L’ULTIME ESPOIR DE L’HUMANITE traduit de Russe. Auteur Isra

Chapitre 10 : Tome II Les disparitions mystérieuses. Partie 1

3465 mots, Catégorie: M

Dernière mise à jour 14/05/2024 14:40

Pendant les trois dernières années depuis la naissance d'Alex, la vie du couple Rogue-Potter connut peu de changements.

Malgré les efforts de persuasion de ses amis et les demandes répétées d'Auror en chef Robbins, Harry ne reprit jamais son travail.

Lorsque Severus lui demanda si rester à la maison avec un enfant était le rêve ultime pour un héros de vingt-sept ans de la Grande-Bretagne magique, il déclara catégoriquement :

-         Merlin sait ce que qui deviendra notre fils si nous confions son éducation à Kreattur !

 Et si Kréattur commençait à remplir la tête d’Alex de toutes sortes d’absurdités aristocratiques dans l’esprit de Madame Black ? Et en général... Je ne lui ai pas donné naissance pour m'en décharger sur l'elfe de maison, comme l'aurait fait un certain Malefoy, et me cacher dans le Bureaux des Aurors, où d'ailleurs les horaires des journées de travail ne sont pas normalisés ! Surtout maintenant que les cas de disparitions inquiétantes ont été enregistrés.

Après ces arguments convaincants, Severus admit pleinement que Potter avait suffisamment fait pour la communauté magique par le passé. Le Bureau des Aurors pourrait enquêter sur les disparitions de jeunes fêtards, qui auraient oublié de rentrer chez eux, sans qu’Harry n'y participe.

De plus, il fallait garder un œil sur Alex. Le garçon fut en bonne santé, actif et curieux. Il n'avait que trois ans, mais malgré son jeune âge, il manifesta des talents magiques étonnants, que ses deux pères cultivèrent avec joie.

Un jour, Rogue en observant son fils de trois ans écraser des scarabées dans un petit mortier en pierre puis les mélanger dans une fausse marmite, sous laquelle bien entendu, il n'y avait pas de feu, d'abord dans le sens des aiguilles d'une montre, puis dans le sens inverse, prononça :

-         Je crains, qu'Alex ne s'ennuie beaucoup pendant sa première année à Poudlard

-         Il s'ennuiera à coup sûr ! Surtout si tu lui donnes les cours de potions pour les sept années d'études avant qu'il entre à l'école.

-         Au moins, persifla Rogue, je n'essaie pas de lui enseigner le sortilège du Ridiculous ! (1)

Harry haussa les épaules.

-         Alex n'avait pas besoin qu'on lui apprenne quoi que ce soit. Le seul épouvantard, que j'ai trouvé dans le grenier, s'est immédiatement caché dans le placard dès que notre fils s'est approché de lui, et je n'ai plus réussi à l'en faire sortir.

-         Es-tu en train de sous-entendre que l'épouvantard avait eu peur de lui ? S'étonna Severus.

-         Difficile à dire ! Bien sûr, j'ai remarqué qu'Alex avait une aura magique très puissante, mais chasser un épouvantard comme ça, sans aucun effort ou sortilège...

-         En as-tu parlé avec Smethwick ? Dit Severis avec l’inquiétude.

-         J’en ai discuté, bien sûr ! J'ai fait irruption dans son bureau dès qu'Alex avait chassé l'épouvantard.

-         Et quelle explication a-t-il donnée à cela ?

 -         Il a déclaré qu'on ne pouvait rien attendre d'autre d'un enfant né de deux pères aux vecteurs magiques diamétralement opposés et à la suite d'une expérience aussi audacieuse. Et il m'a également conseillé de me calmer. Puisque chez Alex la magie Blanche emporte largement sur la magie Noire, nous ne risquons pas d’élever un nouveau Voldemort, mais plutôt un nouveau Dumbledore !

Les yeux d'Harry brillèrent de manière provocante, il se moquait clairement de Severus.

Rogue fronça les sourcils, qui n’apprécia pas beaucoup cette blague :

-         Merlin nous garde, aussi bien de l'un que de l'autre ! Je les avais fréquentés plus que suffisamment dans le passé. J'espère qu'Alex avec l'âge deviendra un sorcier très puissant et non un mage extraordinaire.

-         Honnêtement, je ne voudrais pas non plus qu'un tel sort lui soit réservé, dit Harry très sérieusement, les Grands magiciens sont censés réaliser des exploits exceptionnels, généralement au détriment du bonheur humain ordinaire. Tout ce que je souhaite pour Alex, c'est qu'il soit aussi heureux que possible dans notre monde en folie.

***

Harry n'exagéra pas quand il parlait de personnes volatilisées. Depuis deux ans, les cas de disparitions mystérieuses devinrent plus fréquents dans le monde magique, comme si Voldemort et ses acolytes étaient revenus d'outre-tombe. Pendant ces temps difficiles, des familles entières de Moldus et de sorciers opposés au Seigneur des Ténèbres avaient péri. Mais, maintenant, parmi ceux qui s'évanouirent dans la nature sans laisser de trace, il n'y a que des Cracmols, dont personne ne se souciait auparavant.

Après la quatrième attaque, une tendance apparut : les ravisseurs ciblaient uniquement les hommes mariés ou engagés dans une relation homosexuelle et ayant déjà un enfant. Après avoir découvert que toutes les victimes des trois dernières années avaient eu recours au moins une fois aux centres de fertilité spécialement créés à l'hôpital Sainte-Mangouste, l'alarme fut tirée au Bureau des Aurors. Le ministre de la Magie Shacklebolt convoqua une réunion d'urgence avec des représentants des forces de sécurité pour discuter des mesures à prendre pour protéger la population.

Kingsley regarda les Aurors assis autour de la table en fronçant les sourcils.

-         Je pense que nous devrions tous admettre que dans la Grande-Bretagne magique, il existe un groupe criminel bien organisé impliqué dans la traite des êtres humains. Voici un récapitulatif des enlèvements à travers tout le pays au cours des trois derniers mois. Dix nouveaux cas, Messieurs ! Tous, sont des cracmols âgés de vingt à quarante ans, des homosexuels passifs, qui ont déjà passé la procédure de fécondation avec succès.

-         Êtes-vous en train de dire qu’ils sont kidnappés dans le but de produire une progéniture ? L'Auror en chef Robbins rit avec incrédulité. - Excusez-moi, Monsieur le Ministre, mais c'est... illogique. D'après ce que je comprends de ce processus, la grossesse ne peut survenir sans une potion spéciale, distribuée uniquement dans les centres de reproduction et avec un dosage strict. Alors à quoi servent ces attaques si les criminels n’ont toujours pas la potion ?

 Le ministre soupira péniblement et posa trois parchemins sur la table, puis il montra le premier :

-         Ça, c'est une demande officielle pour une potion de grossesse masculine de la part de clinique Jan Hus à Prague (2). Effectué il y a environ deux ans. Ceci, il tapota le deuxième, c'est une lettre de gratitude du ministère tchèque de la Magie, qui informe que la commande a été livrée et que les traitements ont déjà été distribués entre les centres de reproduction. Dans le même temps, le montant convenu en galions nous a été transféré. Maintenant, lisez le troisième document, il tendit à L'Auror en chef le parchemin restant.

Robbins lut à voix haute une requête officielle de la clinique Jan Hus de Prague pour une potion de grossesse masculine. "Il est arrivé avant-hier", commenta-t-il en regardant la date. Puis il répliqua en regardant Shacklebolt avec surprise :

-         Eh bien, qu'est-ce qui ne va pas avec ça ? Il est évident, que les Tchèques ont tout simplement épuisé le lot de potion qu'ils avaient reçue et demandent une rallonge.

Kingsley rougit de colère et prononça entre les dents :

-         Le souci, mon cher Robbins, c'est que les deux premières lettres sont des faux. Peut-être que nous ne l'aurions jamais su, mais les Tchèques m’ont récemment informé de leur échec dans la tentative de créer un équivalent d'une potion de grossesse masculine. Ils ont donc décidé de nous acheter un lot d’essai de ce remède. Cela a été fait. Bien sûr, j'ai immédiatement contacté leur ministre de la Magie et j'ai découvert que jamais auparavant les thèques ne nous avaient demandé de l'aide. La potion avait donc été commandée par des inconnus.

-         Ils avaient non seulement passé la commande, mais aussi payé ! Robbins remarqua avec surprise.

-         Oui, et je peux vous assurer, que le coût de la commande était fort élevé.

-         Voulez-vous que je commence immédiatement à enquêter sur cet étrange incident ?

Les yeux de l'Auror adjoint Reginald Smith pétillèrent, comme ceux d'un prédateur qui avait flairé une proie. Cependant Robbins tempéra les ardeurs de son subordonné :

-         Comment prévois-tu de procéder ? Vas-tu faire boire du Veritaserum à tous les employés du ministère et les interroger pour savoir s'ils ont participé à une escroquerie avec la potion de grossesse masculine il y a deux ans ? Te rends-tu compte du scandale énorme que cela va causer au ministère ?

-         Honnêtement, je suis d'accord avec Robbins, acquiesça Shacklebolt. - Le fraudeur depuis s'est caché ou quitté le ministère. J'ai demandé une vérification approfondie de toutes les commandes reçues par le Département des Mystères, et je suis soulagé de constater que cet incident malheureux était isolé. Je tends à croire que la personne responsable ne travaille plus pour nous. Et je pense qu'il est exagéré de la qualifier de voleur : après tout, le prix de la potion a été entièrement payé.

-         Pourtant, je m'interroge sur l'identité de la personne qui a acheté la potion à un prix fort par tromperie, alors qu'elle aurait pu l'obtenir à un prix beaucoup plus abordable dans n'importe quel centre de reproduction. Qui était-ce, et pourquoi ? Demanda Smith.

-         Même si cela semble presque impossible, commença pensivement Robbins, mais je pourrais supposer, que les Moldus, d'une manière ou d'une autre, sont impliqués dans tout cela.

L'adjoint Smith rougit, mais le contredit néanmoins :

-         Absurde ! Pourquoi auront-ils besoin de cette potion ? Toutes les recherches dans ce domaine ont démontré que les hommes Moldus sont incapables de concevoir et porter des enfants. En outre, je suis sûr que le gouvernement militaire n'encourage pas les relations homosexuelles. Pensez-vous sérieusement qu'ils apprécieront notre méthode de... hum... de fécondation ?

 Shacklebolt sans la moindre trace de sourire déclara :

-         Réginald, il est évident, que vous désapprouvez les relations homosexuelles. Cependant, dans la situation actuelle où l'humanité est confrontée à l'extinction, nous n'avons pas d'autre choix. En raison de la stérilité des femmes, causée par les militaires, les hommes ont dû prendre leur place. Que ça vous plaise ou non ! Et maintenant, ces hommes sont enlevés. De plus, une quantité importante de la potion nécessaire à la fécondation a disparu. Des expériences cliniques menées il y a environ trois ans au Département des Mystères ont démontré qu'il est possible à un Moldu de réussir une fécondation si son partenaire passif est un sorcier ou un cracmol. Monsieur Smith, pas besoin de rougir. Nous ne sommes pas en train de raconter des blagues salaces, nous abordons un problème sérieux d'importance nationale.

-         Et étant donné que les cracmols qui ne possèdent pas la magie ne peuvent pas se défendre contre les ravisseurs, Robbins s'assombrit encore plus. - Hum... la situation, à vrai dire, est révoltante. Et si on prenait le risque de se tourner vers le chef du gouvernement militaire Moldu le général Gregston, pour exiger le retour de tous nos concitoyens enlevés ?

-         Nous n'avons aucune preuve tangible, que les Moldus soient responsables des disparitions, répondit Kingsley bouleversé, juste des hypothèses.

-         Et que proposez-vous ? Demanda Robbins avec une irritation. C'est tout simplement impossible d'enregistrer tous les cracmols gays et de leur attribuer un garde de corps personnel. Notre service n'a pas assez de personnel pour cela.

Kingsley se gratta pensivement l'arrière de la tête, poussant son kufi (3) bien usé sur le front, et fini par dire :

-         Et si nous établissions une zone de sécurité quelque part en Écosse, par exemple, dans la forêt Calédonienne (4) ? Nous pourrions l'entourer de sorts de protection très efficaces, y compris ceux qui repoussent les Moldus, et suggérer que tous les cracmols, qui ont des relations homosexuelles s'y installent temporairement par mesure de sécurité.

-         Je doute fort, que les gens accepteront de vivre dans une réserve, Smith pinça les lèvres avec scepticisme, nous allons, en substance, créer une sorte de camp de concentration pour les gays.

-         Il faut donc éduquer et expliquer, annoncer dans la Gazette du Sorcier que ces mesures sont indispensables. Il est essentiel de persuader les habitants que c'est le seul moyen de les protéger... Offrir un logement et un emploi dans ce nouveau lieu de résidence. Construire un hôpital et une école dans la zone sécurisée... Après tout, des enfants y verront le jour.

-         Ce plan n'est pas mauvais, déclara tristement Robbins, mais il faudra plusieurs mois pour mettre en œuvre ce projet. De plus, nous devrons faire appel aux gobelins pour la construction, et ces grippe-sous nous présenterons probablement une facture astronomique.

Shacklebolt sourit tristement :

-         Je vous assure que les gobelins coopéreront. Ils rencontrent les mêmes difficultés que nous et seront certainement intéressés par une potion modifiée en échange de l'aide d'une centaine de leurs bâtisseurs. Vous pouvez me croire, il n'y aura aucun problème avec eux !

Soudain Smith s'éxclama :

-         Pardon, Messieurs ! Vous parlez toujours de couples de même sexe, mais on m'a dit que plusieurs sorciers hétérosexuels se sont rendus au centre de fertilité du Chemin de Traverse pour obtenir de l'aide pour avoir un enfant... Vous ne leur proposerez pas, quand même, de déménager dans cette zone à eux aussi ?

-         Et pourquoi pas ? Robbins haussa les épaules avec perplexité. Votre plan me semble très pertinent, M. Shacklebolt.

-         Parfait, Kingsley acquiesça de la tête, je crois qu'il serait bon d'examiner cette question plus en profondeur et de passer à l'action.

***

Ron Weasley allongé dans le salon, feuilleta paresseusement le magazine sur le quidditch "Weekly Seeker"

Il était épuisé ! Ces patrouilles désormais quasi quotidiennes dans les rues du Londres magique furent bien plus fatigantes que les raids nocturnes. Au moins, durant les raids tout était clair : Les ennemis, c’étaient les Mangemorts survivants, qu'il fallait à tout prix neutraliser. Et maintenant ? S'assurer que les gens ne soient pas enlevés en plein jour ? Mais, qui ferait cela sous les yeux des forces de l’ordre ? Non, le groupe de malfaiteurs agit de manière beaucoup plus astucieuse, les cracmols disparaissaient dans les magasins, en rentrant du travail ou même dans leurs appartements verrouillés. Une réelle peur s'empara de la population. Certains proposèrent même de suivre l'exemple des Moldus et d'instaurer la loi martiale.

« Tous les couples homosexuels vont bientôt être déplacés vers une nouvelle zone de sécurité, c'est une bonne chose ! » Pensa Ron en bâillant largement. « C'est vrai, Robbins a déclaré que chaque Auror devra se rendre là-bas une fois par an pour remplir une mission de sécurité pendant un mois complet. Mais à Londres, la charge de travail diminuera immédiatement. »

 Son humeur agréable s'évanouit soudain à l'idée de s'éloigner si longtemps d'Hermione. Récemment, leur relation semblait s'être améliorée. Madame Weasley passait des heures interminables au ministère, en raison de son nouveau poste de directrice des archives, ce qui l'amenait souvent à travailler tard le soir. Malgré cela, elle manifesta beaucoup plus d'affection envers Ron et ils arrêtèrent même de faire chambre à part. En caressant le corps féminin ferme et doux de sa femme la nuit, Ron se sentait heureux, comme avant. Il lui pardonna presque ses nombreuses années d'infidélité, mais il ne pouvait pas oublier son tourment. Parfois, en se remémorant toute la souffrance et la solitude qu'il avait endurées à cause d'Hermione, il imaginait pouvoir lui rendre la monnaie de sa pièce si l’opportunité se présentait.


___________________________________________________________


 

1.      Ridiculous (anglais : Boggart-Banishing Spell) – un sort utilisé pour se débarrasser d'un épouvantard. Il faut pointer la baguette vers l'épouvantard, puis l'agiter légèrement et prononcer : « Ridiculous ». Avec un sort correctement lancé, l'épouvantard se transformera en quelque chose d'inoffensif et de drôle, le rire provoqué le fera fuir.

2.      Jan Hus, aussi connu sous le nom de Jean Huss, est né entre 1369 et 1372 à Husinec, dans le royaume de Bohême. Il était un théologien, un universitaire et un réformateur religieux tchèque. Il a été exécuté le 6 juillet 1415 à Constance, suite à une condamnation de l'Église catholique pour hérésie. Les Tchèques l'ont élevé au rang de héros national, symbole de leur lutte contre l'oppression catholique, impériale et allemande.

3.      Kufi - un bonnet destiné aux hommes principalement en Afrique de l'Ouest, bien qu'il soit également porté parfois dans d'autres régions d'Afrique, ainsi qu'en Asie. L'équivalent du kufi dans l'archipel des Comores en Afrique de l'Est est le kofia.

4.      La forêt Calédonienne – C’est la forêt primitive en Écosse, s’étirant du Nord au Sud des Highlands et tirant son nom de l’appellation romaine Caledonia Silva. Car effectivement, les romains sont remontés jusqu’ici mais l’esprit défensif des autochtones et la présence de cette forêt refuge finirent par décourager l’empereur Hadrien. Pourtant, la moitié de la forêt d’origine avait déjà régressé. William Wallace, grand héros écossais, au tout début du XIVéme siècle, aurait réussi tout de même à s’y cacher pour triompher contre les Anglais. Toujours est-il qu’au XVIIIéme siècle, la forêt calédonienne a en grande partie disparu. Elle n’existe plus aujourd’hui, que sous forme de vestiges représentants 1% de sa surface d'origine.

Laisser un commentaire ?