JE SUIS VIVANT

Chapitre 16 : Perte

5186 mots, Catégorie: G

Dernière mise à jour 25/10/2023 23:45

Perte




Se déplaçant dans la maison aussi silencieusement que possible pour permettre à Hank de dormir en ce dimanche matin, Connor se dirigea vers la table de la cuisine et y déposa une note parfaitement écrite.


Après avoir mis Sumo dehors dans la cour arrière pour s'assurer que rien ni personne ne perturbe le sommeil de l’homme, le déviant entra dans la voiture, fit marche arrière dans l'allée et se dirigea vers le centre ville pour effectuer quelques achats : Des objets pour meubler sa nouvelle chambre, comme Hank lui avait suggéré de le faire la veille.


Il fallut du temps au détective pour oser franchir cette étape mais au final il trouva le courage de vider la chambre de son défunt fils pendant l’un des services de Connor. Cela faisait près d'un an que l'androïde logeait chez lui. Il était maintenant temps de lui offrir un espace rien qu'à lui.


Absent que depuis trois heures ce matin-là, Connor réussit à ramener les affaires nouvellement acquises dans sa chambre sans perturber son ami.


À juste titre, le quinquagénaire dormit paisiblement jusqu'à onze heures.


En ouvrant sa porte, Hank aperçut Sumo sagement assis devant. Il caressa les oreilles du Saint-Bernard et regarda à l'intérieur de la chambre voisine pour voir le déviant terminer d’installer un grand aquarium contre le mur du fond, entre le placard et la fenêtre.


« Connor ? » Le lieutenant avait l'air complètement groggy pendant qu'il parlait. « Qu'est-ce que tu fais ? »


« Je suis désolé, Hank. Est-ce que je vous ai réveillé ? » Demanda sincèrement l’androïde en se détournant du grand réservoir en verre déjà rempli de poissons aux couleurs vives.


L'homme lança à Connor un regard étrange. 


« Gamin, quand je disais que tu pouvais décorer cette chambre, je n'imaginais pas ça... »


« Cela vous dérange ? »


« Absolument pas. » Répondit Hank en se grattant distraitement la barbe. « Après tout, je t'ai dit de l'aménager comme il te plaisait... »


« J'ai toujours trouvé les aquariums reposants » Saupoudrant quelques flocons dans l'eau, Connor observa les allers-retours de ses poissons tropicaux avec un petit sourire satisfait. « J'aime les regarder. »


« C'est tout ce que tu as pris ? » Demanda le détective en observant la pièce vide avec curiosité.


« Non. J'ai également acheté des vêtements supplémentaires à porter lorsque je ne suis pas au travail. Je sais que vous n'aimez pas que je mette mon uniforme en dehors de mes heures de service. »


« Et sinon, qu'est-ce que tu comptes faire d'autre avec cette chambre ? »


Le front de Connor se plissa.


« Que voulez-vous dire? »


« Tu ne peux pas simplement acheter un aquarium et quelques vêtements, tu sais ? »


« Oh. Que dois-je acheter d'autre ? » Demanda le déviant en s'asseyant au pied de son lit. « Je n'ai besoin de rien. »


« Il ne s'agit pas seulement d'acheter des choses. » Hank le rejoignit et regarda les poissons aux couleurs vives qui nageaient autour du nouvel aquarium. « Il s'agit de personnaliser. C'est ta chambre maintenant, alors fais en ce que tu veux. »


« Comme quoi ? »


« Je ne sais pas. Peins les murs, remplace la moquette, accroche des photos, des affiches... »


Connor hocha légèrement la tête en réfléchissant aux suggestions de Hank. « Je vais suivre vos conseils et trouver un moyen de faire en sorte que cette pièce me ressemble davantage. »


« Bien. C'est ce que je voulais entendre. »


Soudain, l'appel cybernétique d'un WR400 fit clignoter la LED de l'androïde en jaune.


« Un problème ? »


« North tente de me joindre. »


« Ok, je te laisse lui répondre. » Suggéra sagement le détective en se levant du lit pour aller prendre une douche rapide.


Le déviant hocha la tête avant d'accepter l'appel.


« Bonjour, North »


« Connor », la voix de la jeune femme semblait inhabituellement sombre et léthargique. « Quelque chose de terrible s'est produit. Et j'ai besoin de ton aide. »


« Que se passe-t-il ? »


Dix minutes de silence tendu suivirent l'appel cybernétique. Quand Hank sortit de la salle de bain, il aperçut Connor avec un air étrange sur le visage, debout au milieu de la chambre, habillé des vêtements de rechange similaires à ceux qu'il arborait la nuit où il avait localisé Jericho. 


 « Tout va bien ? »


« Hank ? » Connor passa nerveusement sa main sur les oreilles de Sumo comme s'il avait besoin de se calmer. « Pouvez-vous m'accompagner chez Carl Manfred ? C'est important. »


« Heu, ouais, bien sûr. Laisse moi juste le temps de me changer. »


Il lui fit un léger signe de tête. «...Merci. »


-------

 

Le trajet vers le grand manoir fut étrangement calme alors que Connor était assis sur le siège passager et réfléchissait à la nouvelle qui lui avait été annoncée. Étant conscient des émotions encore en développement du déviant et de sa compréhension quelque peu limitée de celles-ci, Hank n'essaya pas d'engager une conversation. Il ne fallut pas longtemps avant que la vieille voiture s'arrête dans l'allée de la grande maison qu'ils avaient visitée une fois auparavant, le jour de la fête des pères.


La magnifique bâtisse en briques, habituellement chaleureuse, qui abritait également le studio de l'artiste talentueux, sembla en cet instant terriblement morne. Une seule faible lumière brillait par la fenêtre de la chambre au dernier étage, tout le reste de la maison était sombre et calme. Frappant deux fois à la porte d'entrée, les deux détectives attendirent une réponse.


North ouvrit rapidement et laissa le duo entrer.


« Connor, Hank. Merci d'être venus. »


« Où est Markus ? »  Demanda le déviant à voix basse.


« Il est à l'étage avec Carl. » North lança à Connor un regard vraiment triste. « Léo est là aussi. »


Le Lieutenant pouvait deviner à la façon dont la déviante parlait, que la fin approchait « Comment va Carl ? »


« Il est... Il est déjà décédé. »


Hank soupira lourdement.


« Quand est-ce arrivé ? »

 

« La nuit dernière. » Répondit-elle d'une voix basse pour ne pas déranger Markus à l'étage avec le vieil homme. « David, le soignant qui séjournait avec Carl, a appelé New Jericho vers trois heures du matin pour prévenir Markus que sa santé avait commencé à se détériorer. C'est son cœur qui aurait lâché. »


« Y a-t-il quelque chose que nous puissions faire ? » Demanda Connor.


« Oui. Aide-moi à soutenir Markus. »


« Mais North, tu le connais mieux que moi. Je ne sais pas comment… »


Sans le laisser finir, la rouquine prit doucement sa main droite et le tira vers l'escalier.


« Ecoute, toi et Markus êtes les seuls déviants que je connaisse qui ont des expériences positives et des amitiés avec des humains. Je ne sais pas comment réconforter Markus après la mort de son père. Je n’arrive pas à me connecter émotionnellement avec lui. »


« Mais je… »


« S’il te plait. » Supplia la jeune femme en montrant à Connor la chambre de Carl. « Je resterai en bas avec le lieutenant Anderson. »


« Très bien... »


Connor s’approcha doucement et se tint dans l'embrasure de la porte ouverte, témoin du moment déchirant qui se déroulait devant lui.


Markus était assis sur le bord du lit, près du vieil homme décédé. Les larmes coulaient sur son visage tandis qu'il regardait l'expression paisible de l'artiste. Debout de l'autre côté, se tenait une autre silhouette que Connor déduisit être Léo, le fils biologique. Tout comme Markus, le jeune homme brun dans la vingtaine, pleurait également, sa propre main enroulée autour de celle de son père.


À l'approche de son ami, Markus secoua tristement la tête sans jamais détourner les yeux du visage de Carl.


 « Il est parti... »


« Je suis vraiment désolé. » Connor baissa légèrement la tête et sa LED passa du bleu au jaune. « Je sais à quel point il était important pour toi. »


« S'il te plaît, donne-moi juste un peu de temps. » Implora t'il en resserrant sa prise sur la main de Carl. « Je ne veux pas le laisser. Pas encore. »


« ...Oui...Bien sûr. Je vous laisse tous les deux tranquilles. »


Il sortit silencieusement de la pièce et retrouva Hank et North qui attendaient dans le hall d'entrée.


« Markus et Léo ont encore besoin d'un moment. Hank, pourriez-vous appeler les services de secours et les informer du décès de Carl ? »


« Ouais, je m'en occupe. » Le lieutenant sortit son téléphone de la poche arrière de son jean et s’éloigna pour passer l'appel en privé. 

 

Connor resta au bas de l'escalier avec sa LED toujours jaune et son regard rempli de tristesse. North l'étudia curieusement. Comment pouvait-il ressentir quoi que ce soit envers Carl Manfred alors qu'il le connaissait à peine ? Ne voulant pas paraitre irrespectueuse ou froide, North garda le silence et ne prit pas la peine de s'enquérir des réactions très humaines de Connor ou de Markus face à la mort.


-----


Malgré les efforts déployés pour garder le silence sur le décès du célèbre artiste, la nouvelle ne tarda pas à circuler dans toute la ville. Une grande foule de journalistes curieux s'était vite rassemblée sur la pelouse de la propriété privée pendant que les autorités traitaient de manière appropriée et professionnelle le transport du corps. Hank fit de son mieux pour tenir les photographes à distance pendant que Leo accompagnait son père à la morgue. North, quant à elle, resta à l’intérieur de la maison, principalement parce qu'elle dédaignait toujours d'être entourée d'autant d'humains.


Connor, de son côté, osa monter l'escalier une fois de plus pour rendre visite à Markus. 


En entrant tranquillement dans la chambre, le déviant vit que son ami était toujours assis sur le bord du lit, le dos voûté, scrutant par la fenêtre avec un regard brisé l'ambulance qui escortait le corps de Carl hors de la propriété.


 « ...Je ne sais pas ce que je vais faire. » Souffla Markus avec des larmes sur son visage. Un tableau inachevé que Carl avait créé avant sa crise cardiaque était fermement serré entre ses mains. « Il n'était pas seulement mon ami. Il était mon père… Il l'était vraiment. »


Connor s'assit en silence sur le lit, juste à côté.


« J’ai toujours pu compter sur lui. Mais maintenant qu’il est parti, je me sens si seul et perdu… »


Ne sachant quoi dire, Connor se contenta simplement d'être là en enroulant son bras autour des épaules de son ami. Markus baissa la tête en avant et continua à sangloter, ses larmes tombant sur la peinture du tableau toujours serrée dans ses mains.


-----


Après avoir passé la journée à soutenir leur ami endeuillé, le duo rentra à la maison d'humeur maussade.


En ouvrant la porte de son placard pour examiner les nouveaux vêtements qu'il avait récemment achetés, Connor se sentit mal à l'aise. Il n'avait rien de sombre à porter pour la cérémonie de demain.


« Hank ? Avez-vous une chemise noire que je pourrais emprunter ? » Demanda-t-il depuis sa chambre au quinquagénaire resté dans la cuisine. « Je n'ai rien d'approprié. »


« Bien sûr ! » Répondit Hank en faisant claquer la porte du frigo. « Regarde dans mon placard, à droite. Il devrait y avoir des tailles plus petites qui pourront t'aller. »


En entrant dans la chambre, le déviant ouvrit l'armoire et repéra une demi-douzaine de chemises qui étaient clairement plus anciennes que les tenues actuelles de Hank. Il écarta deux t-shirts noirs et récupéra le vêtement recherché. Mais alors qu'il s'apprêtait à fermer la porte, son œil fut attiré par quelque chose de brillant sur l'étagère.


Connor remarqua qu'il s'agissait d'une bouteille de vodka. Cette dernière était recouverte d'une épaisse couche de poussière et datait d'au moins six ans. À l’époque, Hank buvait beaucoup pour anesthésier la douleur causée par la mort de ses proches.


En l'examinant, une idée étrange lui vint à l’esprit.


Cela pourrait-il avoir le même effet sur un androïde ?


Il attrapa la bouteille et la glissa discrètement sous la chemise qu'il venait de récupérer avant de retourner tranquillement dans sa chambre. Après avoir dissimulé la vodka à l’intérieur de son propre placard, le déviant entreprit de vérifier dans ses données le comportement à adopter lors de rites funéraires mais aucune information de ce type n'était téléchargée dans sa banque de mémoire.

 

Hank passa devant la porte ouverte et, pendant quelques secondes, il fixa le gamin visiblement perdu dans ses pensées.


« Ça va ? Tu sembles vraiment préoccupé. »


« Je n'ai jamais assisté à des funérailles. C'est une expérience nouvelle pour moi. »


« Tu as de la chance. J'ai assisté à beaucoup trop d'enterrements dans ma vie. »


« Quelle est la chose appropriée à dire lors d'une telle occasion ? »


« C'est difficile à expliquer. » Avoua Hank en croisant les bras sur sa poitrine et en s'appuyant contre le cadre de la porte. « Il n'y a vraiment pas de réponse ou de réaction par défaut, mais si tu veux un petit conseil, c'est celui-ci : Si tu ne sais pas quoi dire, retiens que ton silence peut aussi être une forme de respect. »


Hochant légèrement la tête, Connor insista pour obtenir plus de détails. 


« Y a-t-il un comportement qui ne devrait jamais être affiché ? »


« Encore une fois gamin, ce n'est pas si simple. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise façon de pleurer la mort de quelqu'un. Certaines personnes montreront plus d'émotion que d'autres, mais cela ne veut pas dire qu'elles ne seront pas bouleversées... » Haussant un peu les épaules, Hank fit de son mieux pour simplifier le concept des funérailles autant que possible. « Chacun exprime son chagrin de différentes manières. »


Connor resta silencieux tandis qu'il réfléchissait aux conseils de Hank et tournait la tête pour regarder les poissons dans son nouvel aquarium. 


« Demain sera une longue journée. » S'éloignant de la porte, Hank donna au jeune déviant un peu d'espace pour réfléchir et faire son deuil. « Dors un peu. »


« C’est ce que je vais faire. »


« Bonne nuit. »


« À vous aussi. »

 

Connor entendit Hank parcourir la courte distance jusqu'à sa propre chambre et fermer la porte derrière lui. Une fois la lampe éteinte, le déviant retourna vers son placard, sa vision améliorée lui permettant de voir aussi bien dans le noir que dans n'importe quelle autre pièce bien éclairée.


L'androïde tint avec curiosité la bouteille de vodka dans ses mains et souffla la couche de poussière pour mieux examiner l'objet. 


Son scanner estima que le contenu global était de l'alcool pur à près de quatre-vingt-huit pour cent, ce qui le rendait très puissant.


Emportant silencieusement la bouteille dans la cuisine, Connor sortit un verre à shot du placard au-dessus de la cuisinière et s'assit à la table au centre de la pièce. Après avoir versé le premier verre de vodka, il calcula la quantité d'alcool que son corps serait capable de supporter avant de diluer son Thirium à un niveau dangereux.


En raison de la forte concentration, cela ne prendrait pas beaucoup de temps.


Tenant le puissant shot contre ses lèvres, l'androïde pencha la tête en arrière et avala le breuvage d'un seul coup. 


Pour le déviant, la vodka avait un goût étrange, les capteurs de sa langue ressentaient comme un léger picotement. Même s'il comprenait que la plupart des humains buvaient pour se sentir engourdis  plutôt que pour apprécier une saveur, une partie de lui s'attendait toujours à ce que l’alcool ait un goût plus attrayant.


En même temps que Connor versait son deuxième shot, Sumo entra dans la cuisine depuis le salon et s'assit à côté de son maître en gémissant.


« Désolé mon garçon... »


L’androïde avala le coup suivant et grimaça légèrement cette fois. Sa LED passa du jaune au rouge tandis que ses scanners notaient la chute de son niveau de Thirium à mesure que l'alcool pénétrait dans son système.


« ...Ce n'est certainement pas destiné à la consommation canine. Ce liquide ne devrait même pas être envisagé pour la consommation humaine. »


-----


Hank dormait depuis un peu plus d'une heure lorsqu'il entendit un lourd fracas venant de la cuisine, puis Sumo qui aboya une fois, ce qui fit redresser brusquement le lieutenant dans son lit.


En se dirigeant vers la cuisine pour enquêter, il trouva Connor allongé au sol, sur le dos avec le Saint-Bernard au-dessus de lui. Le déviant n'essaya même pas de se lever alors que sa LED passait du rouge au jaune puis au bleu, puis revenait à nouveau au jaune, et encore au rouge, selon un schéma non coordonné.


« Connor ? » Hank alluma le plafonnier de la cuisine et repéra de suite la vieille bouteille de vodka renversée sur la table, une bonne partie répandue sur la surface. « Tu bois ? Sérieusement ? »


L’androïde ne répondit pas. Il se contenta de rester allongé sur le sol, dans un coma presque éthylique, son bras droit replié sous sa tête avec désinvolture.


Hank tira Sumo par son collier et s'agenouilla à côté du déviant léthargique. Tapotant légèrement le côté gauche de son visage, le lieutenant héla son nom d'un ton taquin et chantant.


 « Cooooonnoooor ? »


L'androïde resta complètement insensible, ce qui obligea Hank a retirer sa main et à frapper fermement cette même joue. 


« Réveille-toi ! »


« Ehhhhh... » Gémit Connor en ouvrant lentement ses yeux marron.


Restant calme et serein, Hank posa la question évidente.


 « Pourquoi es-tu par terre ? »


« J’sais pas… » Répondit pathétiquement le déviant ivre de sa voix empâtée « Je... j'ai dû tomber. »


« Tu buvais, n'est-ce pas ? »


« Pffff….N-Non ! » Marmonna à nouveau Connor alors qu'il relevait la tête de son bras pour ensuite la laisser retomber « Je... J'essayais de comprendre qu-quelque ch-chose... »


« Et quoi donc, petit malin ? »


« P-Pourquoi les humains boivent... » 

La LED de Connor passait toujours du rouge au jaune, puis au bleu et vice-versa, comme si la diode ressentait elle-même les effets de l'alcool. S'asseyant enfin, l'androïde cligna lentement des yeux. « Merde… je... je comprends toujours pas... »


Hank rit un peu alors que la diction habituellement parfaite de Connor était gâchée par des insultes et des retards d'élocution. 


« Ouais. Quelle quantité tu as bu ? »


L'androïde se mit maladroitement à genoux et tâtonna la table à la recherche de la bouteille. Après quelques longues secondes, Ses doigts s'enroulèrent enfin autour du goulot.


Tenant la vodka pour que Hank puisse la voir, Connor pointa approximativement son index gauche, là où se trouvait la quantité originale avant de commencer à boire.


« ...beaucoup ! »


Hank l’arracha brusquement des mains de l’androïde et lut l'étiquette. 


« Merde ! Si tu étais humain, je te conduirais tout de suite à l'hôpital pour te faire pomper l'estomac ! »


« Pffffiou… » Souffla dramatiquement le déviant en laissant sa main maintenant vide retomber lourdement sur le sol. « J’ai... vraiment de la… chance… alors. »


« Tu n’es pas possible ! » Gronda Hank avec irritation. 


« Eh, je ne... » S'arrêtant au milieu de sa phrase, Connor tourna soudainement la tête sur le côté et vomit un peu de son Thirium bleu dilué sur le sol alors que son système essayait de compenser l'alcool inutile dans son système. « ...Oh. » Passant son bras droit sur sa bouche, il regarda la flaque de vomi à côté de lui. « Je... je l'ai expulsé. »


« Ah, bon sang ! » Se plaignit Hank en se levant pour aller chercher une serviette dans l'armoire voisine. « Tu bois comme un étudiant de première année ! »


« ...Ah ouais ? » Demanda Connor sans détourner la tête du vomi bleu à côté de lui. « C'est bien ? »


« Non, ce n'est pas bien. » Après avoir laissé tomber la serviette sur la flaque de Thirium, Hank posa sa main droite sous l’aisselle de Connor pour le hisser sur ses pieds et le traîner lentement jusqu'au canapé. « Tu es la dernière personne que j'aurais imaginé voir bourrée, tu le sais ça ? »


« Je… je suis b-bourré ? Moi ? Noooon... » Marmonna Connor en se balançant maladroitement d'avant en arrière.


« Bon sang, mais qu'est-ce qui ne va pas chez toi ? »


« Je... » Les mots de Connor étaient toujours bafouillés mais le vomissement semblait avoir relancé un peu son système dont l’autodiagnostic notait le changement de température et le volume en baisse de son Thirium. « Je voulais savoir... si b-boire de l'alcool arrêtait vraiment la douleur. »


« Arrêter la douleur ? »


« Je p…pensais à Carl... » Ayant du mal à articuler ses mots, Connor expliqua son raisonnement à Hank du mieux possible. « Ça me rend triste. »


« C'est normal, mais ce n'est pas parce que tu es triste que tu dois te saouler. »


« Hank ? Qu'arrive-t-il aux humains quand ils... meurent ? »


« Ah, gamin... » Soupira le quinquagénaire en asseyant doucement le déviant sur le canapé. « Je ne sais pas. Personne ne le sait. »


Avec un regard désespérément triste, Connor demanda :


« Quand allez-vous mourir ? »


« Je... » La question figea Hank pendant un instant « Je ne sais pas. Cela pourrait être ce soir, demain, ou dans vingt ans. »


La peur pour l'avenir incita Connor à enrouler frénétiquement ses bras autour de la poitrine de l’homme, pour l’étreindre fermement contre lui.


« Je ne veux pas que vous mourriez Hank ! »


«Hé ! Je ne suis pas... » Le premier réflexe de Hank fut de repousser l’androïde mais il avait peur que le déviant encore en état d'ébriété puisse faire une dépression émotionnelle s'il rompait l'étreinte. « Connor, ça va aller. »


« Carl est mort, maintenant Markus n'a plus son père… » Gémit l’androïde d'une voix chevrotante. « Je ne veux pas non plus perdre le mien. »


Hank ne savait pas quoi dire face à l'explosion émotionnelle du déviant. 


« Allez, Connor. Tu dois te mettre en mode repos maintenant. » Hank essaya de se lever mais l'androïde ne le laissait toujours pas partir. Il posa sa main sur son dos pour le soutenir.


« Je vais vivre longtemps Hank... Très longtemps... » Le déviant émotionnellement désemparé sanglotait ivre en se tenant fermement sur la poitrine de son ami. « Je… je ne suis pas sûr d’y arriver sans vous. »


« Oh gamin... » Soupira Hank en retirant doucement les bras du déviant autour de sa taille avant de pouvoir se relever. Il le souleva et le stabilisa tout en le conduisant dans sa chambre.


Incapable de réagir, Connor laissa Hank le traîner alors qu'il était pratiquement inconscient au moment où il l'amenait dans son lit pour son mode repos. Très soigneusement, le quinquagénaire l'assit et le guida jusqu'à ce qu'il s'allonge.


« Connor ? »


Pas de réponse.


Le corps de l’androïde tomba mollement sur le matelas, tandis qu'il s'évanouissait dans un sommeil ivre.


Se penchant pour s'assurer que sa LED était toujours allumée et qu’il respirait toujours, Hank attrapa la couette marron chocolat au bout du lit et la ramena jusqu'à sa poitrine. La lumière jaune palpitait lentement, et Hank fut convaincu que le déviant serait stable pour le reste de la nuit.


Il le considéra d'un soupir las avant de doucement refermer la porte de la chambre.


---------


Le matin suivant, Connor fut brutalement réveillé par Hank laissant tomber des vêtements noirs sur sa tête.


Dès le redémarrage de son système, une vive douleur lui frappa le crâne avec une sensation d'oppression dans son estomac artificiel. Des éclairs d'avertissement rouges apparurent dans ses capteurs visuels et une quantité écrasante d'entrées sensorielles stupéfia chacun de ses mouvements.


Levant la tête de son oreiller, Connor cligna deux fois des yeux pour ignorer les avertissements qui polluaient son champ visuel. Voir Hank debout à côté de son lit, vêtu de vêtements sombres, lui rappela brutalement le triste rendez-vous de ce jour.


La main droite pressée sur le côté de sa tête douloureuse, l'androïde essaya de comprendre ce qui lui arrivait. Il était évident qu’il ne fonctionnait pas à cent pour cent. 


« Je... Je ne me sens pas bien... »


« Allez debout, Connor ! » Ordonna Hank en attrapant sa main gauche pour y déposer une bouteille de Thirium frais. « Tu as dix minutes pour te changer. Je t'attends dans la voiture. »


« Pourquoi si tôt ? »


« Les funérailles commencent dans une heure. » Rappela Hank d’un ton ferme mais non agressif. 


Connor se redressa sur ses coudes, les vêtements glissant sur sa poitrine et ses genoux. 


« Est-ce que j'ai fait ou dit quelque chose de stupide hier soir ? »


« Ne t'inquiète pas pour ça » Ce n'était ni le moment ni l'endroit pour discuter du comportement imprudent du déviant. En quittant la chambre, Hank donna à Connor l'intimité nécessaire pour changer de vêtements. « Grouille-toi ! »


Ramassant le costume sur ses genoux, Connor hocha lentement la tête.


--------


Après être sorti de la maison en trébuchant, L’androïde habillé de sa tenue sombre se dirigea vers la voiture garée dans l'allée. Il ouvrit maladroitement la portière du côté passager et s'assit lourdement sur le siège. Alors que le duo quittait le quartier pour se rendre à l'église désignée pour les funérailles, Connor laissa échapper un soupir fatigué.


« Comment te sens-tu, gamin ? »


« ...Comment décrire ça ? »


« Laisse-moi deviner. Tu as l’impression d’avoir une perceuse dans ton crâne. » Sourit le quinquagénaire.


Lentement, Connor hocha la tête une fois et regretta immédiatement le mouvement.


« As-tu bu le Thirium que je t'ai donné ? » demanda Hank alors qu'il s'arrêtait à un feu rouge et lançait un regard inquiet à son partenaire. « Ta lumière est toujours rouge. »


« Oui. »


« Est-ce que ça a aidé ? »


« Oui. Dans une certaine mesure. » Connor révéla une deuxième bouteille de sang bleu cachée sous sa veste noire dans la poche intérieure du revers gauche. 


« Mon Thirium était dangereusement dilué. Si j'avais continué à boire cet alcool, je me serais arrêté et j'aurais eu besoin de nombreuses réparations pour redémarrer correctement. »


« Alors, c'est une bonne chose que tu te sois effondré. » Commenta Hank, l'air quelque peu soulagé. « Est-ce que tu vas recommencer ? »


« Me saouler ? Oh non ! » Répondit rapidement Connor en lançant un regard dégouté à Hank. 


« Je suis content de l'entendre. De toute façon, j'ai déjà balancé le reste de la vodka dans l’évier… »


« Merci. »


« …Après avoir nettoyé ton vomi. »


« Oh. » Le déviant termina le Thirium et attendit que son système fasse plusieurs cycles avant de sortir une troisième bouteille de sa veste. À ce moment-là, sa LED passa du rouge au jaune et conserva la couleur sans aucun problème. « Désolé, je me sens si honteux… »


 « Connor, tu te souviens quand je disais que les gens géraient leurs émotions de différentes manières face à la mort ? »


Le déviant lui jeta un regard attentif.


« Je ne te juge pas gamin. Je suis déjà passé par là. »


Un silence s’installa dans l’habitacle alors que Hank jetait un œil discret à son passager. Ce dernier terminait d’avaler son liquide bleu en regardant par la fenêtre latérale avec fatigue. Le déviant ne semblait pas se rappeler sa détresse émotionnelle de l’autre nuit mais le lieutenant lui, savait. Il connaissait la peur ultime qui le terrifiait.


« Tout ira bien, Connor. » Le rassura-t-il d’un sourire plein de confiance. « Tu y arriveras. »


A ces mots, l'androïde reporta son regard circonspect sur son ami, étudiant l’étrange expression sur son visage alors qu’il se concentrait sur la route. « Merci Hank. » Dit-il simplement en pensant qu’il faisait référence aux funérailles. « Je ne sais pas ce que je ferai sans vous. »


 

------

 


Laisser un commentaire ?