Donjon Mystère - L'histoire de la Dream Team

Chapitre 71 : Les deux mortels aux pouvoirs divins

4987 mots, Catégorie: T

Dernière mise à jour 22/06/2022 22:47

- (Mysdibule) NON !!!

Hurla une jeune exploratrice, lancée dans le domaine depuis peu et déjà cheffe d’une escouade de redoutables soldats. Hélas, leur mission les fit se confronter au chef de la DDR, le terrifiant Roitiflam. Et malheureusement, Mysdibule ne l’avait pas anticipé. Le monstre laissa ses flammes jaillir à pleine puissance, et personne ne pouvait rien y faire. Il brûla vif une première cible, poignarda de ses griffes aiguisées une deuxième puis cribla de coups une dernière. Mysdibule tenta de l’arrêter mais son type acier ne supportait pas, mais alors pas du tout l’existence même de ce personnage. Elle ne pouvait qu’observer impuissante la mort de son escouade, avant de fuir à contrecœur face à celui qui laissa son rire raisonner dans tout le territoire. Le sien, c’est-à-dire les quartiers pauvres de Loliloville.

Âge 223, elle obtenait ses trente-quatre ans en même temps qu’un sévère traumatisme. Ses proches lui conseillaient tous d’arrêter, mais c’était hors de question. L’argent ou la popularité ne l’intéressait pas, à vrai dire, elle possédait déjà un sacré CV. Diplômée historienne, traductrice de l’ancien langage et négociatrice officielle, la savoir ceinture noire dans différents arts de combat perturbaient tous les explorateurs qui osaient la prendre de haut. C’était une femme, après tout, elle ne pouvait pas être aussi compétente qu’un homme dans le domaine de l’exploration, si ? Grodoudou la nomma cheffe des apprentis, lorsqu’elle fut à la guilde. Il avait tout de suite compris qu’elle avait le potentiel de faire progresser tout le monde, que ce soit en termes d’entraînement pur ou de mentalité. Et ce fut le cas : c’est moins d’un an après avoir obtenu le diplôme d’exploration, qu’elle fut assignée cheffe d’équipe de différentes escouades pour opérer dans les quartiers pauvres, un lieu délaissé depuis toujours par le gouvernement. Elle voulait faire changer les choses, surtout depuis qu’un fou dangereux y régnait en propageant une idéologie de plus en plus populaire. Mais Roitiflam était malin, beaucoup plus malin qu’elle ne l’avait imaginé. Et maintenant, elle se retrouvait à devoir annoncer la mort de ses coéquipiers à leurs proches. Ses épaules s’étaient alourdies. Déjà froide et pragmatique de caractère, son traumatisme ne fit que la conforter là-dedans.

Alors lorsqu’elle rencontra, à l’aube de l’âge 224, un homme jaune en combinaison noire qui explorait constamment en s’amusant, elle se moqua à son tour. Un certain Pharamp, qu’on lui conseilla de recruter pour sa quête. Il serait considéré comme le numéro un des explorateurs, enfin elle n’y prêta pas trop attention. Depuis que Roitiflam avait massacré Grolem et Haydaim, deux explorateurs ayant percés pour leur force et détermination, elle ne se fiait plus aux stats de la population. Elle les trouvait même ridicule. Personne n’était invincible, alors pourquoi se formait-il un culte autour de ce Pharamp ?

Elle comprit le jour de leur rencontre.

Il s’entoura d’éclairs, ferma les poings et cribla d’un regard assassin son adversaire. Ce dernier le regardait depuis les cieux d’un air perplexe. Son plan avait fonctionné : le numéro un était là, seul en face de lui et prêt à mourir de sa main. Mais cela coûta tous les autres : la Dream Team s’en était sortie avec Carabaffe, maintenant devenu Tortank, qui n’avait plus aucune chance de rejoindre son organisation. Il claqua donc des doigts avec sa main rose, et téléporta les incapables d’en bas en sécurité. Il n’avait plus le choix.

Soudainement, Pharamp bondit. Il sauta jusqu’aux cieux à la vitesse de la foudre, la provoquant à chacun de ses mouvements. Le boss se prépara à encaisser et bloqua juste à temps, avec ses quatre mains en même temps, le féroce poing de son ultime adversaire. Le choc fit trembler la planète entière, et le combat ne fit que commencer.

 

L’histoire de la Dream Team – Chapitre 71 : Les deux mortels aux pouvoirs divins

 

Mysdibule entra dans le donjon des Ruines Obscures, toujours à la recherche de Pharamp qu’elle espérait trouver ici. C’était la troisième fois qu’elle le pourchassait sans même qu’il ne soit au courant. Elle pensait se faire duper à chaque fois par les témoins qui lui assuraient l’avoir vu prendre cette direction. La vérité est qu’elle était incapable de croire qu’il partait toujours avant qu’elle ne le trouve. Si c’était vrai, cela demanderait une vitesse et dextérité invraisemblable. De toute façon, ce jour-là, elle était en forme. Alors ce donjon, elle le parcourra à pleine puissance. Et cela attira l’attention, à un point où à l’intersection du dernier étage, quelqu’un lui jeta une boule de feu. Bien sûr elle l’esquiva, mais elle se retrouva encerclée d’une dizaine de Pokémon civilisés en armure. C’étaient des soldats de la DDR, ceci-dit, ils la dévisagèrent d’un air perplexe.

- C’est qui, celle-là… ?

- Il n’est pas venu seul, cet enfoiré… ! Tant pis, tuons-la vite !!

Mais avant qu’ils n’aient le temps de faire le moindre pas, un éclair défila à toute allure dans la pièce. Quand l’exploratrice rouvrit les yeux, ils étaient tous à terre, paralysés et menottés. L’éclair se matérialisa en une figure héroïque, les deux mains sur la taille, la cape volant au vent. Il était là, le sourire aux lèvres. Et Mysdibule n’en revenait pas. Il s’approcha et lui tendit une main.

- (Pharamp) Rien de cassé ? Je suis désolé, j’aime bien prendre mon temps à explorer, avant de m’attaquer au boss du donjon.

Elle le fixa d’un air bouche bée, se demandant si un tel pouvoir pouvait peut-être… ?

La main grise du boss se matérialisa en lame, qu’il tenta de planter dans le cœur de son adversaire. Ce dernier l’esquiva dans un tourbillon électrique et se retrouva dans son dos.

- (Pharamp) Trop lent !!

Pharamp le frappa à pleine puissance, mais le boss le bloqua avec sa main jaune au dernier moment. Ainsi, il absorba la foudre adverse et gagna furieusement en vivacité.

- Le suis-je tant que ça ?

Il tendit sa main rouge et provoqua une titanesque explosion enflammée. Pharamp se la prit de plein fouet et s’écrasa des kilomètres plus loin, alors que les résidus de l’attaque oblitéraient le territoire entier. Et à nouveau, la planète trembla. Les Pokémon sauvages fuyaient en hurlant de peur et de douleur. À Loliloville, les habitants se mettaient à l’abri comme si une catastrophe naturelle survenait. Certaines fenêtres explosaient, certaines routes se distordaient. À l’hôpital, Mysdibule aida les médecins et aides-soignants à calmer la situation. Elle était seule, les anciens membres de son équipe s’en étaient allés il y a bien longtemps.

- (Mysdibule) Que quelqu’un allume une télévision ! Les médias devraient s’empresser de nous donner la source de la catastrophe !

Et effectivement, le journaliste de Quoti’Ville Nostenfer, un Pokémon violet de peau, aux quatre ailes, yeux jaunes perçants et surtout à l’équipement adapté aux reportages aériens survolait déjà les plaines en direction de la bataille. Il filmait en direct, prêt à montrer au reste du monde un événement légendaire.

Dans l’appartement de Macronium, Tortank avait les yeux fixés sur la télévision du salon. Crocrodil terminait de couvrir de bandages Dracaufeu qui se reposait, allongé à côté de la star, Laporeille et Lucario. Tous les quatre étaient inconscients, seul le type eau de la Dream Team pouvait – et assurément il constatait – le reportage en direction de la bataille qui déciderait de l’avenir du monde.

- (Tortank) Pharamp… !

Ce dernier toussait. La fumée continuait de s’éparpiller, alors que la forêt dans laquelle il fut projeté était en train de brûler à vives flammes. Sa combinaison avait sèchement cramé, affichant un torse qui se faisait ronger par les brûlures. Une partie de sa tête aussi, était en mauvaise état. Il peinait à garder un œil ouvert. Il pensait pouvoir reprendre tranquillement son souffle, hélas, le boss apparut soudainement juste devant lui. La manche de son costard couvrant son bras rouge s’était désintégrée, mais il semblait aller parfaitement bien.

- Tu ne t’y attendais pas, je me trompe ?

Rigolait-il d’un air narquois.

- (Pharamp) C’est pour ça que tu es aussi confiant… ? Parce que tu t’es greffé des pouvoirs !?

- Je préfère parler d’une amélioration poussée du corps Pokémon. Tu n’es pas de type combat, tu ne peux guerre comprendre cette frustration d’avoir un corps solide mais uniquement physique. Maintenant, je suis capable de produire et encaisser l’électricité, navré pour toi.

- (Pharamp) Pas de problème… !

Soudainement, Pharamp se téléporta à son tour. Pas littéralement, non, mais il déborda tant d’énergie que même le boss, n’arriva à suivre le mouvement. Et quand il comprit ce qu’il se passait, il hurlait déjà de douleur : son adversaire lui avait tordu le bras jaune.

- (Pharamp) Je sais m’adapter !!

Écria d’un air déterminé le numéro un, en atterrissant derrière lui les poings fermés.

- *gémissements* … Je vois. J’aurai dû me douter que tu faisais mine d’être devenu plus faible, depuis ces dernières années.

- (Pharamp) Oh, mais je le suis devenu ! J’évite juste d’y aller à fond par crainte de tout perdre. Tu as endommagé mon voile, après tout.

Les deux personnages se retournèrent, se mettant en garde alors que l’atmosphère s’intensifiait violemment.

- (Pharamp) Aujourd’hui, ce n’est plus un problème, parce que tout ne sera pas perdu !

- Ne me fais pas croire que tu as changé ! Tu n’étais pas là, quand ton équipe avait besoin de toi !

- (Pharamp) Je ne parle pas de l’équipe RS !!

Et à nouveau, les forces s’entrechoquèrent.

Cela faisait quelques semaines qu’elle le suivait dans ses aventures. Elle n’intervenait pas, prenait seulement note de la situation et cherchait toujours plus d’excuses. Elle refusait d’y croire, Pharamp ne pouvait pas être invincible. Et pourtant, il réussissait tout ce qu’il entreprenait. Quand il se lançait dans une mission, il l’accomplissait plus vite que n’importe qui, ne faisait aucun dégât matériel, aucune victime et ne blessait jamais gravement les hors-la-loi qu’il confrontait. Ces derniers n’avaient jamais le temps de le voir venir, à peine comprenaient-ils qu’il y avait une menace, qu’ils étaient à terre, paralysés et menottés. Ils l’appelaient l’éclair châtiant, et tous ses adversaires le redoutaient. Les victimes, elles, le prenaient pour un dieu. Un dieu vivant, un dieu actif. Et effectivement, son sourire imperturbable le rendait invincible.

- (Mysdibule) Quel est ton secret ?

Lui demanda-t-elle, assise sur un toit de Loliloville à côté de lui. Il dégustait un plat de frites, elle gardait encore et toujours une feuille et un stylo en main.

- (Pharamp) Hum… *mange* les déodorants quarante-huit heures. Ils ne fonctionnent que six heures, mais au moins ils empêchent ma combinaison de sentir de Rattata mort.

- (Mysdibule) Arrête un peu. Des explorateurs, j’en ai rencontré des centaines dans ma vie. Aucun n’est comme toi, pas même ceux qui se fourvoient à penser que le titre de numéro un leur est encore accessible. Et les dieux savent à quel point ils sont… ou étaient compétents.

- (Pharamp) Tu parles de Grolem ? *mange* Mouais, pauvre gars. C’était amusant, de l’affronter sans pouvoir.

- (Mysdibule) J’ai essayé de le venger, mais… il est trop fort. Des gens sont morts par ma faute, comment… comment peut-on encore me faire confiance ?

- (Pharamp) … Moi, j’ai confiance. Ce n’est pas parce que j’agis constamment seul que je ne connais pas le milieu, tu sais ? En fait, je dirai même que c’est tout le contraire. Des Pokémon comme toi… *mange* j’en vois un par éclipse. Tu veux savoir d’où vient mon pouvoir ?

Il avala sa bouchée et posa son assiette, la regardant droit dans les yeux d’un air rarement sérieux.

- (Pharamp) Il est mien parce que j’étais le seul réceptacle, rien d’autre.

- (Mysdibule) Le seul… réceptacle ?

- (Pharamp) Et depuis, j’ai un devoir. Alors oui, je respecte la volonté de Grodoudou de vouloir nous unir, mais il faut croire qu’un explorateur est destiné à mourir seul. Qu’il se fasse abandonner ou qu’il soit celui qui abandonne, c’est l’égoïsme qui règne avant tout dans notre domaine, et certainement pas le travail d’équipe. Je pense qu’essayer d’y faire quoique ce soit est futile, parce qu’il y aura toujours un numéro un. Un seul.

Mysdibule était surprise. Elle qui le pensait idéaliste, il n’en était rien. Rien du tout. Malgré tout, il accepta de rejoindre son escouade pour l’aider dans sa quête. Et cela paya car quelques mois plus tard, ils comprirent que Roitiflam n’était pas le vrai dirigeant de la DDR. Ils découvrirent l’existence du boss qui, grâce à l’ingéniosité de Mysdibule et la force de Pharamp, fut contraint de se battre en pleine nature, proche d’une de ses bases qu’il devait à tout prix protéger.

Novembre 224, ce fut une redoutable bataille, pourtant, ils n’étaient que quatre. Pharamp et Mysdibule contre le boss de la DDR et Roitiflam. Grâce à un plan préparé des mois à l’avance et qui concernait des litres d’eau, la jeune exploratrice réussit l’exploit de vaincre le porc enflammé. Elle n’en revenait pas, elle l’avait fait. Tout son travail acharné, représenté par sa collaboration avec l’éclair châtiant, avait enfin payé. Et de son côté, ce fut l’affrontement le plus difficile de sa vie. Jamais on ne l’avait vu crisper les dents, froncer le regard ou se battre les poings fermés. Il se donna à fond et confia pour la première fois ses arrières à Mysdibule. Et cela paya : il endommagea violemment le boss dans une ultime attaque qui le blessa aussi. Les deux hommes étaient à terre, et l’exploratrice prit la décision de fuir avec Pharamp sur son dos. Il était hors de question qu’elle laisse un autre de ses partenaires mourir au combat.

Elle gagna le village le plus proche et rencontra la jeune Dedenne, ingénieuse et médecin à ses heures perdues, qui s’occupa de soigner le numéro un. Elle lui affirma que son voile, celui que possédaient tous les types électriques à l’intérieur de leur corps et qui leur permettait d’absorber et d’encaisser l’électricité, avait été endommagé durant la bataille. Si Pharamp venait à utiliser le maximum de ses capacités de nouveau, il en souffrirait et en mourrait peut-être. De ce fait, Mysdibule demanda à Pharamp de former une équipe d’exploration. Ils pouvaient se faire confiance et le numéro un devait inévitablement apprendre à se reposer sur les épaules des autres. Elle s’attendait à ce qu’il refuse, surtout après cet échange sur le toit. Mais surprenamment, il accepta.

Ainsi naquit l’équipe RS, pour Reckless Smash. Et depuis, ils sont toujours au sommet.

Mais au fond… Pharamp n’avait pas changé d’avis.

Non, ce n’est pas ce jour-là, qu’il comprit ce qui n’allait vraiment pas, avec la société des explorateurs.

- (Nostenfer) Ici Nostenfer, reporter aérien de Quoti’Ville ! J’aperçois au loin la source de toutes ces secousses, je continue de m’approcher !

Exclamait la chauve-souris tout en battant des ailes avec difficulté. La caméra accompagnait son point de vue, et tout le monde voyait le même carnage que lui. Une gigantesque tornade de terre, de feu et d’électricité massacrait les territoires sauvages. Les arbres des forêts se faisaient déchiqueter, les rivières emportées et les roches projetées jusqu’à des centaines de mètres. Et lentement, la tornade approchait Loliloville.

- Que se passe-t-il, numéro un, n’es-tu pas capable de m’arrêter !?

Rigolait le boss, entrechoquant son adversaire au centre de la tornade.

- Puisque tu m’as dupé, je préfère économiser ce qu’il me reste d’énergie à détruire tout, TOUT ce qui t’appartient !!

- (Pharamp) Non… ! Je ne te laisserai pas faire !!

Les éclairs s’intensifièrent, mais la tornade ne ralentissait pas.

- Je l’ai compris bien avant toi, un seul homme ne pas tout accomplir seul !

- (Pharamp) Ta vision du travail d’équipe est déplorable ! La DDR n’est pas une équipe, mais un regroupement de pauvres ordures que tu utilises pour l’instant, mais que tu jetteras lorsque tu arriveras à tes fins !

- J’ai du mal à suivre, tu parles de la DDR ou de ton équipe ? Elle ne te servait qu’à retenir tes coups !

- (Pharamp) Et bientôt… elle prendra ma place !!

Lentement, la tornade commençait à freiner.

- (Pharamp) Toi, tu es INCAPABLE de confier ta vie à qui que ce soit ! Tu veux toujours, TOUJOURS avoir le contrôle de tout !!

- Et je finirai par l’avoir !!

Soudainement, il matérialisa sa main grise en lame qu’il planta sauvagement dans les côtes de son adversaire. Pharamp avait tenté de l’esquiver en vain, et il cracha du sang tout en hurlant de douleur. Puis, le boss lui tendit la paume de sa main rouge, qui relâcha une redoutable explosion enflammée et, qu’à nouveau, l’explorateur se prit de plein fouet. Il racla le sol sur plusieurs kilomètres, se rongeant la peau et couvrant son accoutrement de son propre sang. En attendant, la tornade reprit sa route en direction de Loliloville.

Pharamp, lui, posa ses mains face contre terre.

- (Pharamp) … (Relève-toi… !)

Il força, et arriva à décoller la tête du sol.

- (Pharamp) … (Debout, numéro un… !)

Il plia les genoux et reprit son souffle.

- (Pharamp) … (Tu n’as pas le droit d’échouer, pas maintenant, pas après avoir compris… !)

Il repensa à ses deux élèves… puis crispa les dents et trouva la force de se relever.

- (Pharamp) Je refuse de laisser MES erreurs détruire LEUR avenir !!

Puis, il disparut dans un éclair aussi vivace qu’aveuglant.

- (Mysdibule) Je ne suis pas stupide, je sais très bien que tu as accepté parce que tu ne voulais pas mourir !

- (Pharamp) Parce que tu crois que ma vie n’est pas devenue un fardeau !? Tu crois que je n’ai jamais songé à mourir au combat, ces dernières années !?

S’engueulaient-ils au téléphone, il y a quelques heures encore.

- (Pharamp) Ne pas pouvoir se donner à fond dans un monde pareil, tu ne peux pas savoir à quel point c’est frustrant ! Ce que la DDR vous a fait est la goutte de trop, et je refuse de rester les bras croisés ! J’ai commis trop d’erreurs, Mysdibule, tout est ma faute. Alors je règlerai ça seul, je le veux.

- (Mysdibule) … Donc tu vas te laisser mourir. Alors que notre société est en train de s’effondrer, alors que ce dont les gens ont le plus besoin est l’encouragement de quelqu’un en qui ils peuvent avoir confiance, c’est-à-dire toi et seulement toi, tu comptes les abandonner ?

- (Pharamp) Je compte leur faire passer le message, celui que j’ai mis trop de temps à comprendre. Si je suis le numéro un, c’est parce que j’étais le seul réceptacle disponible, tu te souviens ? Jamais plus personne n’aura la chance d’obtenir un tel don, c’était futile de ma part de chercher le plus digne de me succéder. Parce que Grodoudou avait raison, la meilleure arme n’est pas l’unicité. C’est le travail d’équipe. Le meilleur avenir possible du titre de numéro un, c’est sa disparition. Et mon meilleur successeur a des problèmes. Il est accusé d’avoir tué Roitiflam, et il est retenu en otage par l’ennemi. Tout ça par ma faute, tout ça parce que j’ai cherché à différencier les deux mêmes esprits !

- (Mysdibule) Tu… tu parles de Reptincel et Carabaffe… ?

- (Pharamp) Mysdibule, je t’en supplie, promets-moi de ne pas les abandonner !

- (Mysdibule) … Tu me demandes de m’occuper des futures générations, moi qui ai toujours été contre le Test RS ?

- (Pharamp) Je le suis aussi, maintenant que je me rends compte du message qu’on faisait passer aux jeunes explorateurs. Mais tout n’est pas perdu, parce que ces petits sont déterminés ! Ils ont été humiliés, ils ont même tout perdu. Pourtant, ils continuent de se battre. Maintenant j’en suis certain, ils seront là, pour reprendre là où j’ai échoué. Alors guide-les, Mysdibule. C’est tout ce que je te demande, et c’est la dernière chose que je peux te demander. S’il te plaît, guide-les…

- (Mysdibule) … Pharamp…

- (Pharamp) … Adieu.

Il raccrocha avant qu’elle ne puisse répondre.

Ça y est, il s’était lancé.

Mais il n’allait pas en direction de la tornade, non. Il allait à l’opposée, et il y alla à toute allure. Plus les secondes passaient, plus sa vitesse augmentait. Et plus sa vitesse augmentait, plus son être commença à se dissoudre.

Il traversait les plaines et montagnes du sud du Continent Est à un vitesse jamais égalée, avant d’arriver face à l’Océan qui ne le fit pas même ralentir. Au contraire, il se mit à courir sur l’eau et commença dès lors à fermer son poing droit. Il passa à côté du Continent Sud mais continua son chemin en ligne droite. Il gagna tant en vitesse qu’il en perdit la vue. Peu importe, il ferma les yeux et laissa son instinct le guider.

Il reposa les pieds sur la terre ferme une fois au nord du Continent, et se retrouva rapidement à Loliloville qu’il traversa en ligne droite sans même se retourner. À ce stade, il allait si vite qu’il ne laissait même plus de traînée électrique derrière lui. Comme si… il se déplaçait sur une autre échelle de l’existence.

Son poing droit ruminait d’une foudre qui lui ravageait la peau et les os. Mais il le gardait fermé.

Il sortit de la ville et continua en ligne droite vers le sud, droit en direction de la tornade qui, elle, ne le sentait pas. Il sauta, gagna une centaine de mètres de hauteur, arrivant droit devant le carnage et juste face au boss de la DDR… sur qui il relâcha toute la puissance accumulée par son poing.

- (Pharamp) C’EST TERMINÉ !!!

Hurla-t-il de toutes ses forces d’une voix détruite par ses propres pouvoirs, alors qu’une foudre éclata de son poing pour transpercer de plein fouet son adversaire.

Tout ce qui arriva ensuite ne se déroula qu’en une fraction de seconde. Le boss se mit à sourire.

- … (Je vois… hâte de constater à quel point le prochain numéro un aura du répondant !)

Pensa-t-il si fort que les pouvoirs psychiques qu’il s’était fait greffer transmirent en un rien de temps le message à son pire ennemi. Ce dernier, toujours connecté à lui, pensa une dernière fois à son tour.

- (Pharamp) … (Justement, ils ne commettront pas la même erreur que moi ! Ils sauront que…)

Il pensa une dernière fois à Dracaufeu.

- (Pharamp) (… dans un monde idéal…)

Il pensa une dernière fois à Tortank.

- (Pharamp) (… il n’y a pas de numéro un !)

Puis… tout disparut.

..

.

 

Dracaufeu se réveilla en sursaut. Il était essoufflé, comme si il sortait d’un atroce cauchemar. Il peina à se redresser, constatant que le reste de son équipe continuait de se reposer. Enfin sauf Tortank qui, assis face à la télévision, l’agrippait en crispant les dents. Il le dévisagea de longues secondes, avant de regrouper assez de force pour se relever.

Sur le champ de bataille, le silence était total.

La tornade s’était arrêtée à une centaine de mètres de Loliloville, sa trajectoire était sévèrement gravée dans le sol, comme le tracé du chemin que fit le plus grand de tous les explorateurs pour l’arrêter. Il pleuvait, certainement la retombée des rivières. L’orage s’était arrêté lui aussi, tandis que les feuilles des arbres arrachés par l’affrontement retombaient tout doucement sur le sol.

- (Nostenfer) Est-ce que… est-ce que ça tourne encore !?

Demanda le journaliste, en pensant avoir réussi à réparer sa caméra. Son pelage était ravagé, il tremblait et semblait avoir été assourdit, en tout cas il hurlait à ses spectateurs : le monde entier. Tous les regards étaient sur ce qu’il montrait, c’est-à-dire le centre de ce qui fut la tornade et qui, encore maintenant, était entouré d’une épaisse fumée aveuglante.

- (Nostenfer) Je ne saurai pas expliquer ce qui est arrivé, la tornade s’est dissoute d’un coup et depuis… plus rien !

Il approcha lentement, très lentement du tas de fumée. Il n’osait pas l’éparpiller en battant des ailes, alors il resta à l’écart et laissa la caméra capturer chaque seconde de cet instant. Tout le monde attendait avec lui, absolument tout le monde.

Mysdibule à l’hôpital, Tortank chez Macronium, les anciens membres de l’équipe RS chez eux, tous les explorateurs de Loliloville, les habitants et même les hors-la-loi, qu’importe le quartier qu’importe le camp. Tout Bourg-Tranquille, toute la guilde d’exploration, tout le Continent Ouest, tout le monde observait silencieusement la scène.

Puis, la fumée se dissipa… et rien ne se trouvait derrière.

- (Nostenfer) Quoi… ? Comment c’est possible ?

Le journaliste s’approcha, avant de crier de douleur.

- (Nostenfer) AH !! Bon sang, c’est brûlant ! Cette… *tousse* cette poussière noire est brûlante, je ne peux pas m’approcher !

À l’entente de cette phrase, Mysdibule et Tortank écarquillèrent lentement les yeux. Elle s’écroula à genoux, il décrocha de dégoût les yeux de la télévision.

- (Mysdibule) Non… ! NON !!!

- (Tortank) C’est impossible… Pharamp… !

- (Dracaufeu) … Que se passe-t-il… ?

Le type eau tourna un regard dévasté vers son ami. Les larmes aux yeux, il n’arrivait pas même à imaginer la façon de le dire. Ce ne fut pas nécessaire. Sans même jeter un regard à la télévision, le dragon s’écroula à son tour.

- (Dracaufeu) Non… !

Tortank posa une main sur son épaule, alors que le type feu laissa son museau s’écraser au sol. Ses larmes coulaient à flot, alors qu’il se retenait d’hurler d’angoisse face à la nouvelle.

- (Tortank) Je suis désolé… ! Je suis tellement désolé… !

Exclamait-il d’une voix tremblante.

- (Dracaufeu) Non, ce n’est pas toi… ! *snif*

Rétorqua-il en trouvant la force de relever le museau. Il enlaça son ami, qui lui aussi pleura sur son épaule.

Ce n’était pas de la poussière, c’étaient ses cendres.

Ceux de Pharamp et ceux du boss de la DDR.

Le numéro un des explorateurs s’était sacrifié en cette nuit du 14 Juillet 236, usant une dernière fois de tous ses pouvoirs pour mettre fin à la vie de l’homme le plus dangereux et méconnu du monde. Ce fut la fin d’un mortel aux pouvoirs divins, ce fut la fin d’une ère.

Et le pire, c’est que seuls trois Pokémon dans le monde entier s’en rendirent tout de suite compte. Pourtant, tout le monde l’avait vu. Ce que même ces trois-là n’imaginaient pas, en revanche…

- (Machoc) … Où est mon père ?

Ce que seul le petit Machoc – face aux corps inconscients de Léopardus, Flagadoss, Capidextre et Métamorph dans la dernière base de la DDR – compris dans le désespoir le plus total était que Pharamp n’était pas partis seul.

Le second mortel aux pouvoirs divins aussi, s’était éteint.

Et en le réalisant… Machoc comprit que le monde avait changé.

… Que SON monde avait changé.

Laisser un commentaire ?