes ses forces pour le désolidariser des nombreuses veines qui le maintenaient dans la cage thoracique. Avec horreur, la foule la vit porter le cœur encore battant jusque la gueule de la bête dont les larmes dévalaient les tempes. Elle souleva l'organe au-dessus de sa tête et l'enfourna dans la bouche béante du monstre. Elle appuya dessus pour l'enfoncer encore davantage, sans aucune pitié pour l'abomination qui suffoquait. Ses plaintes étouffées durèrent encore quelques secondes, tandis que la princesse maintenait la pression sur le cœur presque entièrement enfoncé dans la gorge.


C'était fini. Le corps du colosse difforme fut parcouru d'un dernier spasme avant de sombrer dans une mort définitive. Une mort qui laissa sans voix les guerriers qui avaient assisté à la scène indécente, voire obscène, et dont l'auteure riait irrépressiblement. Le visage toujours souriant, la princesse, perchée sur l'immense corps sans vie, semblait se concentrer sur quelque chose. Puis, elle leva les mains, et d'énormes racines sortirent du sol enneigé des alentours pour ligoter les tentacules de ruine entourant les gueules dentées des serviteurs des Dieux très Anciens. Keera leva les mains plus haut, et une lumière blanche incandescente s'abattit au milieu des gueules béantes pour les détruire.


Deux dragons rouges rejoignirent Tederastrasz.

  • Les deux serviteurs des Dieux très Anciens ont été éliminés, dit l'un d'eux. Les sectateurs et autres alliés d'Aile-de-Mort sont presque tous morts. L'Enfant de la Terre a vaincu la menace !

Mais Tederastrasz restait silencieux. Surpris, son frère suivit son regard et vit Keera, qui était descendue de l'aberration, et souriait largement en contemplant le ciel. Elle cachait ses yeux à l'aide d'une de ses mains. Le dragon rouge revint vers son frère qui paraissait inquiet.

  • Keera a sombré dans la démence, dit Tederastrasz. Elle n'est plus elle-même, pervertie par une puissance sombre et une soif de vengeance qui l'ont consumée, fit-il en reprenant sa forme humanoïde.


Puis, comme si elle l'avait entendu, Keera tourna la tête dans sa direction, et se mit en marche pour le rejoindre. Sa démarche était identique à tout-à l'heure, ce qui inquiétait les rouges qui restèrent sur leur garde. La princesse s'arrêta à hauteur de Tederic, le nom de Tederastrasz sous sa forme de haut-elfe, qu'elle dévisagea. Après un long moment à s'examiner, Keera attrapa Tederic par les bras, et son regard changea. Il vit dans ses yeux la lueur blanche s'évanouir et laisser place à ses iris dorées emplies de tristesse. Elle réalisait ce qui était arrivé : son amie de longue date, sa seule véritable amie, était morte. Une grimace déforma son visage dont les yeux laissèrent couler des larmes chaudes qui dévalèrent ses joues.

Elle baissa la tête, toujours agrippée au bras du dragon rouge, pleurant son amie, ainsi que le carnage dont elle était capable sous l'effet de la colère. Tederic la regarda alors avec compassion.


Peu à peu, guerriers orcs, humains, elfes, nains, et autres se regroupèrent autour de l'Enfant de la Terre qui venait de dévoiler sa force et sa puissance qui sauvèrent le Temple du Repos du Ver.


Laisser un commentaire ?