Le Harry Potter dont vous êtes le héros 2 - Gryffondor édition par

0 point(s) avec 1 review(s) sur 0 chapitre(s), moyenne=0/10
Deviation / Aventure / Parodie

49 49

Catégorie: T , 431 mots
1 commentaire(s)

Tu t’avances avec une expression que tu espères être pleine de persuasion et d’assurance (vu que tu plisses les yeux en regardant parterre, tu as surtout l’air de chercher une lentille sur le sol). Puis en évitant soigneusement de regarder la tête du serpent qui ondule vers toi, tu siffles : "Ô, noble monstre de Serpentard ! Retiens tes muscles puissants et daignes écouter ma supplique !" Le monstre s’arrête, étonné : voilà des siècles qu’on ne lui a pas parlé avec autant de respect en y mettant les formes. En fait, maintenant qu’il y réfléchit, on ne lui a jamais parlé comme ça tout court ! (Salazar Serpentard n’était pas réputé pour son amour des animaux (ou de quoi que ce soit)


Il s’arrête et t’écoute. Encouragé, tu poursuis avec emphase : "Tu mérites mieux que de rester enfermé dans les tréfonds de Poudlard ! Si tu m’obéis, je te promet la liberté !"


Le serpent frappe avec enthousiasme le sol de sa queue : "La liberté ? Je pourrais aller dehors ? Je pourrai manger qui je veux ?" 


Pas très attentif à ce que tes paroles impliquent, tu opines du chef : "Tu seras libre, ô noble Basilic !"


Il se tourne vers Tom Jedusor, qui est devenu très pâle. Celui-ci réagit avec toute l’intelligence émotionnelle que l’on peut attendre d’un psychopathe de 16 ans, et menace immédiatement le Basilic du sort Doloris s’il n’obtempère pas. Lassé par des siècles de servitude et de diète forcée, le serpent géant fonce droit sur le carnet et l’embroche sur l’un de ses crochets, envoyant Voldemort junior dans les limbes. 


Triomphant, tu ordonnes au serpent de sortir par un tuyau qui mène au lac. Tu émerges bientôt à l’air libre, parfaitement inconscient que tu viens de libérer un monstre certes reconnaissant envers toi, mais mortel pour tous les autres élèves.


Soudain le poulpe géant se dirige vers toi et te menace de ses tentacules. Mais cette fois-ci, tu as de quoi prendre ta revanche!


"Tue-le !", tu ordonnes au Basilic. Petit problème : tu n’es pas très bon en prononciation et en Fourchelang « le » a presque les mêmes sonorités que « moi ».


Le Basilic réduira l’effectif de Poudlard de moitié avant d’être arrêté par le professeur Rogue.Le monde des sorciers gardera une image plutôt médiocre de toi.


Choisis plutôt d'affronter la bête en 42.

1 commentaire(s)

Laisser un commentaire ?