Donjon Mystère - L'histoire de la Dream Team

Chapitre 68 : L’effroyable tempête - Seconde partie

9765 mots, Catégorie: M

Dernière mise à jour 14/05/2022 13:48

      Vingt-heure quinze, la pénombre commençait à se répandre. Cela faisait un quart d’heure, que la DDR avait lancé son assaut. Et en un quart d’heure, quel carnage ! Crocorible était sévèrement blessé au crâne. Mustéflott supportait un trou dans le ventre, se vidant de son sang dans le lac du coin. Arkéapti voyait la moitié de ses os brisés, dont des blessures aggravées aux ailes. Dedenne se reposait d’une charge qui lui manqua de peu un arrêt cardiaque. Mysdibule endurait des brûlures aux second et troisième degrés. La jeune Vivaldaim souffrait de multiples côtes brisées. Et eux tous étaient inconscients. Du côté de la DDR, seule Léopardus et Capidextre se trouvaient dans le même état. Les autres étaient au pire blessés. Mais tous pouvaient encore se battre.

Là où du côté de l’équipe RS, il ne restait que Sapereau. Et il ne pouvait être qu’à un endroit à la fois, c’est-à-dire au campement pour protéger les enfants et blessés jusqu’à l’arrivée des renforts. Lucario et Laporeille, qui étaient revenus avec un Crocorible en mauvais état, s’échangèrent un regard angoissé en constatant que deux noms manquaient à l’appel.

- (Lucario) Macronium et Carabaffe sont encore dans la forêt… ? Il faut que j’aille les aider !

- (Sapereau) C’est trop dangereux, ne prends pas le risque de te séparer !

- (Lucario) Et qu’est-ce que vous proposez d’autre !?

Demanda-t-il en haussant le ton. Lui aussi afficha un ras-le-bol de l’équipe RS qu’il, comme tous les membres de son ancienne équipe d’exploration, portait en admiration avant ce carnage. Constater un tel manque de professionnalisme, comprendre que des enfants furent emmenés sur un champ de bataille prémédité, observer l’état pitoyable de ceux qui étaient supposés les protéger ; tout cela l’enragea. De son côté, ledit explorateur qualifié baissa honteusement la tête.

- (Sapereau) Je… je ne sais pas. Tout ce qu’on peut faire, c’est attendre le retour de Mysdibule !

- (Lucario) Et si elle ne revient pas ? Elle si elle s’est fait tuer !?

- (Laporeille) Calme toi, Lucario… ! On va y aller ensemble !

- (Lucario) Quoi… ?

Il tourna un regard perplexe à son amie.

- (Lucario) Je croyais qu’ils te donnaient la frousse ?

- (Laporeille) C’est le cas, je tremble encore à l’idée qu’ils puissent surgir à tout instant. Mais je suis exploratrice, et ce serait une honte de se trouver des excuses pour ne pas chercher à sauver le plus de monde possible ! Alors si tu y vas, j’irais aussi !

Clama-t-elle en serrant le poing. Son ami soupira.

- (Lucario) … Bien, alors allons-y.

Et c’est donc sans se retourner, que les deux acolytes partirent en direction de la sombre forêt. Sapereau ne tenta même pas de les arrêter, lui-même baignait dans le doute, quant à ce que lui et tous les membres de son équipe fit, de tout le pouvoir qu’on leur accorda.

 

L’histoire de la Dream Team – Chapitre 68 : L’effroyable tempête – Seconde partie

 

Le premier étage du Mont Terrociel était vide de Pokémon sauvages. Le brutal affrontement qui se déchaîna dans cette partie du donjon fit fuir tous ses habitants, laissant d’un autre côté la voie à de plus violentes explosions enflammées. Car oui, Roitiflam n’en avait pas terminé. Le haut de son corps dénudé et couvert de cicatrices souffrait des brûlures de ses propres flammes, mais cette vision ne semblait effrayer que ses adversaires.

- (Grotichon) On… on doit fuir !

Tenta de formuler le pauvre adolescent paniqué. Mais son sauveur n’était pas de cet avis, pas tant que Mysdibule n’était pas en sécurité. Inconsciente et étalée à terre dans un état dans lequel seul un esprit aussi déterminé que le sien peut y survivre, l’éclair rouge devait tout faire pour la sauver.

Bienheureusement pour lui, Roitiflam avança en le fixant du regard, ignorant sa précédente victime.

- (Roitiflam) Oh que non, vous ne fuirez pas !

Il ferma les poings tout en dévisageant son nouvel adversaire.

- (Roitiflam) Toi… ! Tu n’es qu’un pauvre insecte qui ne comprends rien à rien aux ambitions de la DDR ! Les explorateurs t’ont abandonné, tu as même tout perdu à cause de leur incapacité à être des héros ! Alors pourquoi cherches-tu à les protéger !?

- (Reptincel) Vous ne valez pas mieux, Roitiflam. Les explorateurs doivent changer, mais la DDR doit disparaître !

- (Roitiflam) Et donc quoi, tu crois pouvoir m’arrêter ? Moi qui viens de massacrer la deuxième au classement des hypocrites !? Tu sais quoi… ? Ta venue me convient parfaitement ! Si j’arrive à vous tuer tous les trois ce soir… !

D’épaisses flammes se mirent à l’entourer.

- (Roitiflam) ALORS PLUS RIEN NE ME RETIENDRA !!!

Hurla-t-il, en s’élançant de toutes ses forces. Reptincel agrippa Grotichon par le bras et l’emporta dans son saut. Se propulsant avec ses flammes, il gagna une dizaine de mètres de hauteur et esquiva sans problèmes la montagne de muscles. Ce dernier s’arrêta tout juste au bord du précipice, les suivit du regard et n’attendit pas qu’ils retombent au sol, pour jeter une redoutable boule de feu sur leur point d’atterrissage.

La voyant arriver sans ne pouvoir l’esquiver comme il le voudrait, Reptincel lui tourna le dos et enlaça son protégé, afin d’être certain de lui servir de bouclier.

*BOUM*

L’explosion alerta les sauvages du coin : le combat reprenait à vive allure.

- (Grotichon) R… Reptincel !

Cria l’adolescent, en ayant sentit le choc malgré sa protection. Il craignait pour l’explorateur, et effectivement, l’attaque brûlait bien plus que ses vêtements : son dos se faisait lentement ronger. Malgré tout, il resta stoïque.

- (Reptincel) Emporte Mysdibule avec toi…

Lui chuchota-t-il tout d’abord.

- (Grotichon) Quoi… ?

- (Reptincel) Emporte-là et rejoignez le campement… !

Termina-t-il avant de le lâcher, se retourner et se propulser à toute allure sur son adversaire. L’affrontement démarra, et tout se déroula très rapidement. Reptincel ouvrit avec un coup de pied, que Roitiflam bloqua et contrattaqua avec un uppercut en plein ventre. L’éclair rouge se crispa de douleur, mais contrattaqua d’un coup de boule au même endroit. Puis il enchaîna avec de multiples coups de poings, tous enflammés et engendrant de petites explosions lors de l’impact. Le monstre était de plus en plus déstabilisé, n’arrivant pas à atteindre sa cible qui esquivait tous ses coups avant de le contrer, pour de son côté avaler et s’aveugler de la poussière et des cendres qui se dégageaient des résidus des attaques de sa cible.

Alors il frappa d’un poing sur le sol et le fit trembler. L’explorateur fut déstabilisé un court instant, suffisant au chef de la DDR pour l’agripper par le cou, le soulever puis violemment l’encastrer dans la roche qui explosa à son impact. Grotichon, toujours immobile à les fixer du regard, se couvrit la bouche de terreur en constatant la supériorité du monstre, en entendant les côtés de son sauveur se briser. Roitiflam aussi, les entendit. Mais lui en rigola.

- (Roitiflam) Voilà donc le grand héros venu sauver la veuve et l’orphelin ! Je t’en prie, éclair rouge, montre à mon fils à quel point tous tes efforts servent à la société !

Il commença à l’étouffer, et Grotichon se mit à trembler. Mais avant qu’il ne fasse quoique ce soit, Reptincel cracha une redoutable vague enflammée. Roitiflam l’encaissa sans problème, s’apprêtant à se moquer de cette tentative désespérée. Mais ce n’était pas lui qu’il visait : le mur qui avait déjà bien enduré la confrontation précédente termina de fondre, et l’éboulement engendré par les multiples explosions continua sa route. De grosses roches qui passèrent à côté de Grotichon et qui foncèrent sur les deux adversaires. Pour les encaisser, le chef n’eut d’autres choix que de lâcher sa cible pour bloquer le tas qui lui arrivait dessus, et il y parvint.

Mais Reptincel en profita pour se relever en saut carpé, plantant dès qu’il le put une griffe dans la colonne vertébrale adverse. Il l’enfonça le plus profondément possible et sans hésiter, la retirant lorsque Roitiflam s’écrasa à genoux en hurlant de douleur.

- (Roitiflam) AAAH !!! Espèce… *gémissements* de sombre lâche !!

Il se retourna d’un coup et tenta de l’envoyer valser hors de la plateforme d’une sévère mandale, mais le jeune adulte la bloqua en croisant les bras pour pleinement l’encaisser. Puis, il contrattaqua en lui frappant le groin, qu’il brisa sans remord. Enfin, et alors que Roitiflam continuait d’hurler de douleur, il lui assigna un coup de boule et le fit tomber sur le dos. Le criminel était essoufflé, à terre alors que son sang coulait à flot de son groin et de son dos. Reptincel le fixa d’un air perplexe. Lui aussi devait reprendre son souffle, mais pas pour les mêmes raisons.

- (Reptincel) *souffle* … C’est vous, qui me parlez d’honneur ? Que j’agisse en mon nom, en celui des explorateurs ou… *souffle* du monde entier, la sentence est la même. Je ne suis pas pour la peine de mort…

Il ferma les poings, tout en se rappelant de tout ce que ce monstre lui avait fait subir. Tout ce qu’il avait fait subir à l’équipe Renaissance, à son propre fils et maintenant aux plus grands explorateurs du monde. Il n’était pas qu’un criminel, mais un monstre fou dangereux qu’il fallait à tout prix arrêter. Une menace mondiale.

- (Reptincel) Mais si je ne fais rien, vous n’arrêterez jamais… !

Il s’approcha, la veine sur le front. Ses griffes gauches baignaient dans le sang de son adversaire, alors pourquoi n’irait-il pas jusqu’au bout ? Il y était presque, il allait enfin y parvenir. Ce montre qui le traumatisa, ce monstre qui lui avait tout pris… il avait enfin l’occasion d’en finir une bonne fois pour toute avec ce phénomène. Alors il le maintint au sol d’un pied étouffant, le bloquant pour facilement, rapidement et efficacement lui transpercer le cœur en y plantant sa main droite. Roitiflam tenta tant bien que mal de se débattre, mais rien à faire, l’éclair rouge fut bien trop déterminé pour…

- (Grotichon) Reptincel !!

… se déconcentrer, en tournant un regard perdu vers son protégé, par exemple. Grotichon avait escaladé les roches de l’éboulement, s’inquiétant beaucoup trop pour fuir comme Reptincel lui avait demandé.

- (Reptincel) Qu… qu’est-ce que tu fais !?

- (Grotichon) Et toi, qu’est-ce qui te prends !? Je rêve… ou tu allais le tuer !?

Reptincel hésita à répondre. Immédiatement, il se chercha des excuses. Mais lorsqu’il regarda ses mains, il les vit tremblante. Il se sentit essoufflé, pourtant il allait bien. Physiquement, oui. Parce que depuis qu’il vit Roitiflam à terre en position d’échec, depuis qu’il se rendit compte qu’il avait certainement l’unique chance, grâce au travail de Mysdibule, de pouvoir abattre cet homme pour qui il éprouvait tant de haine, il n’était plus lui-même.

Une partie de lui n’agissait plus pour le bien commun. En regardant Roitiflam geindre et cracher du sang, en fixant cette expression horrifiée qu’il n’avait jamais vu auparavant sur ce visage, il y prit même du plaisir. Et maintenant qu’il s’en rendit compte, il recula d’angoisse.

- (Reptincel) … (Merde, qu’est-ce que j’allais faire !?)

Sa rage le paralysa. Non, ce n’était pas de la rage. Il n’en avait plus depuis longtemps, et cette histoire de pulsions était loin derrière lui. Ce sentiment qu’il éprouva, cette crainte le forçant à chercher des excuses pour se convaincre de tuer un Pokémon, s’agissait-il de… l’hypocrisie qu’exerçait la grande majorité des explorateurs qu’il rencontra, depuis qu’il en devint un ? Était-ce donc cela, qui expliquait tous les problèmes de cette société basée sur le sens de la justice des explorateurs ?

Ce sentiment, il l’avait déjà ressenti, suite à la mort de Pifeuil. Mais depuis le discours de Raichu, il ne pouvait plus faire semblant de ne pas s’en rendre compte. Lui aussi, s’était fait avoir par Loliloville. Et si Grotichon n’était pas intervenu…

- (Grotichon) Reptincel, ne… ne deviens pas comme lui ! J’ai déjà perdu mon père, je ne veux pas perdre mon… mon héros !

- (Reptincel) Je… je suis désolé. Je ne voulais pas… !

Soudainement, Roitiflam élança une vague enflammée. Déstabilisé, le jeune adulte se protégea difficilement, aveuglé par cette soudaine lumière qui le perdit un court instant. Mais comme pour tout à l’heure, un court instant, cela suffisait au monstre pour contrattaquer. Et cette fois, il ne se loupa pas.

Grotichon écarquilla les yeux. Bouche bée de terreur, il hurla le nom de Reptincel en observant son ventre se faire violemment transpercer par l’épais, le robuste, le musclé et le titanesque bras droit de Roitiflam. Son sang gicla immédiatement, en même temps que plusieurs côtes qui restèrent accrochées au poing de son assaillant. L’attaqué ne put hurler de douleur, trop de choses sortit de sa bouche pour. Ses yeux s’étaient tant écarquillés qu’ils sortirent presque de leurs orbites. Tout cela tandis que la flamme au bout de sa queue… diminua d’un coup.

Roitiflam se sortit de là, agrippant sa victime par le col pendant qu’il enroula son bras ensanglanté de flammes. Il regarda son sang couler, ses tripes essayer de le quitter ainsi que la mousse qu’il n’arrêtait pas de cracher. Tout ça en souriant, tout ça en se retenant de rire à gorge déployée.

- (Roitiflam) Tu voulais me tuer, donc ? Dommage de ne pas avoir saisi l’occasion, erreur pire que celle d’un débutant. Même un explorateur, en aurait profité pour fuir la queue entre les jambes ! Mais toi…

De son poing enflammé, il lui infligea une puissante droite qui l’envoya s’encastrer dans le mur du Mont Terrociel. Il valdingua si fort que les roches l’entourant s’écartèrent, et Grotichon tomba en arrière. Les flammes furent si violentes, qu’elles terminèrent de ronger ses vêtements, pour commencer à lui détruire lentement sa peau.

- (Roitiflam) Tu ne sais pas ce que tu veux !!

Et sur ces mots, la torture commença. Roitiflam bondit sur sa proie et le cogna à répétition contre le mur. Reptincel n’avait même plus la force de se défendre, il encaissa tout de plein fouet sans être capable de tomber inconscient, même sous les plus grosses frappes adverses. L’adrénaline était beaucoup trop forte, pour ne pas le laisser souffrir face à sa décision. Celle d’avoir fait le choix de ne pas être hypocrite. Et maintenant, il devait assumer jusqu’au bout.

Le monstre l’agrippa par la queue et s’en servir comme d’une chaîne. Il la tira dans tous les sens pour cogner sa victime dans le mur, puis dans le sol, puis dans une roche, puis à nouveau sur le sol, après l’avoir lâché et projeté à une dizaine de mètres, juste pour s’amuser.

- (Roitiflam) Je ne devrais pas faire ça. Avec toi, on ne sait jamais, ah ah ! Je veux dire, tu nous as causé tellement de problèmes que je ne devrais même pas prendre le risque de m’amuser avec toi, c’est très égoïste de ma part…

Rigolait-il en s’approchant. Allongé sur le ventre, Reptincel voyait flou. Son bras gauche tremblait, il le sentait à peine. En revanche, quand Roitiflam appuya soudainement et brutalement tout son poids dessus pour le briser en miettes, là, il le sentit et trouva la force de crisper les dents.

- (Roitiflam) Voilà ! Là, je peux m’amuser ! Que c’est ennuyeux, d’affronter un gaucher…

Il s’abaissa, et lui cogna férocement le dos. D’autres os se brisèrent, et l’explorateur ne pouvait que pleurer et gémir.

- (Roitiflam) *soupir* Quel gâchis… et dire que le prochain chef de l’organisation aurait pu être un Dracaufeu surentraîné. Au lieu de ça, l’histoire des explorateurs annotera dans sa biographie la présence un peu gênante d’un pitoyable Reptincel, mort dans la solitude totale sans personne pour lui venir en aide et qui pensait pouvoir tout accomplir à lui seul. Tiens, d’ailleurs, on se souviendra peut-être plus de ton tatouage que de toi, en fin de compte…

Se moqua-t-il, en lui titillant le bas gauche du dos, là où il lui grava « R-DDR » lors de leur premier affrontement. La marque était encore parfaitement visible, comme si il venait de la faire. Comme si rien n’avait changé, depuis la dernière fois.

- (Roitiflam) … Allez, finissons-en.

Lentement, il lui agrippa le cou.

- (Roitiflam) … Je suis désolé, Machoc, mais les choses ne peuvent pas toujours se dérouler comme tu le souhaites.

Cette phrase, ce nom, Reptincel l’entendit vaguement. Il peinait à rester en vie, et pensait qu’il était temps. Temps de partir, temps de s’avouer vaincu. Roitiflam s’apprêtait à lui briser le cou. Tout semblait terminé, lorsqu’un petit objet frappa l’arrière de son crâne. Rien de bien grave, un badge d’explorateur. Celui de Mysdibule, en réalité. Il se retourna en espérant la voir ramper vers lui, mais écarquilla les yeux en se rendant compte que son fils lui-même, lui faisait face de son plein gré.

Grotichon qui, les larmes aux yeux, s’était approché d’un air enragé.

- (Grotichon) Il… IL N’EST PAS SEUL !!!

Il tremblait, mais avait transformé sa peur en colère.

- (Grotichon) C’est ça, votre grand pouvoir… ? Isoler les gens !? C’est pour ça, que vous êtes reconnu… ? Parce que les gens ont peur de vous !? C’est nul… C’EST PITOYABLE !!! Tout ce que ça prouve, c’est que vous craignez les explorateurs !! Reptincel n’est peut-être pas capable de vous arrêter… MAIS IL A DÉJÀ SAUVÉ LE MONDE !! Où étiez-vous… non, où étais-tu, TOI, QUAND MA VIE ÉTAIT EN DANGER, PAPA !?

Le silence régna un lourd instant. L’atmosphère s’intensifia, alors que le monstre baissa lentement la tête. Il lâcha Reptincel, qui reprit son souffle en levant le museau vers le ciel, gémissant faiblement tout en fermant la seule main qu’il pouvait encore utiliser. Il était hors de question qu’il s’évanouisse. Parce qu’inévitablement, le criminel commença à approcher son fils. Et inévitablement, Grotichon allait avoir besoin d’aide.

- (Roitiflam) … Effectivement. J’étais seul, tu as raison. Seul sur le front. Je pensais que t’éloigner de Loliloville t’offrirai un avenir plus prometteur, surtout aux côtés d’une dame qui m’apparaissait bienveillante. Hélas, je me suis trompé. Cette ordure de Leuphorie n’est qu’une citoyenne lambda, aveuglée par la prétendue justice qu’exercent les explorateurs !

- (Grotichon) M… ma mère n’est pas une ordure !

- (Roitiflam) Elle n’est pas ta mère !

Montant d’un ton, il avança d’un pas.

- (Roitiflam) Ta mère est morte dans mes bras, après avoir tout donné pour pondre un œuf qui, aujourd’hui, est INCAPABLE de lui faire honneur !! Ta mère est morte parce que tes explorateurs adorés étaient INCAPABLES de foutre un pied dans nos quartiers, INCAPABLE de régler les vraies injustices de ce monde !!

Puis d’un autre pas et, paralysé par la peur, Grotichon dû lever la tête pour le regarder.

- (Roitiflam) Une fois que j’en aurais terminé avec vous, je peux t’assurer que cette salope de Leuphorie paiera pour avoir fait de ma descendance ma propre chair à canon !! Je détruirai l’orphelinat, j’abattrais tous ceux que tu oses considérer comme tes frères et sœurs et je graverai ton nom dans la liste des plus grandes déceptions de l’Histoire !!

Il leva les bras, se préparant à l’écraser sur le coup. Grotichon était incapable de bouger, surtout après avoir entendu cela. Il n’avait pas son père sous les yeux, mais bien un véritable monstre. Après tout ce qu’il avait vu, il le savait capable d’exécuter de telles menaces. Et cela le traumatisa.

C’est alors qu’une explosion se fit entendre derrière lui. Roitiflam se retourna, surprenant un Reptincel qui, malgré tout le sang perdu, os brisés, tripes à l’air et mental détruit, trouva la force de se propulser une dernière fois. Il avait les larmes aux yeux, la veine au front, transpirait comme jamais auparavant et crispait les dents à se les fendre. Mais il lui restait son bras droit.

- (Reptincel) Ne vous cherchez pas d’excuses… TOUT EST VOTRE FAUTE !!!

Hurla-t-il de toutes ses forces, avant d’élancer son poing. Roitiflam le bloqua, mais dès que les deux peaux s’entrechoquèrent, une excessive explosion gagna toute la plateforme. Une explosion qui fit trembler tout le Mont Terrociel, dont la lumière aveuglait quiconque la regardait, dont le boucan alertait n’importe qui dans le territoire. Une explosion qui envoya valdinguer Grotichon à plusieurs mètres tout en le brûlant sévèrement et malgré son type. Une explosion qui ne s’éteignait pas, car constamment alimentée par son créateur. Une explosion engendrée uniquement par Reptincel qui, pour la première fois depuis des années, laissa son pouvoir exploser !

Oui, la même chose qu’il fit pour la dernière fois face à Noctunoir, lorsqu’il avait besoin d’une puissance de frappe phénoménale et imminente, pour le repousser. Suite à cela, Eoko, assistante de la guilde, le soigna tout en l’avertissant du danger, s’il venait à récidiver.

- (Eoko) Je n’avais jamais vu ça. Normalement, un Pokémon n’ayant pas encore atteint le stade final de son évolution est bridé dans la puissance de ses capacités. Toi, on dirait que tu n’as pas cette limite, que tu utilises…

- (Reptincel) Le pouvoir d’un Dracaufeu dans un corps plus faible, oui, je sais.

- (Eoko) … Promet-moi de ne plus jamais le faire.

- (Reptincel) Pas si une vie est en danger.

- (Eoko) La tienne le sera, si tu le fais encore une fois du bras droit. Il sera cicatrisé, furieusement cicatrisé, quand tu enlèveras le plâtre. Comme tu ne l’as fait qu’une seule fois du bras gauche, je pense que ton corps peut encaisser un dernier choc avant que ça ne devienne critique. Mais le droit… la prochaine fois que tu te le feras exploser, tes capacités régénératrices ne te sauveront plus.

- (Reptincel) …

- (Eoko) Alors par pitié, n’utilise plus ce pouvoir avant d’être devenu un Dracaufeu, d’accord ?

- (Reptincel) … Très bien, c’est entendu.

- (Eoko) Merci, Reptincel.

Elle l’avait prévenu, et lui fut parfaitement conscient des risques encourus depuis tout ce temps. Voilà pourquoi, même lorsqu’il manquait de force, il n’utilisa au grand jamais ce pouvoir qui, de toute façon, le laisserait à la merci de l’ennemi s’il venait à échouer. Selon lui, il y avait toujours une autre solution. Mais ce soir-là, les choses étaient différentes. Prêt à mourir, Reptincel n’avait plus rien à perdre. Alors il se donna à fond une dernière fois, pour essayer de sauver Grotichon.

Malheureusement, Roitiflam résistait. Voilà pourquoi l’explosion durait, parce que cela faisait plus de dix secondes, que le monstre restait debout face au déluge enflammé. Pire, il exerçait une force phénoménale sur le bras de son adversaire qui, de seconde en seconde, se réduisait en cendres. Et alors que l’explorateur avait l’avantage, lentement, c’est la figure du chef de la DDR qui commença à dominer le champ de flammes.

- (Roitiflam) Alors… C’EST TOUT CE QUE TU SAIS FAIRE !?

Le sol sous leurs pieds explosa, tous les deux s’enfonçaient en profondeur. Reptincel n’avait jamais exercé une force aussi grande en continu, mais Roitiflam résistait et cela l’enragea plus que jamais auparavant.

- (Reptincel) F… FERMEZ-LÀÀÀÀÀÀÀÀ !!!

Ses flammes s’intensifièrent, mais son corps brûla encore plus vite. Roitiflam crispa les dents, se retint de geindre et gagna toujours un peu plus en domination. Bientôt, il écraserait son adversaire.

- (Roitiflam) La vérité… *gémissements* C’EST QUE TU ES INCAPABLE DE PROTÉGER QUI QUE CE SOIT !!!

Le dos du jeune adulte frôla le sol.

- (Roitiflam) TU POURRIRAS DANS UN ÉCHEC, UN ÉNIÈME QUI TE FERA REGRETTER DE PERSONNE !!!

Ça y est, il était à terre. Roitiflam était carrément allongé sur lui, la griffe à quelques centimètres de sa poitrine ; alors que le poing droit de l’explorateur, noircis, brisé et giclant ses dernières taches de sang maintenait ces quelques centimètres d’une force phénoménale, certes, mais qui diminuait lentement. Les flammes, elles, jaillirent toujours autant. Mais elles n’étaient plus de Reptincel…

- (Roitiflam) TU ES SEUL DANS LE DÉSESPOIR, TU NE PEUX PAS GAGNER PARCE QUE TU N’AS AUCUNE SOURCE DE MOTIVATION !!! TON PÈRE EST MORT PAR TA FAUTE, TON MEILLEUR AMI EST MORT PAR TA FAUTE !!! LA DREAM TEAM T’A ABANDONNÉ, PHARAMP T’A ABANDONNÉ !!!

- (Reptincel) C’est… *gémissements* c’est faux… !

Pleurait-il d’une voix tremblante et désespérée. Il avait mal, tellement mal, mais il ne voulait pas abandonner. Une phrase se répétait en boucle dans son esprit, une phrase que jamais il n’oublia :

« - (Pifeuil) Tu veux savoir ce qui importe vraiment ? C’est ta volonté. Celle de vaincre la DDR, celle de mettre hors d’état de nuire tous ces gens qui jamais n’arrêteront de causer désordre et destruction. C’est cette volonté qui t’permettra de tout accomplir, elle et certainement pas tes craintes ! »

Malheureusement, c’est la griffe de Roitiflam qui touchait la poitrine de Reptincel, et pas l’inverse.

- (Reptincel) …*snif* (Je… je suis tellement désolé, Pifeuil ! J’ai échoué, j’ai fait de mon mieux et j’ai échoué !! Désolé, tellement, tellement désolé… ! Pifeuil… ! Raichu… ! Ptyra…)

- (Roitiflam) CRÈÈÈÈÈÈÈÈÈÈÈVE !!!

Il commença à le transpercer, lorsqu’une main agrippa sa griffe. C’était Grotichon, qui s’était déplacé dans ce torrent de flamme malgré la douleur. Son type lui permettait de ne pas être désintégré sur le champ, mais sa peau brûlait plus violemment que jamais. Pourtant, son expression n’était ni horrifiée, ni douloureuse. Juste déterminée.

- (Grotichon) Non… !

- (Roitiflam) D… DÉGAGE DE LÀ !!!

Il lui infligea un coup de boule pour le dégager, mais le membre de l’orphelinat encaissa sans rechigner.

- (Grotichon) NON !!!

Et il rétorqua en le frappant dans le groin. Déjà brisé par Reptincel et il le savait, Roitiflam hurla de douleur tout en se déstabilisant un court instant. Et vous vous en doutez, quoi de mieux pour quelqu’un comme lui, de se faire surprendre par ce court instant ?

Dans un dernier élan de force, l’éclair rouge laissa l’adrénaline le posséder. Et parce qu’il sentait son poing se lever, et parce qu’il sentait Roitiflam faillir… l’adrénaline le posséda une bonne fois pour toute. Son dos frôla le sol, puis le quitta. Il n’était plus allongé, mais simplement penché. Puis debout. Puis penché dans l’autre sens. Et de plus en plus, le poing de Reptincel atteignit la poitrine gauche de son adversaire qui, à son tour, se retrouva à terre et dominé.

Mais avant de frapper… l’explorateur se ressaisit et dévia son coup à droite.

*BOUM*

L’explosion bouscula tout le donjon. Depuis le campement, tous les enfants entendirent et aperçurent les vagues enflammées qui s’envolèrent jusqu’aux cieux. Ils craignaient pour leur frère tandis que Sapereau, terminant d’appliquer les premiers soins à Arkéapti, Dedenne et Vivaldaim, espéra que Mysdibule, seule adulte qu’il n’avait vu depuis le début de l’assaut, ne fut pas la victime de ce carnage.

Bienheureusement, Grotichon l’avait éloigné avant d’intervenir. Lui, en revanche, n’était pas en très bon état. Son chapeau avait valdingué dès la première explosion, tandis que sa chemise d’été peinait à rester accrochée à sa peau, en état de cendres. Sa peau, justement, était furieusement égratignée. Jamais il n’eut à faire à d’aussi violentes flammes. Pourtant, il essuya ses larmes sans geindre. Son expression était stoïque, en regardant le tas de poussières entourant son père et qui se dissipa. Sa figure se montra, celle d’un homme à terre, presque à nu dans un état lamentable. Sa poitrine droite était transpercée, son poumon désintégré. Mais il était en vie.

Puis, l’adolescent se tourna vers Reptincel, que la fumée afficha de manière plus restreinte. Après tout, les dernières flammes venaient de lui. Et il était toujours debout. La partie droite du corps noircie et rongée par les flammes adverses, certes, mais debout face à son ennemi, à terre et dans l’incapacité de bouger le petit doigt. Puis… la fumée délivra son bras droit de la vision de Grotichon. Et là, il s’horrifia. En dessous de l’épaule se trouvaient des bouts de chairs, pendants dans le vide alors qu’une quantité imposante de sang coulait à flot sur le sol. En réalité, le nuage de cendres qui l’entourait… fut les résidus de son bras et sa main droite. Ils furent annihilés dans son attaque, beaucoup trop puissante pour que son corps le supporte. Et il le savait. Avait-il mal ? L’adrénaline devait être beaucoup trop forte, pour. Il savait que ce n’était pas normal, tout comme il se doutait que si il tombait, il ne se relèverait certainement plus.

Alors il fixa Roitiflam du regard, et Roitiflam le fixa en retour. Il était foutu, paralysé par la douleur. Jamais il n’aurait pensé mourir ce soir-là, encore moins de la main de cette graine qu’il aida, malgré lui, à faire germer. Alors il tenta.

- (Roitiflam) *tousse* Tue-moi… !

Il tenta une dernière fois de lui faire franchir la limite.

- (Roitiflam) Tu le veux, et maintenant… *souffle* tu le peux. Achève-moi, ou ces crétins d’explorateurs me soigneront. Tu sais que je suis assez résistant pour tenir jusqu’à leur arrivée… !

Reptincel détourna le regard.

- (Roitiflam) Si je reviens… ah… ah ah ah… *tousse* le cycle recommencera. Regarde-toi, regarde tout ce que tu as perdu, pour en arriver là… ! Cinq ans depuis notre premier affrontement, tu as même déjà sauvé le monde ! Et pourtant… *gémissements* tu ne m’arrives toujours pas à la cheville. Sans Mysdibule pour m’affaiblir, sans ma descendance pour me trahir, sans une promesse pour me retenir et sans ce pouvoir que tu as parce que tu n’es PAS un Pokémon… *souffle* je t’aurais déjà arraché la colonne vertébrale, salopard… !

Puis il crispa les dents. Il savait que c’était vrai.

- (Roitiflam) Si je reviens, c’est bien plus que ta vie, qui sera menacée ! Tu auras déjà perdu ton père et ton meilleur ami pour rien, mais… *tousse* tu peux encore être un peu plus au fond du gouffre… ! Je m’en prendrai à Crocorible et son employé, à Granbull et à ce refuge que tu as construit, à tous les anciens membres de ta misérable équipe, à tous ceux qui auront appris de toi à la guilde d’exploration, à tous ceux qui t’auront accordé de l’attention à Bourg-Tranquille… ! Je déterrerai le crâne de ton père pour l’ériger en l’honneur du plus grand génocidaire de l’Histoire, pour avoir éduqué celui qui engendra la colère des nouveaux dieux ! Pas ceux qui nous ont abandonné, mais bien ceux qui auront la force de rebâtir le monde à leur image !! Je retrouverai l’équipe Renaissance et les forcerais à me concevoir une infinité d’enfants soldats !! Je t’arracherais les griffes après t’avoir massacré, pour les empaler dans le cœur de Pharamp et de tous ceux qui t’ont inspiré !! ALORS FAIS-LE, TUE-MOI UNE BONNE FOIS POUR TOUTE !!!

Sa voix raisonna dans tout le donjon. Grotichon tremblait, troublé par ce discours qui lui fit sincèrement se demander si il ne fallait vraiment pas en finir. Reptincel, de son côté, resta immobile un instant. Puis, il desserra les dents. Puis, il arrêta de détourner le regard. Il affronta pour la dernière fois son ennemi droit dans les yeux, assumant une bonne fois pour toute ses responsabilités.

- (Reptincel) Faites ce que bon vous semble. Tout ce que je vois, c’est un homme à terre. Qu’importe le fait que je ne sois pas assez fort. Si on a réussi à vous mettre dans cet état une fois, alors on peut recommencer.

Il recula, s’éloignant du monstre tout en abandonnant toute trace de colère et de haine.

- (Reptincel) Jamais je ne m’abaisserais à votre niveau. Vous avez failli m’avoir, mais ce qui nous différencie… c’est que je ne suis pas seul.

Grotichon le regarda avec de grands yeux, inspiré par ce discours. Roitiflam, lui, crispa les dents de rage.

- (Roitiflam) Sombre merde, je te déteste… ! Et toi… !

Il tourna un regard assassin envers son fils.

- (Roitiflam) Tu peux être sûr que je te hanterais jusqu’à la fin de tes jours… ! Que tu le veuilles ou non, tu finiras par évoluer ! Tu finiras par porter mon nom ! Lorsque les gens te regarderont, t’adresseront la parole, tu ressentiras cette peur constante dans leur voie, attitude, façon d’être ! Même tes proches, mêmes ceux que tu considères être ta famille, t’oublieront pour ne voir en toi que l’image du monstre que tu peux toujours devenir ! Tu es condamné, mon fils !

- (Grotichon) … C’est faux.

Il trouva la force de répondre, et ce sans trembler. Il comprit que personne n’était invincible, pas même les monstres.

- (Grotichon) Je ne suis pas comme toi, papa. Tu sais quoi… ? Que les gens se rappellent de toi, en me voyant ! Si j’ai le pouvoir d’effacer des traumatismes, tu peux être certain que je ferai tout pour y parvenir ! Je deviendrai un héros, quelqu’un qui rassurera les Pokémon, comme Reptincel !

- (Roitiflam) Ferme-là… !

- (Grotichon) Et les gens qui t’idolâtraient me craindront tous !!

- (Roitiflam) TAIS-TOI !!!

- (Reptincel) Écarte-toi, Grui…

Grotichon dévisagea son père pour la dernière fois.

- (Grotichon) … Adieu, papa.

Avant de se retourner pour de bon, ignorant ses insultes tout en se préparant à regagner le campement.

- (Grotichon) Je suis prêt à y aller.

- (Reptincel) Parfait… *souffle* il faut qu’on… qu’on…

L’explorateur s’écroula alors soudainement, mais l’orphelin le rattrapa juste avant qu’il ne s’écrase.

- (Grotichon) Hé, reste avec moi ! Reptincel !!

Hélas, il s’était déjà évanouit. Évidemment, que ça allait arriver. Reptincel avait perdu beaucoup trop de sang, et l’adrénaline avait commencé à se dissiper. Bienheureusement, Grotichon avait la force de porter à la fois le jeune adulte sur son dos, et de tirer à la fois Mysdibule par les bras. Alors c’est à lui seul, que celui que Roitiflam décrivait de « grossier tas de gras, incapable de s’affirmer face à l’adversité » sauva deux explorateurs aux portes de la mort.

Il les ramena au campement, retrouvant le reste de sa famille qui l’accueillit en larmes. Sapereau se retrouva avec de nouveaux blessés à soigner immédiatement, c’est-à-dire toujours dans l’incapacité d’aller aider Laporeille et Lucario, tous deux partis depuis une dizaine de minutes en forêt, à la recherche de Macronium et Carabaffe.

Du côté de la DDR, enfin de ce qu’il en restait, une grande partie attendait au point de rendez-vous. Flagadoss se concentrait silencieusement, alors que Métamorph, transformé en Rhinoféros, portait une Léopardus toujours inconsciente. Et c’était tout, tout du moins jusqu’à ce qu’un bruit brusque ne les interpelle. Quelque chose s’écrasa près d’eux, de quoi inquiéter la créature qui se mit en garde.

- (Flagadoss) Pas de panique. C’est Capidextre.

- (Rhinoféros) Hein… ?

- (Flagadoss) Va le chercher, pendant que j’essaie d’entrer en contact avec le chef…

Il s’exécuta, se demandant pourquoi il n’était pas directement venu vers eux. Et ce qu’il vit le choqua.

- (Rhinoféros) P… père !!

Cria-t-il, en constatant son état désastreux. Le Colosse Clairvoyant était ravagé, et l’ingénieur ensanglanté dans un siège éjectable qui avait de peu amorti une chute brutale. C’est à peine s’il pouvait ouvrir les yeux, alors bien sûr, la créature aida son créateur à le sortir de là.

En attendant, Flagadoss s’impatienta. Lui qui cherchait depuis plusieurs minutes à entrer en contact psychique avec Roitiflam, il ne comprenait pas pourquoi il n’arrivait qu’à discerner une brève partie de son esprit. Comme si il s’était fortement affaiblie, mais c’était impossible… enfin selon lui. À la seconde où il commença à se demander si leur chef n’avait pas rencontré des problèmes, d’autres esprits vinrent troubler sa pensée. Trois excités, qui semblaient courir depuis longtemps dont une clairement plus déterminée que les deux autres. Des buissons se mirent à bouger, avant que Carapuce n'en sorte, tirant de toutes ses forces un Carabaffe qui trainait du pied. Elle transpirait abondamment, égratignée et couverte de terre.

- (Carapuce) Flagadoss, vite !! Il faut qu’on parte !!

- (Carabaffe) Flagadoss… ?

Marmonna l’explorateur, en dévisageant le personnage qui lui rappelait quelque chose. Bien sûr qu’il avait, lui aussi, entendu parler de la secte de Bourg-Lavaley. Mais dans l’immédiat, il ne fit pas le rapprochement.

- (Flagadoss) Calme-toi, ton esprit me perturbe ! De toute façon, on ne peut pas partir sans le ch… !

Soudainement, une lame feuille sortit des buissons et se planta violemment dans la carapace de la criminelle. Elle hurla de douleur en s’écrasant au sol, lâchant son petit frère qui, instinctivement, s’abaissa pour l’aider.

- (Carapuce) AH, BORDEL ÇA FAIT MAL !!!

- (Carabaffe) Du calme, elle n’a pas touché de points vitaux… !

Flagadoss écarquilla les yeux, en fixant le buisson duquel sortit le troisième esprit qu’il sentit, le plus déterminé des trois. Il reconnut tout de suite la grande star Macronium.

- (Flagadoss) J’hallucine, tu as emmené une exploratrice sur notre lieu de rendez-vous !?

- (Carapuce) J’ai essayé de l’affronter, mais… *souffle* elle est trop forte… !

- (Macronium) Alors vous êtes là aussi, Flagadoss ?

Sans crainte, la type plante s’extirpa une nouvelle lame feuille du corps, la brandissant face aux membres de la DDR.

- (Macronium) Vous n’irez pas plus loin. Rendez-moi Carabaffe immédiatement !

- (Flagadoss) T’es culoté, espèce de sale petite… !

- (Carabaffe) Macronium, attends… !

L’explorateur se redressa d’une posture hésitante, tournant son regard entre sa sœur et son amie, tout en faisant signe de la main à Flagadoss de ne pas intervenir.

- (Carabaffe) Je comprends que tout ça te perturbe, mais… !

- (Macronium) Carabaffe, ils essaient de te kidnapper !

- (Carabaffe) Non, ils me sauvent de l’équipe RS !

- (Macronium) Qui ça, Flagadoss ? L’un des hors-la-loi les plus recherchés du monde !? Ces types sont sans doute de la DDR !!

- (Carabaffe) Oui, mais… !

- (Macronium) Que crois-tu qu’ils essaient de faire !? Tu es explorateur, et eux DÉTESTENT les explorateurs !!

- (Carabaffe) Je… !

- (Macronium) Qu’est-ce qui t’est arrivé, pour que tu en viennes à hésiter entre moi et eux !?

- (Carabaffe) ÇA SUFFIT, TAIS-TOI !!!

Hurla-t-il de toutes ses forces, avant de s’essouffler en constatant qu’il tremblait. La type plante était bouche bée.

- (Carabaffe) Je… *souffle* j’en ai marre que les autres choisissent à ma place ! Tout ce que je veux, pour le moment… c’est m’éloigner des explorateurs !

- (Macronium) … Si tu les suis, tu deviendras un hors-la-loi.

- (Carabaffe) J’en suis déjà un !! Qu’est-ce que ça changerait, tu peux me le dire !? Au moins, à leur côté… je ne me sentirai pas différent !

- (Macronium) Différent… ? Carabaffe, je ne suis pas Pharamp ou Mysdibule. Je… !

Soudainement, Carapuce lui tira ses plus puissants ses jets d’eaux, lui coupant la parole tout en l’envoyant valser contre un arbre.

- (Carapuce) Ferme-là !!

- (Carabaffe) N… non !!

La type plante se releva, l’air enragé.

- (Macronium) J’vais te faire la peau, ordure !!

Sur ces mots, elle fonça à l’attaque. Dans sa charge, elle bouscula Carabaffe pour être certaine qu’il n’intervienne pas, puis frappa sa cible d’un coup de boule avant de lui entailler le ventre avec sa lame. Carapuce s’écroula en hurlant de douleur. L’exploratrice allait l’assommer, lorsque Flagadoss intervint en l’attrapant psychiquement. Autrement dit, il l’immobilisa dans les airs, avant de l’envoyer valser dans un tronc d’arbre, puis dans un second, puis dans un troisième. À chaque impact, une côte se brisa, à chacun de ses cris, Carabaffe se paralysa toujours un peu plus de doutes. Flagadoss, lui, regagna rapidement en confiance.

- (Flagadoss) Qui crois-tu affronter, au juste !?

Avant de se faire immédiatement remettre à sa place par Laporeille, qui entra en scène en le frappant d’un coup de bottes sur son poignet qu’elle brisa sur le coup.

- (Laporeille) Lâche-là !!

- (Carabaffe) Laporeille… !?

- (Flagadoss) AAAAAH !!! Mais d’où tu sors, toi !?

Ce moment de déconcentration lui fit effectivement lâcher Macronium, qui ne prit pas même le temps de reprendre son souffle, une fois au sol. Elle attrapa sa lame et la lança sur le criminel. Son arme se planta dans sa jambe droite. Il s’enragea douloureusement, tournant une attention brève sur celle qu’il manqua de tuer, et laissant donc une nouvelle opportunité à Laporeille pour le frapper, cette fois directement dans la mâchoire. Elle tenta de l’assommer, en vain. Mais il était à terre et déstabilisé.

- (Flagadoss) M… merde ! Pas comme ça !!

- (Carabaffe) N… non, arrêtez… !

Marmonna-t-il sans aucun retour. Au contraire, Lucario entra à son tour en scène et l’agrippa par le bras.

- (Lucario) Par ici, Carabaffe !

Et à nouveau, le type eau fut tiré par le choix des autres. Mais pas pour bien longtemps : une figure imposante bloqua la route de Lucario. C’était Métamorph, revenu avec Capidextre et Léopardus sur le dos, la veine au front de ne pas avoir pu venir en aide à son père.

- (Rhinoféros) Où crois-tu aller !?

Demanda-t-il fou de rage, en le giflant si fort qu’il l’envoya valser sur plusieurs mètres. Carabaffe suivit du regard sa chute, l’air choqué.

- (Carabaffe) Lucario… !

Mais Métamorph ne s’arrêta pas là : il fonça sur l’ingénieur et s’apprêta à l’écraser. Bienheureusement, Laporeille avait la télécommande de ses bottes en main. Elle appuya sur le bouton jaune, et des réacteurs enflammés sortirent de ses talons. Elle bondit, et fut propulsée à une vitesse si grande que non seulement elle arriva à temps pour sauver Lucario en frappant Métamorph, mais en plus cette vitesse lui procura une force si grande, qu’elle prit l’avantage et l’envoya valser à son tour sur plusieurs mètres.

- (Laporeille) Ne l’approche pas !!

Cria-t-elle d’une voix terrorisée. Elle tremblait et cela se voyait, mais sa force impressionna tout le monde. Pendant que la créature se relevait, Flagadoss tourna brusquement son regard en direction du Mont Terrociel.

- (Flagadoss) … (Qu’est-ce que… !? Roitiflam, je… je ne sens plus son esprit du tout !)

- (Rhinoféros) J’en ai marre de vous… !

La rude voix de la créature le ramena à la réalité : il enfonça de rage et sans trop le vouloir ses mains dans le sol.

- (Rhinoféros) J’EN AI MARRE DE TOUS LES EXPLORATEURS !!!

Et lentement, le sol se mit à trembler.

- (Rhinoféros) JE CONSACRERAI MA VIE À VOUS TRAQUER JUSQU’AU DERNIER, S’IL LE FAUT !!!

Puis ce sol… explosa brutalement, et tout le monde fut déstabilisé. Tout le monde, sauf Métamorph, d’où la source du tremblement semblait provenir de ses mains. Flagadoss écarquilla les yeux.

- (Flagadoss) … (Est-ce qu’il vient de provoquer un séisme !? On… on doit en profiter !!)

Alors que Macronium, Laporeille et Lucario tentaient d’esquiver les fissures grandissantes ainsi que les débris qui volaient dans tous les sens, le type psy agrippa psychiquement tous les arbres que le séisme bousculait, les décrocha de leurs racines et les envoya comme projectiles sur les explorateurs.

- (Laporeille) A… attention !!

Averti la lapine, en fonçant aider Lucario après avoir esquivé le tronc lui étant destiné. Le fait est qu’elle et les deux autres furent occupés un moment. Alors Flagadoss en profita. Il attrapa Carapuce par le col et fonça vers le trio Métamorph, Léopardus et Capidextre.

- (Flagadoss) Hé, calme-toi !

Cria-t-il à la créature. Ce dernier semblait aveuglé par la haine.

- (Flagadoss) MÉTAMORPH !!!

Hurla-t-il en le giflant.

- (Rhinoféros) *souffle* Hein… ? *souffle*

Le tremblement s’arrêta petit à petit, détourner le regard vers son acolyte semblait enfin le faire revenir à lui.

- (Flagadoss) Calme-toi, d’accord ? Ça va aller, on y va, alors tiens-toi bien aux autres !

- (Rhinoféros) Quoi, déjà !?

Le type psy sortit le bandeau de Machoc, celui que Roitiflam lui avait donné comme point de repère pour se téléporter.

- (Rhinoféros) Attendez, je peux les tuer !

- (Flagadoss) Non, tu ne peux pas ! Mets ton égo de côté deux minutes, tu viens de provoquer l’attaque séisme sans savoir comment, il te reste DES TAS de choses à apprendre !! Alors arrête de te croire invincible, bon sang !!

- (Rhinoféros) M… moi ? Invincible… ?

Se mettant à rougir, il baissa la tête de honte.

- (Rhinoféros) Je… je suis désolé… !

Et écouta finalement. Flagadoss se concentra, essayant de toutes ses forces de percevoir l’esprit du petit Pokémon.

- (Flagadoss) Allez… allez… !

- (Rhinoféros) Attendez, et Roitiflam… ?

- (Flagadoss) C’est bon, je l’ai !!

- (Rhinoféros) Hé, et le chef !?

- (Flagadoss) Le chef a échoué, on doit partir sans lui !

- (Rhinoféros) Quoi !? Non, impossible !!

Soudainement, l’un des troncs d’arbres explosa. Laporeille en sortit avec Lucario, tous deux égratignés, mais tous deux encore en capacité de se battre. De même pour Macronium, qui termina de lacérer son tronc pour se frayer un chemin jusqu’à s’en libérer.

- (Macronium) Arrêtez-vous !!

- (Flagadoss) Merde !! Merde merde merde… !!

Complètement paniqué, le type psy enlaça la créature, qui tenait Capidextre et Léopardus.

- (Flagadoss) Allez, direction le repère du boss !

- (Carabaffe) A… attendez !

Les regards se tournèrent vers l’explorateur indécis, qui tremblait à l’idée de devoir faire un choix dans l’immédiat.

- (Carabaffe) Est-ce que… est-ce que je… ?

- (Flagadoss) Si tu veux venir, c’est maintenant ou jamais !!

Il n’avait pas le temps de faire la part des choses. Tout ce qu’il entendit fut un énième ordre de Macronium :

- (Macronium) Carabaffe, n’approche pas !!

Et tout ce qu’il vit… fut sa grande sœur, inconsciente et dans un état pitoyable. Il ne voulait pas l’abandonner, il voulait la suivre et s’assurer qu’elle s’en sorte. Après tout, elle avait fait tout ça pour lui, pensa-t-il.

En fin de compte, il changea de décision. Il attrapa l’épaule de Flagadoss et ce dernier se téléporta, lui et toute son équipe, hors d’ici. Tout ça juste avant que Macronium ne les atteigne. Elle s’écrasa lamentablement sur le tas de roches ravagé qui leur servait de plateforme. Elle se redressa en titubant, fouillant du regard les alentours à la recherche de celui dont elle avait tout fait pour sauver. Hélas en vain : Carabaffe était désormais loin. Très loin d’elle.

- (Macronium) Carabaffe… ! CARABAFFE !!!

Hurla-t-elle les larmes aux yeux. Lucario et Laporeille s’échangèrent un regard horrifié : ils avaient échoué.

Difficile de rentrer au campement la tête haute, après ça. La type plante ne décrocha pas le moindre mot, son regard paraissait constamment perdu. Carabaffe ne s’était pas fait kidnapper, il les avait volontairement rejoints. Et ça, elle eut beaucoup de mal à l’accepter.

Bref, les trois jeunes adultes protégèrent avec Sapereau le campement, jusqu’à l’arrivée des secours. Des secours qui furent bien nombreux : explorateurs et ambulanciers arrivèrent en masse. Les enfants furent mis en sécurité en priorité, avant même que les blessés ne soient pris en charge. Des équipes se séparèrent pour fouiller les environs à la recherche de celui qui manquait à l’appel, Mustéflott, et qui fut retrouvé inconscient dans un lac couleur rouge sang. Les médecins le traitèrent en urgence, sa vie semblait ne tenir qu’à un fil. De même pour Mysdibule, Reptincel et Arkéapti. Tout le monde fut séparé dans de nombreuses ambulances, des petits camions rouges servants depuis peu pour le sauvetage et le déplacement des victimes. Dans tout ce désastre, Macronium fut l’une de ceux qui s’en étaient le mieux sortit. Pourtant, elle était ailleurs, comme une inconsciente réveillée. Des médecins la déplacèrent dans la même ambulance que Lucario et Laporeille, qui démarra peu après en direction de Loliloville.

Ils y rentraient tous, enfin.

En attendant, les équipes d’explorations terminèrent de fouiller les lieux. L’une d’entre elle arriva au bout du premier étage du Mont Terrociel. Et comme prévu, elle trouva un dernier corps.

- On a un autre blessé, ici !

- Quoi !? Je croyais qu’ils avaient tous été retrouvés !

Ils approchèrent, reconnaissant avec horreur la figure du personnage.

- C’est… c’est Roitiflam !?

- Oh merde, t’as raison ! Attends, il a été vaincu… ?

Puis, l’équipe regarda sa poitrine. Sa partie droite était transpercée, toujours comme prévu. Mais la gauche…

- … Il est mort.

Affirma un explorateur, en s’agenouillant devant ce qui se trouvait sur sa poitrine gauche. Un pieu. Fait de bois, il transperçait la dernière chose qui maintenait en vie le monstre : son cœur.

Oui. Roitiflam mourut le soir du 2 Juillet 236.

Quelqu’un lui avait enfoncé un pieu dans le cœur. Qui donc… ?

Personne ne trouva la réponse sur les lieux du crimes.

Mais ce qui est sûr…

- Roitiflam est mort.

- (Machoc) … Non… !

C’est que cet acte forgea la relève.

- (Machoc) NON !!!

Hurla Machoc, en pleurant à chaudes larmes. Enfermé dans la base de son père depuis que Roitiflam l’y déposa, il fixait depuis plusieurs interminables minutes le grand écran de la pièce. La seule source de lumière, celle sur laquelle toute sa vie se brisa.

Il avait tout vu, enfin vu tout ce que la caméra que le boss avait implantée dans le crâne de son sous-fifre avait pu filmer. C’est-à-dire les deux dernières confrontations de Roitiflam, soit celle face à Mysdibule, et celle face à Reptincel. Vous savez, le gentil Pokémon qui l’avait sauvé du Test RS, le « différent » des autres.

La caméra cessa de fonctionner à l’instant où il frappa si fort, qu’il transperça la poitrine de son adversaire. Machoc vit son expression, elle n’avait rien d’héroïque. Et le sang de son oncle… fut la dernière chose qu’il vit de lui.

- (Machoc) Pourquoi… ? *snif* POURQUOI !?

Hurla-t-il de toutes ses forces, en se brisant les faibles poings à essayer de cogner le sol. Le pieu, il ne l’avait pas vu. Il savait juste qu’il était mort, parce qu’il savait que son père avait toujours raison. Alors le coupable, il l’avait.

Il l’avait, et cela le détruisit à jamais…

De son côté, son père, le boss de la DDR, se tourna vers ceux qui étaient soudainement apparut il y a quelques minutes. Un Capidextre coincé dans son siège, une Léopardus brisée de partout, un Métamorph ingénu et couvert de terre, un Flagadoss à l’expression humiliée et une Carapuce baignant dans son propre sang. Voilà, à qui il avait à faire. Une bien belle bande de bras cassés.

Ça, et un dernier Pokémon. Un explorateur indécis, qui dévisagea avec angoisse cette figure si imposante, si rude, si différente, qu’il s’en paralysa de peur.

- Bienvenue à toi, jeune Carabaffe.

Clama-t-il d’une voix qu’il connaissait. Il était persuadé de l’avoir déjà entendu, pourtant, il faisait face à une figure que seuls les plus chanceux… ou malchanceux, pouvaient prétendre rencontrer.

- Merci de nous avoir fait confiance.

- (Carabaffe) Je… je veux juste être avec ma sœur.

- Bien sûr. Ton heure de gloire sonnera bientôt, nouvelle recrue. En attendant, aide tes coéquipiers à récupérer.

Il hocha la tête en tremblant comme une feuille, avant de se retourner, porter sa grande sœur sur la carapace, et quitter la pièce à la recherche d’une infirmerie. Il n’avait aucune idée d’où il se trouvait, ni de ce qui allait arriver désormais.

Mais dès qu’il s’enferma dans une autre pièce, il jeta sa sœur par terre tout en s’écroulant en pleurs. Se couvrant la bouche de terreur, il se rappela le personnage. Cette voix, à qui pourrait-il l’identifier d’autre ?

« - Non.

- Tu es sûre ?

- Il ne vaut rien, j’en suis certaine.

Un léger silence régna.

- Bien. Présente-toi donc à nouveau.

- … Mon nom est Tortank, je suis une femme qui dédie sa vie, sa volonté et sa foi au seul et unique dieu de notre multivers. Je combattrai pour vous, je n’ai que vous à satisfaire.

- Qui t’entoure ?

- Personne.

- Qui t’entourait ?

- … Personne.

- N’avais-tu pas une famille, un époux, deux enfants ?

- Qu’importent qu’ils étaient, ils ne sont plus.

- Alors qui se trouve à mes pieds ?

- … Un mort-né.

Le bruit d’une violente explosion retentie, à la suite de cette réplique. Tout se brouilla, tout disparut. »

Oui, c’était bien lui. Il venait de suivre l’homme qui tua sa mère. Carapuce l’avait entraîné là-dedans, et maintenant il était trop tard. Il avait déjà fait son choix. Que ce soit Carabaffe ou tous ceux qui l’entouraient, personne ne le pensait pouvoir tomber plus bas. Mais c’est ce soir-là, qu’il toucha véritablement le fond du gouffre.

Et désormais, il était seul.

Tout seul…

Laisser un commentaire ?