Le début d'une fin

Chapitre 6 : Toutes les douleurs de la séparation disparaissent à l'instant des retrouvailles

Chapitre final

1422 mots, Catégorie: T

Dernière mise à jour 21/02/2022 16:06

Malheureusement, les paroles d’un adolescent qui se voulait rassurant auprès de son petit ami ne faisaient pas le poids face aux aléas de la vie…

 

***

 

~Tom Ella~

Il se tenait là, juste devant ce qui était autrefois un petit restaurant au style rétro. Sa main droite passait et repassait machinalement dans ses cheveux châtains pour les ébouriffer, tandis que dans l’autre ses doigts tenaient une cigarette déjà bien entamée. Sans ciller, ses yeux verdoyants fixaient le bâtiment. Il était songeur, la tête ailleurs, à tel point qu’il ne remarqua pas tout de suite la jeune femme devant lui, à qui il entravait le chemin.

 

Il s’excusa alors nerveusement, se décalant pour la laisser passer, sans même lui prêter plus attention, avant de relever une nouvelle fois la tête. Face à lui, l’enseigne AJ Tattoo trônait fièrement devant la porte vitrée.

 

Instinctivement, il posa sa main sur le tatouage ornant son bras gauche, toujours aussi musclé, sans pour autant détourner son regard, tant il était obnubilé par le changement radical de cet endroit. Il y avait cru sans vraiment y croire mais la preuve était là : le petit restaurant où il avait l’habitude de traîner avait fait place à un nouveau salon de tatouages.

 

Trois ans s’étaient écoulés depuis son départ et il avait l’impression d’avoir perdu tous ses repères. D’ailleurs, lui-même sentait qu’il n’était plus la personne qui avait quitté ces lieux. Physiquement, il était resté tel quel : plutôt grand, assez musclé, l’air toujours aussi maladroit et naïf. Mais à l’intérieur, il avait gagné une certaine maturité et assurance, atténuant son côté relativement solitaire et introverti.

 

Il inspira une longue bouffée d’une énième cigarette qu’il s’était pourtant juré être la dernière, avant de l’écraser dans le cendrier placé à l’entrée. Expirant la fumée de sa bouche, il esquissa un sourire et poussa la porte d’un geste assuré.

 

~ Alexis Johnson~

Sa silhouette, toujours plus longue et fine, se reflétait dans le miroir de l’immense pièce éclairée. Ses mains prenaient appui sur ce corps aux courbes féminines et gracieuses, alors qu’il avançait son visage plus près afin d’y analyser les traits marqués par l’encre noire. Quelques-unes de ses boucles brunes s’échappaient du petit chignon qui les retenait et, malgré plusieurs tentatives pour les chasser, venaient toujours se loger devant ses yeux sombres. Il finit par abdiquer, grognant intérieurement.

 

Très soucieux par la qualité de son travail et de nature perfectionniste, il prenait toujours un temps fou pour soigner chacune de ses lignes, faisant attention au moindre petit détail.

 

Lorsqu’il eut enfin terminé, il reposa son matériel puis invita la charmante jeune femme à contempler le tatouage sur sa hanche, le temps de préparer un film cellophane pour le recouvrir. Ravie, elle le serra dans ses bras pour le remercier avant de se rhabiller en vitesse et de s’en aller en lui déposant un baiser sur la joue.

 

Désormais seul, il s’octroya le temps d’une pause, soulagé de ne pas être en retard pour une fois. Après toutes ces années, il n’avait pas perdu ses bonnes vieilles habitudes, hormis peut-être son vocabulaire grossier, ce qui était plutôt une bonne chose. Aujourd’hui, il se sentait bien différent du petit arrogant colérique qu’il avait été, plus réfléchi et moins borné. Il aurait juste encore aimé troquer sa santé fragile et son corps frêle contre quelque chose de plus… sexy.

 

À l’entrée, le son du carillon annonçant la venue d’un client le fit sourire. Il pressa le pas jusqu’au comptoir, s’imaginant qu’il devait probablement s’agir du retour de la jeune femme, certes charmante, mais tête en l’air…

 

~Tom Ella & Alexis Johnson~

—     Lana ? T’as oublié quelque… chose…

 

Alexis se stoppa net, soudain figé. Le sourire en coin qu’il affichait fièrement se transforma aussitôt en stupéfaction. Il n’en crut pas ses yeux et dut les cligner plusieurs fois pour s’assurer de l’identité de la personne devant lui. Il aurait pu se rapprocher, lui toucher le visage, mais il resta bêtement planté là, muet. Sur le moment, il aurait juré sentir ses jambes trembler et les battements de son cœur cesser.

 

Tom était là, juste , à quelques mètres de lui, devant lui, arborant son éternel air de… Tom. Il souriait timidement, un peu gêné, tandis que ses doigts se faufilaient dans ses cheveux, jouant nerveusement avec ses mèches. Peu à peu, il prit conscience de la situation dans laquelle il s’était mis.

 

—     Salut…

 

Sa voix, à la fois douce et hésitante, retentit dans la pièce, étouffée par la musique bruissant dans les enceintes. Bien qu’imperceptible, Alexis la distingua sans peine et fût submergé par des spasmes incontrôlables. Une décharge électrique se répandit alors en une onde de choc dans tout son système nerveux.

 

—     Hey…

 

C’était si bon de l’entendre à nouveau, si bon de le revoir, d’enfin pouvoir respirer le même air que lui. Mais Tom voulait plus que ça, plus que ressentir sa présence. Il mourrait d’envie de le toucher, de le prendre dans ses bras et même de l’embrasser. Il avait fait l’impasse sur ces belles choses pendant trop longtemps et le manque se faisait ressentir. Il n’en pouvait plus.

 

Un pas, deux pas, trois pas, quatre pas... Ils n’étaient qu’à cinq malheureux pas l’un de l’autre, un rien comparé aux milliers de kilomètres qui les avaient séparés.

 

Sans perdre plus de temps, Alexis se rapprocha alors lentement d’une démarche légère, comme si le sol était pavé d’un cristal fragile prêt à céder sous son poids plume. Le temps se suspendit au moment où il effleura la peau de Tom, toujours aussi tiède et ferme que dans ses souvenirs. Sa main – moite à cause de l’émotion – la palpa avec adresse, non sans une pointe d’avidité, s’attardant principalement sur les deux bandes noires – et estompées par le temps – de son biceps.

 

Il souffla du nez, constatant avec affolement qu’il fallait absolument faire quelque chose pour rattraper le désastre qu’il avait tatoué par le passé, lorsqu’il s’essayait au tatouage. Mais Alexis n’était pas pressé pour l’instant, il avait mieux à faire, comme par exemple faire courir ses doigts le long du bras de Tom, puis sur son épaule, son cou et finalement sa joue, laissant derrière son passage une nuée de frissons.

 

Toute la douleur, la colère et la tristesse accumulées ces dernières années s’effacèrent quand la main de Tom se posa sur celle d’Alexis, engendrant une étincelle prête à s’embraser et tout enflammer sans la moindre hésitation. Ce geste, bien qu’anodin, marqua de son innocence et de sa tendresse le début d’un nouveau départ, celui dont la fin ne sera pas précipitée, ni imposée.

 

—     T’es de retour alors…

 

La voix grave d’Alexis se perdit entre deux sanglots, de petites traces humides se dessinèrent le long de ses joues, mais il ne releva pas. Il avait juste besoin de se laisser aller, de se montrer vulnérable. Tom acquiesça d’un mouvement de la tête, serrant sa main plus fort encore, de sorte à ne plus la lâcher. Il espérait que plus jamais on ne l’arrache à lui comme on l’avait fait, que plus rien ni personne ne se mettra en travers de leur chemin.

 

Cette fois, tout allait bien se passer, il n’en avait plus aucun doute.

 

—     On s’était promis un nouveau départ à mon retour, non ?

Laisser un commentaire ?