Le Hobbit "Mon Espoir"

Chapitre 6 : Tu comptes pour moi

2438 mots, Catégorie: M

Dernière mise à jour 05/08/2022 13:10

Après une nuit réparatrice, Thrarín se réveilla en douceur, tout d’un coup, il entendit de grands coups frappés à la porte, il dit d’une voix forte.


« Je suis réveillé ! N’entrez pas s’il vous plait, je ne suis pas présentable ! »


Une voix lui répondit, c’est celle de l’aubergiste.


« Bonjour maître nain, j’espère que vous avez passé une bonne nuit. Rassurez vous, je n’ai pas l’intention de rentrer, je vous laisse le temps de vous préparer. Seulement, votre compagnon avait demandé à ce que je vienne frapper à la porte de vos chambres, j’ai commencé par lui, vos petits déjeuners vous seront servis dès que vous serez à table. »


« Je vous remercie monsieur, j’arrive dans un moment. »


« Aucun problème, maître nain, à plus tard ! »


Thrarín se dépêcha de se lever, de s’habiller ainsi qu’enfiler ses bottes, il passa vite fait à la salle de bain pour faire une toilette rapide. Il se fit ses deux tresses habituelles. Une fois prêt, il sortit de la chambre et croisa Thorin dans le couloir, ce dernier vint à sa rencontre en lui souriant gentiment, voilà qui faisait plaisir à voir, le jeune nain lui rendit son sourire en lui disant.


« Bonjour maître Thorin, vous avez bien dormi ? »


« Bonjour Thrarín, j’ai bien dormi, toi aussi ? Prêt à donner un nouveau coup de collier pour la route ? J’espère que nos poneys sont en forme également, parce que j’aimerais aller le plus loin possible. »


« J’ai bien dormi moi aussi, merci. Honnêtement, je ne sais pas combien de temps il nous faudra pour aller jusqu’à Tharbad, ensuite nous pourrons nous rendre dans le pays de Dun. »


« Très bien, nous irons aussi loin que nous pourrons sans avoir à faire trop de pauses. Au fait Thrarín, tu peux me tutoyer si tu en as envie, en tout cas, tu as ma permission. »


Le jeune nain le regarda d’un air complètement ahuri, que s’était il passé pendant la nuit pour que son aîné change de personnalité ? Thorin devait être en train de plaisanter en lui proposant de le tutoyer, qu’on lui rende son ancien chef si bougon, songea le jeune nain ! Il ne reconnaissait pas ce nouveau nain, quoiqu’il aurait été hypocrite de sa part de se plaindre, la relation deviendrait certainement plus facile entre eux, au fond de son cœur, il l’espérait.


« Vous me proposez de vous tutoyer ? Pourquoi cela ? »


Thorin haussa les épaules et lui répondit.


« Kili et Fili me tutoient, pourquoi pas toi ? Je ne vois pas où est le problème, ça te gêne ? »


« C’est différent pour vos neveux, ils sont de votre famille, ce qui n’est pas mon cas, je suis juste leur ami, tout comme Hannar. »


Il sonda Thrarín du regard avant d’ajouter.


« Je ne t’oblige à rien, rassure toi, fais comme tu le sens. Cependant, hier soir, tu m’as avoué que tu m’aimais bien, ce sont des mots que j’ai dû mal à exprimer, tu dois t’en douter. C’est pour cette raison que je t’ai proposé cette option, celle de me tutoyer, pour que nous soyons un peu plus proches, si tu le souhaites. » Il se racla la gorge avant d’ajouter. « Prends tes affaires, apparemment tu les as laissé dans la chambre, nous reprendrons la route dès que notre petit-déjeuner sera terminé. Alors je te conseille de les récupérer si tu ne veux pas te les faire voler, je t’attends à table, dépêche toi. »


Thrarín s’exécuta sans tarder, il revint dans la chambre qu’il occupait, prit son sac à dos au pied du lit ainsi que son épée, Thorin avait raison sur un point, n’importe qui aurait pu lui subtiliser ses affaires en un rien de temps. Une fois fait, il rejoignit son chef dans la salle commune, le petit déjeuner fut déjà servi à la table, ils savourèrent avec plaisir leur repas du matin.


Lorsqu’ils terminèrent de manger, ils payèrent leur nuit et leurs repas à l’auberge, puis récupérèrent leurs poneys à l’écurie, la personne de service avait bien pris soin d’eux, Thrarín donna un généreux pourboire au palefrenier pour tout remerciement. Avant de quitter le village, les nains achetèrent quelques provisions de nourriture pour la route, car leurs sacs étaient quasiment vides, des stands étaient ouverts, c’était le moment d’en profiter. Ainsi, ils refirent le plein d’aliments, comme du pain, des pommes de terre, de la viande, du poisson, des légumes, des fruits. Le jeune nain pensa qu’il lui faudra cuisiner si nécessaire, son oncle lui avait appris à être autonome dans ce domaine, lui et son chef n’auraient pas à mourir de faim pendant le voyage. Thorin de son côté était ennuyé par cette activité, il n’en pouvait plus de déambuler entre les stands, la foule et tout ça, il avait hâte d’en terminer, voilà pourquoi il dit à son jeune compagnon.


« C’est toi qui a eu l’idée de nous attarder ici, pour la peine, tu te chargeras des repas, tu sais cuisiner au moins ? »

« Ne t’inquiètes pas Thorin, je ne nous laisserai pas mourir de faim, et oui, je sais cuisiner. C’est mon oncle Bragnir qui m’avait appris, du coup, il arrivait que je lui fasse des petits plats. » Lui répondit il en souriant, ce qui fit secouer la tête du grand nain comme s’il n’en revenait pas, en revanche, il lui sourit tendrement et lui dit.

« Tu t’es enfin décidé... »


« Décidé à quoi ? » Demanda Thrarín, ne comprenant pas de quoi il parlait.


« À me tutoyer, ça fait plaisir à entendre. »


« Oooh ... Je ne m’en étais pas aperçu, c’est sorti tout seul, enfin, si ça te fait plaisir, tant mieux. »


« C’est ce que je t’avais proposé, tu n’as pas à te sentir gêné, je ne te demanderai qu’une chose : ne change rien. »


Thorin était tellement attendrissant en parlant ainsi, Thrarín n’aurait rien voulu changé en cet instant, il était heureux de se rapprocher affectueusement de son aîné.


« C’est promis. » Lui dit-il l’air jovial, ce qui fit rire le grand nain, enfin, ils quittèrent le village de Bree.


La suite de leur voyage se passa sans encombre, tout fut calme sans âme qui vive, Thrarín surveilla de temps en temps la carte pour éviter qu’ils se perdent. Les deux nains firent des pauses de manière régulière, surtout aux moments du coucher du soleil, comme convenu, le jeune nain se chargea des repas, Thorin et lui se régalèrent. Pendant le repas, la conversation s’avéra animée, car le sujet était assez sensible, ce n’était pas parce qu’ils commençaient à s’apprécier qu’ils pouvaient être d’accord sur tout, heureusement d’ailleurs.


« Je constate que tu débrouilles bien pour cuisiner. »


« Merci beaucoup, je pense que c’est un bon entraînement lorsque je trouverai une épouse, je lui cuisinerai des plats à ma future promise. » Dit Thrarín d’un air rêveur.


« Une épouse ? Qu’est-ce que tu me chantes là ? » Il secoua la tête en levant les yeux au ciel et ajouta. « En supposant que cela se produise, ce sera à elle de se charger de ces activités, c’est la place des femmes, après tout, nulle part ailleurs. »


« C’est un peu restrictif ce que tu dis, Thorin. Mon oncle me disait qu’un couple pouvait se partager les tâches, après, tout dépend de quoi il s’agit. »


« Thrarín ... Je te dis les choses comme elles doivent être, c’est tout ! C’est comme si les naines étaient sur les champs de bataille à la place des nains ! Ce serait impensable ! Pffff ! Même si j’avais du respect pour Bragnir, sa façon de t’élever me laisse dubitatif maintenant que tu me racontes ça. »


Depuis que Thrarín avait aperçu cette charmante petite humaine près de Fornost, il savait à présent pourquoi il n’avait jamais été attiré par les naines, elles avaient quasiment un caractère masculin, ça ne l’avait jamais attiré, contrairement à son ami Fili. Lui aussi était doté d’un sale caractère lorsque quelque chose le contrariait, alors le tempérament explosif d’une naine, ça ne le dérangeait absolument pas. De son côté, Thrarín préférait la douceur chez la gente féminine, il était certain de ne pas trouver ça chez une naine. Néanmoins, il évita de discuter de ses préférences avec Thorin, Dieu sait comment il réagirait, il préféra rester vague dans la conversation.


« Est-ce que les naines ne savent pas se défendre ? »


« Si, évidemment, avec un caractère de cochon, je n’ai qu’à voir ma sœur quand elle explose ! Mais au grand jamais, elle ne se retrouvera sur un champ de bataille, ça ne lui viendrait pas à l’esprit et je le lui aurais interdit de toute façon, elle le sait. »


Pour éviter de donner des soupçons à son chef, le jeune nain pensa qu’il valait mieux changer de sujet, lorsque leur dîner fut terminé, il sortit la carte de la terre du milieu, puis vint s’asseoir près de son chef, ce dernier lui dit avec un air moqueur.


« Tu préfères passer à autre chose ? Nous ne serons jamais d’accord sur la condition féminine, c’est ce que je comprends ? »

« Oui, je suis désolé, Thorin, sans rancune, j’espère. À présent, je voudrais te parler d’un détail important concernant la suite de notre expédition, si tu veux bien. »


« D’accord, je t’écoute. »


« Lorsque nous serons parvenus au pays de Dun, de quel côté tu aimerais que nous commencions les recherches ? Est-ce qu’il y a un endroit où ton père se serait rendu en particulier ? »


Thrarín lui montra la carte, son chef réfléchit pendant un temps qui lui semble infini, puis il répondit.


« Nous commencerons du côté de la Moria, bien que nous n’y rentrerons pas vraiment, car il y a certainement des orques qui vivent là-bas, mon but n’est pas de risquer notre vie non plus. Je pensais faire le tour du pays de Dun, pourtant je doute fort que mon père Thraín soit passé du côté du Rohan ou du Gondor, mais bon, on ne sait jamais, nous essaierons d’aller de ce côté-là, au cas où. »


L’attention de Thrarín fut attiré par un autre nom de lieu sur la carte, il se souvint que son oncle lui en avait parlé, il en informa Thorin.


« Je me souviens que Bragnir m’avait parlé d’un lieu où règne la magie... »


Le grand nain le regarda l’air interrogateur, presque choqué.


« La magie ? Qu’est-ce que tu racontes ? »


Sur la carte, Thrarín lui montra à quoi il faisait référence

.

« Je parle d’un lieu qui s’appelle la Lothloríen, regarde, juste à côté de la Moria. Là bas vivent des elfes, l’un d’entre eux aurait de grands pouvoirs et voir l’avenir, quelque chose comme ça, ne pourraient ils pas nous aider ? »


Thorin eut une mine horrifiée, Bon sang ! Qu’est-ce que Thrarín avait bien pu dire de si atroce ? Où était le problème ? Le jeune nain ne comprenait pas la réaction de son aîné, il le vit se lever brusquement en grognant, faire les cent pas, puis se tourna vers notre héros l’air renfrogné, on aurait dit que l’ancien Thorin bougon avait refait surface, le jeune nain eût peur qu’il ne l’étripe même s’il pensait qu’il n’irait pas jusque là.


« Quelque chose ne va pas, Thorin ? Quel est le souci avec la Lothloríen ? »


« NE PRONONCE PAS CE MOT !! Je te l’interdis, tu m’entends ?! Jamais je n’irai demander de l’aide auprès de ces êtres infâmes aux oreilles pointues !! Écoutes, fais moi plaisir et oublies ces êtres nuisibles et destructeurs, j’ai déjà vu ça lors de l’attaque de ce dragon quand il s’est emparé d’Erebor, les elfes étaient présents, ils n’ont rien fait pour nous aider ! Ces gens là, il faut les mépriser, ils ne savent que faire du mal aux autres peuples qui leur est étranger ! »


« Mon oncle m’avait parlé d’un certain roi elfe effectivement, seulement, il vit dans la forêt noire, pas dans cet endroit don’t je viens de te citer. »


« QU’IMPORTE L’ENDROIT OÙ ILS VIVENT !!! CE SONT TOUS LES MËMES !! DES TRAÎTRES !!! »


Ils cessèrent toute conversation à ce propos, demain matin ils auraient une longue route à faire avant d’arriver au pays de Dun, il serait dommage de dormir en étant fâchés.


« D’accord, d’accord... Dans ce cas, restons focalisés sur notre trajet du côté de la Moria. »


« Oui, faisons cela, en revanche si notre recherche s’avère infructueuse, nous rentrerons dans les montagnes bleues. Allez, maintenant, il est temps que tu dormes un peu, je fais le premier tour de garde. »



Thrarín ne se fit pas prier, ses yeux se fermèrent tout seuls, il rangea la carte dans son sac, puis il tomba dans le sommeil. Durant son rêve, il crût entendre un doux chuchotement, ainsi qu’une caresse sur sa tête, il lui sembla qu’il s’agissait peut-être de la brise du vent.

Laisser un commentaire ?