Les Sept Démons

Chapitre 5 : Retrouvailles

2548 mots, Catégorie: G

Dernière mise à jour 16/09/2020 01:15



Lune passa le reste de la nuit, assise sur un tabouret, à côté de la porte de la chambre du capitaine. Soren n'avait pas su quoi lui répondre quand à l'origine des sept démons et la personne la plus à même de lui en parler n'en était pas en mesure. Elle se réveilla avec le levé de soleil et constata que la porte de la chambre était grande ouverte. Elle se leva d'un bond et pénétra dans la chambre en panique. Elle était vide. Elle quitta la chambre et balaya le pont d'un rapide coup d’œil jusqu'à tomber sur deux silhouettes, une petite et une immense, debout, face à l'horizon.


-J'ai fais tout ce que j'ai pu, capitaine, mais cela dépasse de loin mes compétences, expliqua l'homme requin marteau à sa droite vêtu d'une blouse blanche.

-Oui, je sais. Fallait bien que ça arrive un jour, avoua Iki, d'une voix faible.

-Capitaine ! cria Lune qui couru le rejoindre.

-Lune, qu'est-ce que tu fiche levé à une heure pareille ?

-J'étais en train de monté la garde devant votre chambre, pardi. C'est pas sympa de vous en aller sans me réveiller ! Mais... votre bras gauche... où est votre bras gauche ?!

-Pourquoi c'est moi qu'elle regarde, la petite humaine ? répliqua l'homme requin, sur la défensive.

-Parce que c'est toi le médecin, espèce de débile !

-Seulement lorsque je porte ma blouse, sinon je n'en reste pas moins un pirate, tout comme toi... enfin plutôt comme le capitaine, bouhahaha.

-Et c'est quoi, sur ton dos ?!

-Humm... merde... pourquoi j'ai mis ce truc... ! paniqua l'homme requin en retirant sa blouse qu'il jeta à terre.

-Dépêche toi d'aller lui remettre son bras ! ordonna Lune. Et toi, Iki, pourquoi tu ne lui dis rien, c'est quand même ton bras !

-J'avais pas fais attention, hahaha, répondit son capitaine.

-Il doit probablement se trouver dans votre chambre, dis l'homme requin en s'éloignant.

-C'est de l'autre côté ! hurla Lune.

-Oui... bien sûr... pas la peine de crier... tu me perturbe... soupira l'homme requin.


Il retourna dans la chambre du capitaine en le laissant seul avec Lune.


-Iki, j'ai entendu ce que tu as dis à Idris. Ton pouvoir... il s'affaiblit, n'est-ce pas ? demanda Lune qui se retenait de pleurer. C'est à cause de moi... tu as subis tellement de blessures pour me protéger, je m'en veux.

-Oui, désolé, j'aurais dû t'en parler plus tôt, excuse moi, Lune. Le pouvoir que je possède, celui du fruit de l'hydre, m'a permit de vivre bien plus longtemps que n'importe quel pirate qui aurait subis les blessures que j'ai subis. Et pour ça, j'en suis heureux, car il m'a permit de vous rencontrer.

-Capitaine, ne parlez pas comme ça, on dirait que vous allez mourir !

-Mais non, pas du tout. Simplement, mon pouvoir diminue, c'est un fait. Je vais devoir apprendre à me battre sans mettre ma vie en danger, comme vous le faites tous, depuis le début de notre rencontre.

-Oui, je vous apprendrais à fuir le danger, vous verrez, c'est facile !

-Hé, je l'ai enfin retrouvé, il avait roulé sous le lit ! hurla Idris qui sortait de la chambre du capitaine avec le bras dans la main droite.


Quelque chose entra en contact avec la proue du navire et le bloqua brutalement. Tous le monde tomba par terre. Idris laissa échapper le bras du capitaine qui roula sur deux mètres. Il se releva lentement puis lorsqu'il jeta un coup d’œil par dessus la rambarde, il réalisa que leur bateau se trouvait désormais à plus de dix mètres de haut. Il marcha lentement vers le bras quand une ombre apparut au dessus du bateau occulter la lumière du soleil. Il n'eut pas le temps de voir ce que c'était qu'elle pulvérisa le bateau en mille morceau. Idris se retrouva seul, en pleine chute, au milieu de milliers de débris. Puis plus rien. Il perdit connaissance.


-Idris... dis quelque chose... n'importe quoi... même si c'est idiot... ce qui sera probablement le cas... c'est même certain... mais dis quelque chose ! lui demanda Lune qui le secouait pour le réveiller.


Lorsqu'il ouvrit les yeux, Idris vit une créature immense, immobile, juste derrière Lune. Elle ressemblait à un gigantesque chaton dont la peau était parsemé d'écailles multicolores qui brillaient à la lumière du soleil.


-Lune... ne bouge... surtout pas... lui murmura discrètement Idris qui se releva le plus lentement possible.

-Pourquoi, t'es blessé ?! J'aurais pas dû te secouer comme ça, pardon !


Lune recula de panique. Elle avait peur de l'avoir blessé en le secouant pour le réveiller. A force de reculer, elle heurta quelque chose dans son dos. Le temps qu'elle tourne la tête, la créature avait levé sa patte avant droite et se préparait à l’écrabouiller dans le sable. Idris lança un rapide coup d'oeil sur sa droite.


-Une chance que nous soyons si proche de l'eau... !


Un torrent d'eau jaillis en direction de la créature, pris la forme d'une main gigantesque puis plaqua la créature contre le sable. Une fois le torrent d'eau estompé, Idris bondit du sable, souleva Lune qu'il posa sur son épaule, puis se mis à courir en direction des bois. La créature se releva et se mis à les poursuivre. Au bout de quelques centaine de mètres, le chaton géant effectua un saut par dessus Idris et retomba face à lui.


-Il est beaucoup trop rapide pour qu'on puisse lui échapper, grommela l'homme requin, et maintenant, l'eau est hors de ma portée. Lune, prépare toi à courir le plus loin possible. Je vais tenter de le retenir ici le plus longtemps que je pourrais, compris ?

-Il est tellement choupi... pourquoi tu veux lui faire du mal, à ce pauvre animal ?

-Pourquoi est-ce que tu te soucis de cette bestiole, elle a voulu te tuer, au cas où tu l'aurais déjà oublié !

-Non, je suis sûr qu'il avait plus peur que nous, voilà tout.


L'animal souleva sa patte puis d'un faible coup trancha tous les arbres autour de lui. Les troncs tombèrent au sol, tranché net par les griffes de l'animal, rendant la zone parfaitement plate et sans nul part où se cacher.


-D'accord, j'avais tord... soupira Lune.

-L'eau est bien trop loin pour que je puisse utiliser mes techniques de combat, alors je vais devoir me battre à mains nues avec lui. Tu es prête, Lune ?

-Miaaaaaaaa ! gronda la créature en fonçant vers Lune.

-Pas de panique, je suis là !!!! hurla une voix au loin.


D'un bond, le capitaine se propulsa dans les airs pour intercepter la créature. Il prépara son unique bras pour le frapper en pleine tête mais la créature le dévora d'un coup de mâchoire.


-Où il est passé, le capitaine ?! paniqua Lune.

-L'abruti, il pourra pas survivre très longtemps là-dedans, pensa Idris.

-Miaaaaa !!!!! rugis la créature en reprenant sa course vers Lune.

-Hé, pourquoi c'est toujours moi qu'il attaque... ?!! paniqua la jeune femme aux cheveux argentés en courant dans la direction opposée.

-Utilise ton pouvoir, Lune, fais quelque chose ! lui hurla Idris qui avait bien du mal à suivre le rythme.

-A quoi pourrait me servir mon pouvoir dans un moment pareil... ?! répliqua la jeune femme, furieuse.


Elle continua de courir jusqu'à ce qu'elle puisse entrevoir une silhouette de femme au milieu du chemin. Elle portait un simple foulard de soie bleu entouré autour de ses parties intimes.


-Mademoiselle, allez vous mettre à l'abri, c'est dangereux, ici ! cria Lune qui se rapprochait de plus en plus d'elle.


A la seconde où la créature remarqua la présence de la femme, elle s'arrêta. Elle baissa la tête et resta parfaitement immobile.


-Qu'est-ce qu'il fait... ? se demanda Lune.

-Inutile d'avoir peur de lui. Il n'est pas carnivore, expliqua la femme.

-Allez expliquer ça à notre capitaine, lui dis Idris, énervé. Il a bouffé notre capitaine, votre animal inoffensif !


Elle s'approcha de l'animal qui resta parfaitement immobile puis lui murmura.


-Est-ce vrai, mon beau, est-ce que tu as mangé leur capitaine ?

-Miaaa... miaula la créature en secouant la tête de gauche à droite en guise de réponse négative.

-Désolé. Il dit n'avoir mangé personne.

-Vous n'allez quand même pas faire confiance à la parole d'un monstre plutôt qu'à la nôtre ?! répliqua Lune, furieuse.

-Je ne vois qu'un seul monstre, ici, et ce n'est pas ce pauvre animal. Désolé, il semble que vous ayez fait erreur, répondit la femme.


Elle entendit un drôle de son provenant de l'estomac de la créature.


-Pourtant, vous savez que je déteste les mensonges... soupira la femme qui caressait le torse de l'animal.


Elle enfonça délicatement sous la peau de la créature qui poussa un hurlement de douleurs. Elle enfonça plus profondément sa main jusqu'à ce qu'elle puisse attraper Iki par le bras.


-Pardonne moi.


Elle retira lentement son bras de sa poitrine jusqu'à ce qu'elle sorte le corps d'iki dont la taille laissa éclater la poitrine de la créature qui tomba sur le côté. Elle déposa Iki dans l'herbe, le corps couvert d'une substance épaisse et puante puis s'approcha de la créature. Elle toucha les bords de la plaie où elle déposa une substance noire épaisse.


-C'est bien la première fois que je rencontre un animal qui se laisse volontairement tué sans se défendre, dis Idris d'une voix suspicieuse. Pourquoi est-ce qu'il n'a pas tenté de vous tuer ?

-Il n'a aucune raison de se défendre de moi. Il sait que je ne ferais jamais rien qui puisse mettre sa vie en danger.

-Vous voulez dire, qu'il va survivre ?

-Évidemment. Sinon, je ne serais pas intervenu pour votre ami. Comment va-t-il, votre ami ?

-Je pense qu'il va bien, même s'il n'a pas encore reprit connaissance, répondit Lune qui le portait sur ses genoux.


A la vue du capitaine, dans les bras de la jeune fille, l'inconnue se mis à pleurer puis se laissa tomber a genou.


-Iki... !!! hurla l'inconnue, en larme.

-Comment elle connaît son nom ?! se demanda Lune, à voix haute.

-Je suis tellement heureuse de te revoir... je... nous pensions tous que tu avais péris cette nuit là... nous pensions tous que tu étais mort !!

-Notre capitaine possède un fruit du démon unique qui le rend pratiquement invulnérable, expliqua Idris.

-Oui... Je sais... Mais même lui n'aurait pas pu survivre à ce qu'il s'est passé, cette nuit là. Et pourtant... tu es encore là... je suis... tellement heureuse !!!!


D'immenses tentacules se mirent à remplacer les bras de la jeune femme.


-Lune, fait attention à toi, lui hurla Idris qui se rua entre elle et l'inconnue pour la protéger.

-C'est parfaitement inutile... Je n'ai aucune intention de m'en prendre à vous. C'est à cause de l'émotion. Je me suis laissée emportée. Pardon.

-Est-ce que vous êtes humaine ? demanda timidement Lune.

-Oui. Je me présente, je m'appelle nim, je suis le quatrième Démons. J'appartenais à l'équipage du capitaine, autrefois.

-Hein... ?! paniquèrent les deux camarades d'Iki.

-Vous... Vous êtes un démon, vous aussi... ?! demanda Lune.

-Oui, tout comme votre capitaine. Je possède un fruit du démon qui me permet de prendre l'apparence que je souhaite. En réalité, je suis bien plus âgée que cette enveloppe, hihihi.

-Je vois... dis Idris.


nim emmena tout le monde dans une petite cabane qu'elle avait construit à partir de branches et de feuilles. Elle proposa à Lune d'allonger le capitaine sur un matelas de feuille à même le sol puis les invita à quitter la cabane.


-Est-ce qu'il a déjà parlé de nous... ? demanda timidement nim.

-Non, répondit Idris.

-Je vois...

-Bonjour, nim, dis Iki, au bas de la porte de sa cabane, ça fais un bail, pas vrai ?

-I-Iki... pleura nim.

-Je suis désolé de ne pas avoir tenté de vous revoir. J'étais très occupé, pour ne rien te cacher. La prochaine fois que tu tentera de couler le premier bateau qui s'approche de ton île, fais en sorte de savoir qui s'y trouve, d'accord ?

-Parce que c'était ton bateau que j'ai coulé, tout à l'heure ?! répliqua nim, morte de honte. Pardon, pardon, pardon... !!

-Et Soren ?! pensa subitement Lune. On a oublié Soren !

-L'homme aux cheveux blancs ? Il va bien. Inutile de vous inquiéter. Il dort quelque part du côté nord de la plage.

-nim, désolé d'avance, mais je ne suis pas venu uniquement pour retrouver une vieille amie. Hier, Lune et moi nous sommes rendu dans l'une des bases de la marine les plus anciennes. Devine ce que j'ai pu trouver ? Un rapport de mission, vieux de 20 ans qui...


Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'un tentacule jaillis de l'épaule de nim pour attraper le carnet. Idris bloqua le tentacule qu'il saisit en vol d'une main.


-Je t'en supplie. Ne te mêle pas de cette histoire. Elle n'est pas la même femme que nous avons connu autrefois. Elle est devenue bien plus forte que nous tous réunis, expliqua nim, en larmes.

-nim...

-Aujourd'hui, Idhunn, Orion et Nova font parti d'une unité d'élite du gouvernement mondiale. Quand j'ai découvert ta mort, j'ai immédiatement voulu avoir des nouvelles de nos amis. Krom était dans les îles du Sud. Il est mort peu de temps après toi dans une cellule. Bjorn n'a jamais donné de nouvelles. Et maintenant que je te retrouve, tu ne pense qu'à une chose, la voir...

-Je n'ai pas le choix, Nim. Elle a tué ma sœur ! Elle a fait semblant de vouloir l'aider et a emmener son corps je ne sais où !

-Iki... pensa Lune, émue.

-Continue de te plaindre, et tu sera le prochain, dis un homme au loin.

-Dis-donc, je suis bien plus grand que toi, maintenant, capitaine, hahaha, plaisanta un second.

-Que tout le monde reste derrière moi, ordonna Nim dont les bras se transformèrent en d'immenses tentacules.


L'homme apparu brusquement derrière elle.


-Désolé, j'ai aucune envie de te combattre, ma belle créature des fonds marins, lui murmura l'homme qui l'a fit disparaître d'un simple contact de l'index.

-Où est passée Nim ?! demanda Lune.

-Fait pas semblant d'en avoir quelque chose à faire, tu l'a connaissais à peine, hahaha, plaisanta l'autre homme en avançant vers eux.

-Je comprends votre réaction, dis Iki avec le sourire en marchant vers les deux hommes. Ça fais 20 ans que vous ne m'avez pas vu, et vous me retrouver avec un bras en moins. Du coup, chacun de vous se dis qu'il a toutes ses chances de me battre. Orion, Nova, par lequel de vous je commence ?

Laisser un commentaire ?