Le monde de Léa Tome 1 (premier jet en cours )

Chapitre 9 : Hugues

1301 mots, Catégorie: T

Dernière mise à jour 22/06/2022 22:31

Moi : Je vais le surveiller. Pour moi, je pense qu’il est du mauvais côté.


Marie : On va tous le faire.


Branda : Je demanderais à ma mère de faire de même.


Moi : D’accord. Bon vous voulez faire quoi en attendant l’heure du repas ?


Vénus : On peut jouer au « Sort moi de là ». Un jeu de cartes où le but c’est de délivrer le prisonnier. On est quatre, cela devrais suffire. Un carte gardien, un complice, un prisonnier.


Branda : Comment cela se joue ?


Vénus : Je vais chercher mon jeu


Elle revient dans dix minutes chercher un paquet de trente cartes rouge et noir avec des sorts, dessins des personnages et objets. Elle étale les cartes sur le muret.


Vénus : Alors il y trois cartes gardiens, trois complices et trois prisonniers. Je vais d’abord les mélanger et les distribuer. Il vous faut les montrer ensuite.


Elle est gardienne, Branda la prisonnière, Marie et moi les complices.


Vénus : Bien je vais distribuer quatre cartes au hasard, face contre vous. Normalement c’est objets et sorts de manière équitable. Avant je vais toute les montrer. Huit sorts pour transformation, brûlure, fumée et paralysie. Deux de chaque. Et dix-huit objets. Le gardien à les menottes, la clé, la matraque et le fusil chargé deux fois. Les complices, deux corde, une voiture, un couteau et quatre fioles chance. Enfin le prisonnier, à ses affaires comme un flingue, une fiole chance et trois balles.


Moi : D’accord donc le but c’est de délivrer Branda ?


Vénus : Oui. Elle jouera aussi. Le but c’est de poser les cartes au milieu en désignant à qui c’est. Je ne joue que mes objets. Si je joue les menottes, je maintient pendant deux tours comme indiquer sur la carte, le joueur.


Marie : D’accord mais comment fait le prisonnier pour récupérer ses objets ?


Vénus : Il faut que les complices ou le prisonnier joue la carte chance pour échanger le jeu avec le prisonnier ou juste une carte. Mais à l’envers. Des questions ?


Moi : Non. On fait une partie ?


Tous le monde est d’accord. On joue jusqu’à l’heure de midi. En sortant on tombe nez à nez avec Hugues et Gut. On n’en même pas large devant leur regards surpris pour Gut et haineux pour Hugues.


Hugues : Savez-vous qu’on vous a cherchez partout jeunes filles ? Et qui plus est, vous êtes allées dans un endroit interdit aux élèves. Je devrais sévir, quand pense-tu Hélène ?


Branda supplie du regard sa mère. Nous on fixe nos chaussures.


Gut : Charles, ici c’est mon jardin privée. Je suis certes surprise de les voir ici mais je vais les laisser libre. Aller manger jeunes gens.


Branda : Merci mère.


On décanille avant qu’elle ne change d’avis. Pendant le repas, Hugues m’observe toujours. Je ne vais pas le laisser prendre le dessus. Surtout en leçon de duels. J’ai eu un mot de mère, cela commence après les deux heures de sports. Et avec Poion, le lundi et le vendredi soir.

Le cours avec les deuxièmes années est du badminton. Je fais gagner mon équipe la première heure. La deuxième est concentrer sur l’équilibrage alimentaire et le sommeil. Enfin, je rejoins Hugues pour le cours de lame dans la salle F.

Il m’attend avec sa toge verte et une dague en fer avec de belles gravures. Son air est sérieux et c’est d’un ton sec qui me tend la même dague.


Hugues : En garde.


Il commence à m’attaquer, j’esquive comme je peux. Il m’entaille légèrement la joue. Une rage s’empare de moi et peut importe de quel côté il est, je ne me laisse pas faire. Je reprend la dague et attaque pour tenter de le toucher. Enfin je lui fait la technique du croche-patte, pour le toucher dans la jugulaire sans aller plus loin.


Hugues : Bien joué Léa.


Il me fait aussi un croche-patte et j’ai confirmation qu’il est du mauvais côté. Il se jette sur moi pour m’étrangler.


Hugues : Tente une seule fois de prendre le pouvoir de Kani et tu seras dans les veines de Xiam. Compris ?


Je tente d’une main d’échapper à sa poigne et de l’autre de prendre la dague. J’arrive enfin à l’agripper pour le planter dans la jambe.

Je respire enfin et je m’enfuis vers le bureau de ma mère. J’ai lu dans ses pensées que c’est Kani envoyée par Xiam.

Quand je frappe au bureau, ma mère comprend sans un mot qu’il y a un problème. Arrivée sur place, on trouve le vrai Hugues face contre terre. Il est blafard et nous dit d’une faible voix :


Hugues : J’ai vu une femme, Kani me torturait. Elle voulait tout savoir sur moi.


Moi : Je sais lire dans les pensées pourtant !


Ma mère : Kani a un bouclier. Elle a était repérée rapidement mais ce n’est que partie remise. Elle reviendra. Quand, je n’en sais rien. Je t’emmène à l’infirmerie.


J’aide pour le transport, puis je retourne dans ma chambre discuter avec les filles. J’ai faillit mourir. Mes amies me laissent seule assise sur le lit du bas mais restent pas loin. Fanny arrive pour charger une dernière balle.



Fanny : Tu n’aurais pas dû échapper ! Ma mère t’aura ma fille. Elle m’a chargée personnellement de t’amener à bon port.


Moi : Dégage ou je t’en fou une !


Fanny : Même pas peur. Aller je te laisse souffler mais pas longtemps.


Elle ressort de la salle et moi je pars à la douche avant le repas. J’entends les filles, mettre un plan à voix basse.

¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

Kani  


J’aurais dû l’avoir cette fille ! Elle m’a encore échappé ! J’ai vu que Fanny c’est chargé de la déstabiliser. Je vais attendre trois mois pour revenir à la charge. 


Xiam : Calme-toi sœurette. On n’a plus moyen de savoir ce qu’elle fait sauf par ta fille. Soyons patient.


Kani : Tu as raison. Attendons. Fanny nous ouvrira les portes pour tous les massacrer dans trois mois.


Xiam : J’en salive déjà.


Kani : Je vais te nourrir.


Xiam : Merci.

 

¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

Madame Irma

Je surveille Hugues et je saisis qu’on est passé loin de la catastrophe. Même pas deux jours, que Kani a jouer sa carte.

Je décide de réunir tout les professeurs pour une réunion au sommet dès le lendemain au réveil du malade. Gut, Poion, Fi et Hugues sont dans mon bureau.


Fi : Que se passe t ‘il ?


Irma : Kani et Xiam sont passé à l’acte en tentant de tuer Léa. Je dois vous avouer que c’est ma fille. Elle est en danger.


Fi : La prophétie concerne ta fille ?


Irma : Oui. Je souhaite qu’on lui propose des cours particulier tout les soirs. Avec ses amies.


Poion : D’accord donc les autres ? Si l’école est attaqué ?


Irma : Je ne veux pas créer de panique


Hugues : Je suis d’accord. On va faire un planning.


Irma : Je vous écoute. 

Laisser un commentaire ?