Dragon Age : The Sword and The Tulip.

Chapitre 4 : Alliance.

2105 mots, Catégorie: G

Dernière mise à jour 29/10/2020 19:20

Comme chaque jour, je me levais quand les premiers rayons du soleil apparaissaient. La soirée avait durée une bonne partie de la nuit mais j'étais partie dans mes appartements bien avant la fin. Je me redressais et je regardais ma marque, je refermais aussitôt le poing quand un éclair vert se mit à jaillir. C'était désagréable à chaque fois qu'elle réagissait. J'avais l'impression qu'on me plantait plusieurs aiguilles dans la main et jusqu'aux bout des doigts. 

Je me relevais doucement et apercevait rapidement mon reflet, mes cheveux étaient ébouriffés et ma mine était affreuse.

Mon cauchemar me revenait en tête, en flashs désagréables, ce que Thédas deviendrait si j'échouais.

Des engeances semant le chaos partout. Je vivais ce rêve et mon corps avait du mal à oublier.

Je clignais des yeux plusieurs fois comme pour faire disparaître ces pensées et j'enfilais une tunique noire ainsi qu'un pantalon de couleur marron avant de quitter mes appartements. 


Je me dirigeais vers les écuries où se trouvaient toutes les montures y compris Maeglin, ma monture lorsque je vivais encore ici. 

C'était un magnifique Hahl Royal qui venait de la lignée du Sud. Il avait une robe aussi blanche que la neige et ses bois étaient d'un marron clair avec quelques reflets dorés. Lorsque la créature me remarqua, elle m'observa un temps avant de s'approcher majestueusement de moi, inclinant la tête vers le bas. Je m'inclinais à mon tour et je venais passer ma main sur son flan, le caressant. 


- Comme tu es magnifique., dis-je doucement. 

- Quelle créature impressionnante., dit une voix derrière moi. 


Je relevais la tête et je vis le Commandant Cullen qui se tenait à quelques mètres de Maeglin et de moi. Il semblait impressionné mais peu rassuré à l'idée de s'approcher plus près de nous. J'esquissai un sourire et je reportai mon regard sur la bête. C'est vrai qu'elle avait de la prestance. C'était une créature magnifique et un très bon destrier.


- Je n'en avais jamais vu d'aussi près., rajouta le blond. 

- C'est Maeglin, c'est un Hahl d'une lignée noble. Un lien s'est tout de suite créé lorsque nous nous sommes rencontrés., dis-je en souriant. 

- C'est.. Fascinant., ajouta le Commandant. 


Maeglin semblait regarder attentivement Cullen et la créature fit quelques pas vers lui. Mais le Commandant se recula aussitôt, il ne savait pas comment réagir. Je m'approchais alors de lui et je plaçais ma main sur son bras, le regardant. Le Commandant sembla se détendre soudainement à mon touché et il me lançait un regard entendu. 


- Il n'est pas dangereux, je vous assure., dis-je. Juste très imposant. 

- C'est peu de le dire., répondit nerveusement le Commandant. 


Je prenais doucement la main du Commandant dans la mienne quand Maeglin se stoppa à à peine un mètre de nous et inclina la tête. Je venais déposer doucement la main du Commandant sur la tête du Hahl, entre ses deux bois. Je relâchais doucement sa main quand je remarquai que Cullen commençait à caresser la bête et à être beaucoup plus à l'aise.

Maeglin se laissait faire avec plaisir et je voyais que Cullen commençait à bien apprécier la créature, il me regardait en souriant avant de reporter son attention sur le Hahl. 


- Vous voyez., dis-je. 

- Magnifique., souffla le Commandant. 

- Dame Ellanna, votre père vous demande., dit un elfe dans mon dos.


Je regardais l'elfe et je regardais ensuite Cullen, lui faisant un signe de tête pour indiquer que je prenais congé. 


- L'humain est invité., dit l'elfe. 


Je vis Varric qui passait derrière l'elfe, une pinte d'hydromel dans la main. En voyant l'elfe, il se raidit et voulu partir en vitesse. 


- Ainsi que le nain., rajouta le serviteur. 


Varric se stoppa et soupira longuement, grommelant quelque chose d'incompréhensible avant d'avaler cul sec le contenu de sa pinte.

J'appréhendais beaucoup cette réunion, je savais ce que mon père pensait de tout ça. Suivie par Varric et par le Commandant Cullen, je me rendais dans les appartements de mon père, dans son bureau, plus précisément. 

Calion était la, ainsi que mon père et l'Archiviste Alyndra Lavellan que je n'avais pas eu la chance de voir la veille. C'était l'elfe la plus âgée de notre clan et la plus sage. Sa cécité n'était pas sa faiblesse, au contraire. C'était bien sa plus grande force. 

Quand je franchis les portes, les trois elfes cessèrent de discuter pour nous considérer, Calion allant s'asseoir dans un fauteuil près du bureau de mon père. L'archiviste tourna la tête vers nous et s'approcha lentement en tenant son bâton. Elle s'arrêta à quelques centimètres de moi et prit ma main dans la sienne. 


- Ellanna. Comme il est bon de te revoir., dit-elle. Tu as beaucoup changé, je peux le sentir.


Elle baissa les yeux sur ma main et elle fit un geste avec ses doigts. Un champ magnétique se ferma autour de nos mains mais il se brisa rapidement. Je grimaçais à cette réaction magique, agitant mes doigts comme pour faire disparaître la douleur. On dirait que la marque agissait d'elle même. Elle refusait tout contact extérieur, quelque soit la magie.


-Hm.. Cela faisait longtemps que je n'avais pas eu affaire à une telle magie. Que s'est-il passé là bas, Ellanna ?, demanda-t-elle.

-Je n'arrive plus à me souvenir. Je n'ai que des bribes., soupirai-je. 

-Le fardeau que tu portes sur tes épaules t'a changé. Je suis désolée que tu ai à le porter seule., rajouta-t-elle.

- Elle n'est pas seule., intervint le Commandant.


Alyndra se tourna vers le Commandant, de la surprise pouvait se lire sur son visage et sembla le considérer quelques secondes. J'étais également surprise de l'intervention du Commandant mais ces simples paroles étaient rassurantes. J'avais vu Varric hocher vivement de la tête à la remarque du chef des armées. Cullen se racla la gorge avant de dire : 


- Je suis.., dit-il. 

- Cullen Rutherford, Commandant des armées de l'Inquisition et un ancien templier., ajouta Alyndra. 

- Varric Thetras, enchanté., renchérit le nain

- Et un conteur d'histoires., dit Alyndra. Bien, commençons. 


Elle retournait près du bureau de mon père et celui ci se leva doucement. Il se mit devant son bureau et me regardait longuement. 


- Ellanna, ma fille. Je suis d'avis que tu restes ici. Cela nous permettrait d'étudier cette magie qui sommeille en toi et qui a laissé sa marque. Peut-être pourrions-nous trouver un moyen de t'en défaire ?, proposait-il. 


Je soupirais longuement, me massant les yeux. Je posais de nouveau mon regard sur lui, il jouait l'homme fier mais je savais qu'il ne ressentait qu'inquiétude pour moi. C'était la même conversation qui se répétait. Sans cesse.


- Père.., soupirai-je. 

- Je suis du même avis que ton père., ajouta Calion en se levant. As-tu oublié comment les Shems traitent notre peuple ? Quand bien même si tu parvenais à venir à bout de ces choses, ils n'auront aucune reconnaissance pour toi. 

- Je ne recherche pas la reconnaissance, Calion. Mais ces choses, ces engeances continueront d'affluer si je ne fais rien. Notre monde, tel que nous le connaissons, sombrera dans le chaos si je ne fais rien., répondis-je en le regardant. Je suis la seule capable de refermer ces failles. 


Je marquais une pause et je regardais ma main. Un léger éclair jailli soudainement, je ressentis des picotements jusqu'aux bouts de mes doigts. Je resserrai le poing avant de reporter mon attention sur mon père et de finalement répondre : 


- Je ne me souviens plus de ce qu'il s'est passé au temple, je ne me rappelle plus comment j'ai eu cette chose mais.. C'est l'occasion de sortir notre peuple de l'ombre et de faire évoluer les mentalités, tu ne crois pas ?, demandai-je. 

- Si je peux me permettre, Votre Altesse., dit Varric en s'avançant. Je crois que vous ne vous rendez pas compte de ce que représente Ellanna et cette marque. Beaucoup voient en elle un symbole d'espoir, une intervention divine du Créateur pour nous sortir de la. Ils l'appellent la Messagère d'Andrasté.

- C'est ridicule., soupira Calion.

- Je ne vous le fais pas dire et pourtant, c'est ce qu'elle est, notre seul espoir. Moi, je pense simplement que votre fille n'a pas eu de bol, c'est bête à dire mais c'est vrai., dit le nain en haussant les épaules et en me regardant. Tout ça, c'est la faute a pas de chance. Et pourtant, la voilà. Elle est déterminée à se battre pour sauver notre monde et ça, vous ne pourrez pas lui enlever. Moi, je suis heureux que ce soit tombé entre les mains d'une bonne personne et je suis plus heureux encore de savoir que je fais parti de son aventure.


Je regardais Varric, surprise de ses mots et je le vis me faire un clin d'œil avec un sourire aux lèvres. Un silence pesant régna dans la grande pièce durant quelques secondes. J'entendais mon père soupirer longuement avant de porter son regard sur moi. 


- Je ne pourrai te faire changer d'avis, n'est-ce pas ?, demanda-t-il. 


Je disais non de la tête tandis qu'il s'approchait de moi et qu'il prenait mes mains dans les siennes. Il regardait Alyndra qui lui fit un hochement de tête avant de reporter son attention sur moi. Il serra légèrement mes mains dans les siennes avant de dire : 


- Très bien alors, je ne peux te retenir. Accomplis ta mission, ma fille. Tu auras tout le soutien de notre clan, si nécessaire., dit il.

- Et de mes troupes., ajouta Calion après un moment.

-Ellanna, un destin dangereux t'attends. Même si je l'avais voulu, je n'aurai pu t'aider à comprendre cette magie, il faut que tu en retrouves la source. Ne doute jamais de tes pouvoirs, tu es une mage d'exception. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour t'aider dans ta quête., ajouta Alyndra.


Je hochais de la tête aux paroles de notre Archiviste et je portais mon regard sur Calion, il n'était pas enchanté à cette idée mais je soufflai de soulagement en sachant que je pouvais compter sur lui. C'était agréable de savoir que mon peuple était de mon côté et m'aiderait. Je regardais mon père et j'inclinais la tête pour le remercier. Il me prit dans ses bras et me serra fortement avant de me relâcher, mettant ses mains sur mes épaules pour me regarder. 


- Tu es le portrait de ta mère, ma fille., dit il en souriant. Mes hommes vont préparer vos montures. Je pense que tu pourrais prendre Maeglin avec toi, ça lui plairait de découvrir le monde.

- Merci infiniment, Ada., dis-je.


Je poussais un soupir comme pour me donner de la contenance. J'étais terriblement effrayée. Un nouveau monde s'ouvrait à moi à partir de maintenant. Je devais tout faire pour en finir avec cette Brèche qui consumait notre monde et me débarrasser de ce pouvoir qui me rongeait. Qu'est-ce que c'était, d'où ça venait ? Je ne parvenais pas à me souvenir de ce qu'il s'était passé ce jour là, au Saint Temple cinéraire mais j'espérais que ma quête allait m'apporter des réponses.


« Nous repartîmes ce jour-là avec le cœur un peu plus léger. Du moins, c'était ce que je croyais. Mais il était visible à des kilomètres que notre elfe remettait en doute ses capacités et c'était compréhensible, elle avait quand même l'avenir de notre monde entre ses mains, bon sang !, s'exclama le nain. Qui ne paniquerait pas ? Maintenant que nous avions les forces elfiques à nos côtés, il nous fallait convaincre les mages renégats de Golefalois de nous rejoindre. Les événements qui suivirent resteront à jamais gravé dans ma mémoire... »


Laisser un commentaire ?