Gemini War, Tome 1, First Avengers

Chapitre 2 : Chapitre 2: La Section Scientifique de Réserve ou l'Agent Carter

1615 mots, Catégorie: G

Dernière mise à jour 05/06/2018 13:06

PdV Steven Rogers:


Une jeep verte s'arrêta près de nous et une jeune femme aux cheveux bruns un peu bouclés et aux yeux noisette, habillée en uniforme militaire en descendit. Mon voisin de bus sursauta, il n'avait visiblement pas entendu la voiture arriver.


"-Garde à vous messieurs !" s'exclama le général alors que la jeune femme se mettait face à nous.


-Bonjour à tous, je suis l'agent Carter et je supervise les actions de la S.S.R dans ce complexe." se présenta t-elle.


Elle allait sûrement continuer mais un sifflement racoleur l'interrompit. Je levais les yeux au ciel. Quel crétin ! Dan dût avoir la même réflexion que moi car il esquissa un sourire agacé.


"-Votre nom ?" demanda calmement l'agent Carter en se mettant face à la recrue qui vient de la siffler.


"-Jared Colle, Mam'zelle." répondit le siffleur avec un sourire en coin, se voulant sans doute séducteur.


"-Sortez du rang, Colle." ordonna la brune.


L'homme, une armoire à glace aux cheveux sombres en brosse, sortit du rang. Il devait faire trois têtes de plus que moi, soit deux de plus que l'agent Carter.


"-Si vous vouliez vous décoincez, fallait le dire tout de suite." Railla t-il.


A ce moment là, je crois que j'ai pris une teinte dans les rouges. Sans se départir de son sourire calme, l'agent attrapa l'un des bras de Jared, le lui tordit et le plaqua au sol ! Ceci ne lui prit que quelques seconde, et une seule main.


"-Bien, je crois que tout le monde a comprit la leçon! Maintenant, allez déposer vos affaires, et au pas de course !" s'écria le général.



Journal


Ah... Les jours d'entraînements... Pas toujours des plus agréables, j'en conviens, mais tellement mieux que ce qui nous attendait de l'autre côté de l'océan. Nous alternions entre de la course, généralement en foret, des combats, des entraînements au maniement des armes et autres situations... Boueuses.

Chaque jour commençait plus ou moins pareil, on nous réveillait aux aurores, (gare à celui qui se rendormait), suivait une course puis des entraînements divers et variés. Sans calendrier ou agenda, il était dur de ne serait-ce que savoir quel jour il était tant ces derniers se ressemblaient.


Ma dernière semaine au camp fut la plus... Particulière. La première journée avait commencée plutôt "normalement" : réveil, course, entraînements aux tirs puis... Mise en situation.

Après que nous avoir fait traversés un terrain boueux sous des barbelés, notre entraîneur nous accorda une pause. Je discutais avec Steve lorsque quelqu'un cria :


"-GRENADE !"


Comme la plupart des volontaires, j'eu un mouvement de recul. 

Mouvement de recul rapidement interrompu par la vision de Steven Rogers se jetant sur la grenade en nous disant de partir. Dans un héroïsme le plus total, soit. Il resta un moment comme ça, avant que l'on se rende compte que la grenade n'était pas dégoupillée.

 Le général et l'agent Carter échangèrent un regard, c'était sûrement eux qui étaient à l'origine de ce cirque. Steve se releva rapidement et alla vers le dortoir, le teint rouge vif. J'hésitais un instant à aller parler aux deux gradés mais je me décidais finalement à le suivre.


Je le trouvais assis sur son lit, me tournant le dos.


"-C'était stupide, hein ?" dit-il sans se retourner.


"-C'était très stupide, ou très courageux, à toi de voir ce que tu préfère." répliquai-je en m'asseyant en face de lui.


"-Bucky avait raison, l'armée, c'est pas fait pour moi." soupira t-il en secouant la tête.


A cette époque, Steve m'avait déjà raconté une partie de sa vie, dont son amitié avec James Buchanan Barnes, son meilleur ami depuis le primaire, et actuellement en poste en Europe.


"-Personne n'est fait pour l'armée Steve. C'est une nécessité à laquelle on répond comme on peut en temps de guerre. Et les guerres, c'est avec des gars comme toi qu'on les gagne. "


Il eut un léger rire:


"-Tu veux dire avec des cinglés qui se jettent sur des grenades ?


-T'es vraiment impossible comme gars, tu le sais ça ? Mais oui, on gagne grâce à des cinglés qui se jettent sur des grenades, parce qu'ils pensent au bien de tous avant le leur." répondis-je, un air amusé au visage. 


Un grand sourire commença à se former sur ses lèvres. Il allait répliquer lorsqu'un homme en complet marron, lunettes et cheveux grisonnant qui m'était inconnu entra.


"-Excusez-moi messieurs, mais j'aimerais parler à monsieur Rogers seul à seul." dit il avec un fort accent germanique.


Je lançais un regard étonné à Steve mais, celui-ci hochant la tète, je décidais donc de les laisser seuls.



Le lendemain, lors des premières heures d'entraînements, je ne vis pas Steve. Je le cherchais pendant près d'une demi-heure, puis je finis par aller demander au colonel si il lui était arrivé quelque chose. Je trouvais ce dernier dans l'un des bâtiments administratifs.


"- Excusez-moi de vous déranger colonel, je cherche le soldat Steven Rogers. Il n'était pas à l'entrainement ce matin.


-C'est normal, il a été affecté à la section scientifique de réserve, sous les ordres de l'agent Carter." répondit le militaire en rajustant son uniforme.


J'avais l'impression qu'il ne me disait pas tout, mais après tout, je n'étais qu'un simple soldat, il avait tous les droits de garder le secret. Le colonel Philips passa devant moi sans rien ajouter et partit. Je rejoignis donc les autres dehors, sans plus d'information. 


Ce jour-là, c'était combat à main nue. Remarquez, heureusement que Steve n'était pas là. L'entraîneur nous mit en un contre un, et le hasard fit en sorte que je me soit contre Jared Colle. Je ne l'appréciais pas du tout, et lui me le rendait bien. 

A chaque fois qu'on se croisait, il ne pouvait pas s'empêcher de se vanter et moi, j'avais la manie de répliquer de manière ironique, de préférence en lui rappelant sa mésaventure avec l'agent Carter.


A vrai dire, je ne voulais pas commencer les hostilités mais, juste avant que l'entraîneur nous dise de commencer, Colle m'envoya une droite en plein visage, me faisant reculer de plusieurs pas.


"-Alors, t'as perdu ta repartie ?" se moqua le brun.


Je passais ma main sur mes lèvres sans répondre, je saignais un peu mais sans plus.


"-T'as vraiment pas choisi ton jour, j'ai envie de me défouler aujourd'hui." Continua t-il.


Je levais les yeux au ciel, on ne peut pas dire que j'étais en tord cette fois, si? 


Je ne répondis rien et je lui envoyais à la place un direct sous le menton. Colle cracha un peu de sang. Il me jeta un regard furieux. Il se rua sur moi, bien décidé à me mettre à terre. Quand il arriva, je me baissais et balayais ses jambes, l'envoyant manger la boue. 

Il se releva en trébuchant. Je fis alors mine de le re-frapper au visage. Comme je m'y attendais, il para avec ses deux bras devant le visage. J'en profitais pour frapper le point vital de son bras droit, le paralysant. Il tomba à genoux en criant de douleur, nous attirant le regard des autres.


"-Comme tu le vois, ma répartie a un peu changée..."


Notre entraîneur, je crois qu'il s'appelait Harper, s'approcha pour voir ce qu'il se passait.


"-Qu'est ce que vous avez fichu Hale ?!" S'exclama t-il en jetant un regard furieux à Jared puis à moi.


"-Il semblerait que j'ai terminé l'exercice en avance monsieur." dis-je simplement en haussant les épaules.


Il me jeta un regard incompréhensif et emmena Colle à l'infirmerie.


Le reste de la journée se passa plutôt normalement avec de la course et du parcours. J'avais prit l'habitude de sortir du dortoir juste avant le couvre feu pour pouvoir fumer tranquillement. Sauf que ce soir là, quelqu'un avait décidé de ruiner ma pause: 


"-Hale !"


Je me retournais immédiatement. En face de moi se tenait le colonel Philips avec un dossier dans les mains.


"-Monsieur ?" répondis je, surpris.


"-Vous pouvez m'expliquer ça !?" s'écria t-il en me montrant une photo du bras de Colle, celui ci porte une large marque sombre peu attrayante là où je l'avais frappé.


"-On dirait que j'ai touché un point vital.


-Où est ce que vous avez appris a faire ça !?" Continua t-il.


"-J'ai dut voir ça quelque part." Menti-je. "Dans un livre ou un film."


Il me regarda étrangement, peu sûr de ce qu'il devait penser. Je ne pouvais visiblement pas prétendre être un bon menteur à l'époque.


"-J'ai regardé vos résultat d'entraînements soldat, il semblerait que vous n'ayez plus besoin de rester ici." dit-il, "D'ici trois jours, vous serez envoyé dans un régiment en Europe." Termina le colonel.


§


Hey, je ne fais pas souvent de notes de fin de chapitre, mais je tenais à m'excuser pour les fautes avec dû, dut etc... Je sais que j'en fais, et je tenais à m'excuser, je suis totalement incapable de les repérer ^^"

Dans tous les cas, j'espère que ces deux premiers chapitres vous ont plut ! Le prochain arrive mardi , n'hésitez pas à me dire ce que vous pensez du rythme de post, et de la fiction aussi, si vous voulez x').

Sur ce, je vous souhaite une bonne journée!




Laisser un commentaire ?